L'UNESCO et les questions de la colonisation et de la décolonisation

Université de Dakar, 5-6 octobre 2009

 

Les Etats membres fondateurs de l'UNESCO étaient des puissances coloniales et d'anciennes colonies. Cette conférence a invité des étudiants et des chercheurs utilisant une gamme d'approches méthodologiques et de cadres intellectuels à réfléchir sur le rôle historique, les orientations appropriées et les actions de l'UNESCO par rapport au colonialisme et à l'ère de la décolonisation. La conférence a été accueillie par l'université de Cheikh Anta Diop à Dakar, Sénégal, et a eu lieu les 5 et 6 octobre 2009.



Résumé
On ne saurait écrire l'histoire de l'UNESCO sans réfléchir à sa relation avec l'émancipation massive des peuples et des nations qui s'est produite après 1946. Comment ces phénomènes ont-ils interagi avec l'évolution propre de l'UNESCO, à savoir son orientation, ses thèmes, ses structures et ses fonctions, son financement, son leadership et les conflits internes de l'institution et ses réseaux en concurrence ? Cette histoire comporte de multiples facettes. Même si l'on considère les acteurs en jeu, des questions se posent concernant non seulement les relations entre les colonisateurs et les colonisés mais aussi le rôle que l'UNESCO elle-même a joué dans la décolonisation.

Quel a été le rôle de l'UNESCO dans les débats explosifs concernant l'avenir de ces empires coloniaux dont les (anciens) maîtres figuraient parmi les puissances exerçant l'influence majeure sur les programmes et le financement de l'UNESCO, et dont la légitimité historique était encore renforcée par leur statut de membres fondateurs de l'Organisation ? Comment cette institution, qui était censée consacrer son action et ses ressources à la promotion de l'éducation et de la culture pour la paix, s'est-elle positionnée par rapport à des mouvements de libération nationale qui s'exprimaient parfois par la violence ?

Il est certain que l'UNESCO a apporté de nombreuses contributions, sous diverses formes, à la construction et à la consolidation des nouveaux États-nations issus du processus de décolonisation. L'action de l'UNESCO a ainsi contribué à la concrétisation et à la consolidation des indépendances nationales. Dans un cadre bilatéral comme dans un cadre multilatéral, l'UNESCO a lancé de nombreux programmes et projets ou approuvé des initiatives visant à aider ces nouveaux États, en particulier dans le domaine de l'éducation et de la formation. En même temps, la décolonisation a profondément influencé les idées et les développements dans les métropoles. De quelles manières l'UNESCO a-t-elle contribué à la pensée postcoloniale, non seulement dans les anciennes colonies mais aussi dans les sphères métropolitaines?

Ce type d'enjeux transnationaux de l'histoire des rapports de l'UNESCO avec la décolonisation demeurent dans une large mesure inexplorés. C'est pourquoi les manifestations d'intérêt sont particulièrement encouragées de la part des chercheurs qui s'intéressent aux approches transnationales de l'UNESCO et de la décolonisation, y compris des thèmes tels que les suivants :
- L'UNESCO et les concepts de race ;
- La série d'Histoires publiées par l'UNESCO ;
- L'UNESCO face aux questions coloniales et aux luttes de libération nationale
- La décolonisation en Afrique et en Asie et son impact sur l'UNESCO ;
- La " décolonisation des esprits " - le rôle de la culture et de l'éducation ;
- La décolonisation et l'avenir des dialogues culturels.