English - Francais - UNESCO

Les récits chantés Hudhud des Ifugao

Philippines

Le Hudhud est récité et chanté par les Ifugao - connus pour leurs rizières en terrasse - pendant le semis et la récolte du riz, les veillées funèbres et d'autres rituels. Avec des origines qui remonteraient au moins au VIIe siècle, le Hudhud - qui comprend quelque 40 épisodes - demande souvent trois ou quatre jours pour être récité en entier. Le langage des chants, presque impossible à transcrire, est plein de répétitions, de synonymes, d'images et de métaphores. Interprété selon le principe voix principale/chœur, le Hudhud compte un récitant - souvent une femme âgée - qui occupe une position phare dans la société. Il n'y a qu'un seul air, commun à toute la région, pour tous les couplets. Il y a très peu d'exemples écrits de Hudhud.

Menaces : La conversion des Ifugao au catholicisme a affaibli leur culture traditionnelle. Le Hudhud était lié à la récolte manuelle du riz qui est maintenant mécanisée. Il a été remplacé aux veillées funèbres par la télévision et la radio. Bien que les rizières en terrasse soient inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le nombre des cultivateurs continue à décroître. Les quelques personnes qui connaissent encore tous les poèmes sont très âgées et les jeunes ne sont pas intéressés par cette tradition.

Plan d'action : Les droits des peuples autochtones sont protégés par la loi philippine, notamment en ce qui concerne la propriété intellectuelle. La publication d'illustrations historiques et ethnologiques est prévue. Le gouvernement propose également des festivals et des cérémonies autochtones. La Bibliothèque nationale et le Musée national sont responsables de l'archivage complet du Hudhud. Un projet d'enseignement de la tradition en direction des jeunes est envisagé.