English - Francais - UNESCO

L’espace culturel du Sosso-Bala

Guinée

L’instrument sacré Sosso-Bala symbolise la liberté et la cohésion de la communauté Mande depuis le XIIIe siècle. Le lieu du rituel, où le Sosso-Bala est pratiqué, est également la maison de la famille Dökala dans le village de Niagassola, en Guinée. Le Balatigui ou patriarche de la famille Dökala est le gardien du Sosso-Bala, une version plus grande du balafon, une percussion africaine. Le patriarche ne peut jouer du Sosso-Bala que pour des occasions spéciales comme le nouvel an islamique ou certaines funérailles. C’est également lui qui enseigne aux enfants - à partir de sept ans - à jouer de l’instrument sacré. Le Sosso-Bala accompagne des épopées du Moyen Age africain, et des hymnes célébrant les bâtisseurs de l’Empire du Mali.

Menaces : Le Sosso-Bala et son site sont menacés par l’exode rural, les conditions de vie difficiles à Niagassola, le trafic d’objets d’art, ainsi que les fréquents incendies.

Plan d’action : Parmi les propositions figurent des festivals de balafon, des conférences et l’initiation de jeunes à la fabrication de l’instrument. Un musée conservant le Sosso-Bala est projeté ainsi qu’une bibliothèque spécialisée à Niagassola. Une école où le Balatigui et ses frères pourraient transmettre leur savoir traditionnel est à l’étude ainsi qu’un institut de recherche. Les plans appellent au reboisement de Niagassola et de ses environs afin de protéger l’écosystème et de contrôler l’avancée du désert.