THE UNESCO WORKS OF ART COLLECTION

MOLDER, Jorge (1947-)

Portugal

  First    Previous    Next    Last
           
MOLDER, Jorge (1947-)
De la série REGISTOS PROVISORIOS, 2003

Photo sur papier mat archival, signée et numérotée au dos "1/3"<br>tirée en 3 exemplaires.<br>

102 x 102  cm

Date of entry at UNESCO


Donation faite par le Portugal en 2011.

Country of origin
  Portugal

Donating country
  Portugal


© UNESCO - Jorge MOLDER « Documents Provisoires »
© Photo: UNESCO


Click on the images to enlarge




Acquise en 2011 à l’initiative de la délégation permanente du Portugal auprès de l’UNESCO, cette photographie est issue de la série, « Documents Provisoires » produite en 2003. L’œuvre est très évocatrice et représentative de la production intrigante de Jorge Molder. Hanté par les tréfonds de l’âme, l’artiste n’hésite pas à user de la multiplication de sa propre image pour explorer les différentes facettes de la psychologie humaine.
La puissance créatrice se lit dans le visage de Jorge Molder: le caractère osseux de sa figure, creusée par des pommettes saillantes et de profondes orbites dissimulent l’intensité de son regard sous d’épais sourcils noirs et broussailleux. L’expression d’un sentiment étant le propre de l’espèce humaine, ce visage bien que très reconnaissable n’en demeure pas moins anonyme : l’usage du flou qui dissout les caractères d’individualité réduit cette figure à l’expression d’un sentiment. Outre cela, le cadrage très serré concentre l’observation sur les vecteurs de l’émotion, le visage et les mains, à la manière des autoportraits d’Egon Schiele. Au-delà de la captation de cet état, il y a également sa mise en scène mettant en exergue le sentiment. Jorge Molder raisonne alors en tant qu’artiste, usant des procédés techniques propre à la photo pour lui donner une valeur esthétique. D’une part le contraste : le noir du costume contre le blanc de sa chemise, d’autre part la saturation des couleurs et la luminosité très forte illuminant les chairs du visage dissimulé sous cette main.
Il ne s’agit pas cependant d’un autoportrait. En effet, ce n’est pas Jorge Molder, qui est le sujet de ses photos. Le fils conducteur de ses séries n’est pas l’introspection, mais des mises en scène, des incarnations d’un état, d’une pensée, d’un sentiment qui inspire l’artiste ; la honte ? Le désespoir ? La fatigue ? La dissimulation ? Mais alors de qui ? Pas du spectateur étant donné le format imposant de la photo appelant à la confrontation, où l’œil apparent de l’artiste nous regarde frontalement, dans un air de défi.

Biographie de l'artiste
Né à Lisbonne en 1947, Jorge Molder vit et travaille dans sa ville natale. Diplômé en 1972 de la Faculté de Lettres de Lisbonne en philosophie, c’est en tant qu’autodidacte que l’artiste en est venu à la photographie. Sa première exposition individuelle à lieu en 1977, première d’une longue série à travers le monde. Ses œuvres sont également présentes dans de nombreuses expositions collectives, une des plus récentes étant Le Temps Emprunté tenue en 2008 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, ainsi que lors de biennales d’art contemporain, notamment à Sao Paolo en 1994 et Venise en 1999,
On parle souvent de photographie psychologique dans l’œuvre de Molder, avec des compositions aux atmosphères énigmatiques et ambiguës. Malgré un sujet concret (souvent l’artiste lui-même), il émane de ses œuvres une sorte d’abstraction, peut-être parce qu’il se sert de la composition, de son image, comme un moyen de saisir l'immatériel en général, tels la pensée ou l’imaginaire. On retrouve souvent dans ses séries d'œuvres une impression d’idées fragmentaires, souvent déconnectées, non-finies et qui reflètent le travail réellement intellectuel de Molder.
En 1990, il est nommé directeur-adjoint du musée de la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne, puis directeur de 1993 jusqu’à début 2009 ; il y expose en 2010 (« L’interprétation des rêves »). Molder reçoit en 2007 le prix AICA (Association internationale des critiques d'art).