espagnol.gif (840 octets)

english.gif (1445 octets)

Page d'accueil
Contacter
Nouveautés

Projets

Liens

Déclarations
Recherche
Publications
Résolutions des Nations Unies

Année internationale  pour une Culture de la  Paix

Manifeste 2000
Education pour une Culture de la Paix
Paix, Droits de l'homme, Démocratie et Tolérance

Unité de la Paix et des nouvelles dimensions  de la sécurité

Femmes et Culture de la Paix

Dialogue culturel et pluralisme pour une Culture de la Paix

Jeunesse
Bureaux UNESCO et les Comissions Nationales  
Chaires UNESCO
Prix UNESCO
FrSMlogo.gif (4181 octets)
Cette information est fournie par

UNESCO
Unité Culture de la Paix (CPP)
Communication & Information
7, place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP
FRANCE
Tél : (+33 1) 45 68 12 19
Fax : (+33 1) 45 68 55 57
Mél : cofpeace@unesco.org
Internet: www.unesco.org/cpp

Déclaration de Moscou des journalistes pour une
culture de la paix

Congrès international des journalistes de la Russie,
de la CEI et des pays baltes

« Tolérance, droits de l'homme, liberté de la presse »

Moscou (Russie), le 14 novembre 1998


Les participants au Congrès international des journalistes de la Russie, de la CEI et des pays baltes, qui s'est tenu à Moscou (Fédération de Russie) avec le soutien de l'UNESCO, du Conseil de l'Europe, de la Fédération internationale des journalistes et du Ministère britannique des affaires étrangères et des affaires du Commonwealth déclarent ce qui suit :

Dans certains pays de la région, la presse indépendante et pluraliste est constamment harcelée et persécutée, ce qui peut être considéré comme un prélude à une répression politique à grande échelle et à la propagation de la violence. Entre autres mesures prises à cette fin, les lois sur les médias sont révisées, des organes de contrôle idéologique sont mises en place dans les organisations et les structures territoriales et la censure directe ou indirecte est utilisée de même que diverses méthodes de pression économique, les poursuites administratives et judiciaires et la contrainte physique.

Les opposants de la glasnost, avec la complicité, voire le soutien actif des autorités, font des descentes dans les salles de rédaction, frappent les journalistes et détruisent leur matériel et les résultats de leur travail. Parallèlement, les autorités ne réagissent généralement pas aux manifestations de nationalisme agressif et d'extrémisme politique. De telles pratiques vont totalement à l'encontre des principes internationaux généralement acceptés en matière de droits de l'homme et constituent un obstacle à la consolidation d'une culture de la paix à l'échelle locale, nationale et régionale. La liberté de l'information est une condition absolument indispensable au développement stable de la région et au renforcement d'une culture de la paix, qui est l'objectif de l'humanité au XXIe siècle.

Ce sont précisément les médias indépendants et pluralistes qui garantissent la transparence de l'information et la libre diffusion des idées dans la société contemporaine, ainsi que le dialogue par lequel les groupes sociaux, les minorités ethniques et religieuses et les autres communautés apprennent à se connaître, à surmonter leurs sentiments d'aliénation et à s'entendre. Les médias, s'ils fonctionnent librement, peuvent apporter une contribution essentielle à l'harmonie au sein des sociétés et à la compréhension entre les nations, autrement dit à une culture de la paix dans la région, en diffusant des informations dignes de foi et des commentaires indépendants, et en rétablissant les liens culturels et spirituels perdus, dans un climat de respect du prochain.

Les médias sont aussi un important vecteur de transmission des valeurs morales fondées sur le respect de la vie et des droits et de la dignité des êtres humains. Ils peuvent aider chacun à comprendre qu'une vie uniquement axée sur la consommation et dépourvue de spiritualité ne permet pas l'épanouissement.

En période de transition, les médias peuvent aider chacun à s'adapter aux nouvelles conditions de travail et de loisirs, à une vie nouvelle et radicalement différente. Ils possèdent un énorme potentiel éducatif qui devrait être utilisé pour parvenir à la compréhension et à la tolérance au sein des sociétés, pour maintenir les valeurs démocratiques et, par voie de conséquence, pour ancrer profondément l'idée d'une culture de la paix dans l'esprit des gens. Tels sont les fondements de la dignité humaine, ainsi que d'une véritable culture de la communauté humaine.

En conséquence, les participants au Congrès :

Confirment leur attachement aux principes de tolérance reconnus au niveau international et condamnent tout acte de violence envers les journalistes et les médias ;

Affirment leur détermination à renforcer la solidarité et l'entraide entre les journalistes ;

Expriment leur intention d'améliorer les mécanismes de coordination des activités des associations de journalistes de la région afin de lutter contre la montée de la violence sous toutes ses formes, d'empêcher que la liberté d'information et d'expression ne soit menacée, et de protéger les intérêts des journalistes sur les plans social et juridique ;

Proclament que les médias indépendants et pluralistes constituent une garantie importante du droit des citoyens à l'information et un indicateur clair et objectif de la réalité des transformations démocratiques dans les pays de la région ;

Réitèrent leur volonté de concevoir le journalisme comme une profession libre œuvrant au bien public, et condamnent résolument toute tentative de corruption des journalistes ;

Exhortent tous les journalistes de la région à dénoncer énergiquement toute action susceptible de susciter la discorde, de propager l'extrémisme politique et le nationalisme agressif, ou de favoriser la montée de la violence et la dictature ;

Condamnent sans réserve les limites à la liberté de l'information imposées par les autorités de certains pays, notamment les pressions économiques, administratives et judiciaires exercées sur les équipes de rédaction, les journalistes, les éditeurs, les distributeurs ou les annonceurs ;

Expriment leur préoccupation face à la monopolisation et la concentration persistantes des médias, y compris dans les mains de l'Etat, qui menacent la liberté d'expression et restreignent la diversité de l'information ;

Saluent les efforts que font les autorités de certains pays de la région pour apporter un soutien économique à tous les médias, indépendamment de leur orientation politique, afin de les aider à traverser la difficile période de transition et à s'adapter à l'économie de marché ;

Engagent l'UNESCO, l'OSCE, le Conseil de l'Europe, la Fédération internationale des journalistes et autres organisations intergouvernementales et non gouvernementales à soutenir les efforts que font les journalistes de la région pour développer un échange régulier d'informations sur la situation des droits de l'homme et d'autres composantes d'une tradition démocratique et d'une culture de la paix.


Moscou, le 14 novembre 1998

 

copyright.gif (1362 octets)
disclaimer.gif (1292 octets)

vsmFRLogo.gif (2056 octets)