Environnement et développement
dans les régions côtières et les petites îles
Extrait au sujet de la plateforme pour les régions côtières et les petites  d'îles de:                                                                           English version

Rapport du Directeur général 2000-2001 32 C/3

Par. 02236
Environnement et développement des régions côtières et des petites îles

 

 

Projet et chaires UNESCO dans les régions côtières et les petites îles

 

Formulation, expérimentation et application de pratiques éclairées ; Conclusion de 10 évaluations de projets sur le terrain utilisant les 16 caractéristiques des pratiques éclairées ; On a suscité des accords de jumelage universitaire, sur une base de complémentarité, concernant les pratiques côtières éclairées en Asie et dans le Pacifique et en Europe ; Une formation et un soutien interdisciplinaires ont été fournis pour des projets pilotes, pour la critique et l’analyse des pratiques éclairées, et pour l’établissement de liens avec d’autres institutions en utilisant les chaires et le jumelage universitaires ; Développement du dialogue pour prévenir et résoudre les conflits relatifs à l’utilisation des ressources côtières.

Mise en commun des connaissances par le biais de forums en face à face et virtuels

 

 

Organisation d’ateliers interrégionaux : Réunion sur la stratégie du CSI - Pratiques côtières éclairées pour un développement humain durable dans les petits États insulaires en développement, Faciliter la bonne gestion des zones côtières dans les petites îles et pratiques côtières éclairées pour la prévention et la résolution des conflits côtiers ; On a encouragé l’intégration et la liaison entre les projets sur le terrain, les réseaux de chaires/jumelages universitaires, et le Forum (user name csi, password wise) qui est un lieu d’échange et d’examen constants des pratiques éclairées et une source d’idées nouvelles.

Documentation sur les pratiques éclairées, diffusion et essais sur le terrain

 

Les actes des ateliers et les publications relatives aux projets qui ont été produits mettent en lumière les liens entre les activités, tant à l’intérieur des régions de petites îles qu’entre ces régions ; Élaboration de procédures pour l’évaluation des projets en vue de mettre en œuvre les pratiques côtières éclairées ; Publication de cinq articles sur les pratiques côtières éclairées par l’intermédiaire du Forum dans Sources UNESCO ; Production du CD-ROM Yapa (en collaboration avec le MAB et le Secteur de la culture) qui apporte une contribution à la transmission des connaissances autochtones ; Un deuxième CD-ROM doit être produit (avec le Secteur de la communication et MOST) concernant la revitalisation des connaissances traditionnelles de navigation dans les îles du Pacifique.

Évaluation de l’exécution du programme

Les effets positifs du de la plate-forme relative aux régions côtières et aux petites îles (CSI) se mesurent à un certain nombre d’initiatives en cours :

Projets intersectoriels sur le terrain, chaires universitaires interdisciplinaires et ateliers interrégionaux : Ateliers inter-régionaux (i) Thaïlande (réunion sur la stratégie de CSI, juillet 2000), (ii) Samoa (Pratiques éclairées pour un développement humain durable dans les régions côtières des petits États insulaires en développement, décembre 2000), (iii) Dominique (Faciliter la bonne gestion des zones côtières dans les petites îles, juillet 2001) et (iv) Mozambique (Pratiques éclairées de prévention et de résolution des conflits dans les régions côtières continentales, novembre 2001) ont fait progresser l’intégration et les liens entre les projets de terrain, les chaires universitaires/réseaux de jumelage et le Forum. Les ateliers ont également contribué à promouvoir les liens entre CSI et d’autres activités, fait progresser les procédures d’évaluation des projets et développé des concepts tels que les accords sur les pratiques éclairées en matière de modes de vie durables dans les régions côtières et le code de déontologie pour les donateurs/investisseurs dans l’aménagement côtier. Les évaluations des sept premiers projets de terrain, sur la base des 16 caractéristiques adoptées en matière de bonnes pratiques, ont été achevées et affichées sur le site Web de CSI. Ces évaluations servent à mesurer les progrès et à concevoir la phase suivante d’un projet sur le terrain. Dix-huit résumés de projets et de chaires universitaires ont également été publiés sur le site Web de CSI.

Communications : Le site Web de CSI (www.unesco. org/csi), avec sa vaste gamme de publications, et l’organisation de réunions interrégionales sont des mesures prises pour compenser l’absence d’informations scientifiques applicables et d’accès à l’Internet dans de nombreux petits États insulaires et régions côtières. Le Forum virtuel multilingue sur les pratiques éclairées dans les régions côtières (user name csi, password wise; voir « Activités particulièrement réussies » ci-dessous) constitue un lien crucial entre les expériences locales et une audience mondiale. De plus, les articles de la revue de l’UNESCO Sources (février 2001) D'une côte à l'autre, Zones côtières en ligne, Accéder à Internet depuis l'océan Indien, Chumbe sauvée par l'écotourisme et Philippines : l'aiguilleur de Palawan ont présenté aux lecteurs le concept de pratiques éclairées dans les régions côtières, actuellement à l’étude sur le Forum. Le document n° 9 du CSI Wise Coastal Practises Towards Sustainable Small Island Living examine en détail les résultats de l’atelier de Samoa (décembre 2000), en soulignant les interactions des activités à l’intérieur et entre les régions de petites îles, et les procédures d’évaluation des projets afin d’appliquer « les pratiques éclairées pour les zones côtières ». L’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour réactiver la transmission des connaissances traditionnelles/autochtones est une approche novatrice s’adressant en particulier aux jeunes autochtones. Le but est de renforcer le dialogue entre les anciens et les jeunes en utilisant des supports multimédias pour enregistrer les connaissances et pratiques autochtones sur une série de CD-ROM. Un CD (Yapa) qui s’adresse aux jeunes aborigènes du désert central australien a été compilé avec l’aide du programme sur L'homme et la biosphère (MAB) et du Secteur de la culture, tandis qu’un deuxième, concernant la revitalisation des connaissances traditionnelles sur la navigation dans les îles du Pacifique est en cours avec l’aide du Secteur de la communication et de l’information et de Transformations sociales et développement  (MOST).

Intersectorialité : En maintenant une approche souple et réceptive, CSI a élaboré des stratégies visant à promouvoir l’intersectorialité au sein de l’UNESCO au Siège et dans les bureaux hors Siège. Il s’agit notamment de la création de réseaux efficaces, de la promotion d’un environnement porteur et de la mise au point de principes d’engagement pour les secteurs (par exemple mise en commun des ressources intellectuelles et financières), ainsi que d’un accent particulier sur la résolution en commun des problèmes, notamment pour les projets de terrain, tout en intégrant les sources de connaissances traditionnelles. Les projets de terrain, les chaires universitaires/jumelages et le Forum encouragent les partenaires des secteurs à travailler ensemble pour édifier une « problématique » partagée, en offrant un cadre concret pour des interactions constructives. Un résumé des quatre années d’expériences de l’intersectorialité de CSI a été présenté au Groupe de travail sur l’intersectorialité début 2000. Les connaissances intersectorielles et l’aptitude de CSI à créer des réseaux ont bien été mis en évidence lorsque les deux projets transversaux qu’il avait élaborés ont été intégrés dans le projet de document 31 C/5, à savoir les systèmes de savoir locaux et autochtones (LINKS) et la Voix des petites îles (SIV).

Enseignements tirés : Une entreprise intersectorielle passionnante telle que CSI, qui est centré sur les populations et les problèmes, ne peut être réalisée sur le terrain qu’avec des directeurs de projets, des titulaires de chaires et des collègues (des bureaux hors Siège) de haute qualité et déterminés, appartenant aux cinq secteurs de programme. La nécessité d’assurer la continuité des activités telles que les projets de terrain est également importante, car ces efforts sont souvent à long terme et doivent être prolongés au-delà de la durée prévue dans le cycle caractéristique des projets. On ne soulignera jamais assez la nécessité d’introduire la viabilité à chaque étape des activités de CSI. En outre, les avantages du travail au niveau interrégional permettent de mettre les idées en commun, de catalyser l’action et de donner un nouvel élan pour un réel progrès. Le développement des chaires UNESCO pour le développement côtier durable est resté plus lent que prévu, en partie à cause des délais supplémentaires requis pour que les institutions partenaires acceptent des dispositions interdisciplinaires novatrices qui ne correspondent pas aux structures disciplinaires existantes. De plus, même si CSI a été en mesure de mobiliser d’importantes ressources extra-budgétaires et apparentées, l’attention s’est largement concentrée sur l’engagement des secteurs de l’UNESCO à partager des activités de projets sur le terrain et donc à renforcer les services intersectoriels aux États membres.

Activités particulièrement réussies

Forum sur les pratiques éclairées dans les régions côtières

Projet de la baie de Jakarta

Le Forum Internet multilingue sur les pratiques éclairées dans les régions côtières (user name csi, password wise) continue de promouvoir des pratiques éclairées dans les régions côtières pour un développement humain durable auprès de quelque 9 000 personnes dans le monde. Travail en cours 2 (en anglais, espagnol et français) est une analyse des 52 premières pratiques éclairées et des 118 sujets de discussion examinés avant le 30 septembre 2000 ; ils visent des questions propres aux petites îles, l’autonomisation des communautés, le tourisme, la pêche, les systèmes locaux et autochtones de connaissances, les ressources en eau douce, l’érosion côtière, la planification, la parité hommes-femmes et les droits de l’homme. Un questionnaire a été envoyé en septembre 2001 à tous les participants au Forum et le taux de réponse a été de 5,6 %. Il ressort de ces réponses qu’environ 90 thèmes des échanges du Forum présentaient un « très grand » intérêt et que ce Forum influence la compréhension et l’avis sur les pratiques éclairées face aux problèmes côtiers, mais dans une moindre mesure leur application. 

Les vérificateurs externes du Secteur des sciences et les évaluateurs externes du CSI ont signalé l’intérêt du projet de la baie de Jakarta, qui illustre la bonne gestion de diverses activités, y compris la coopération constructive entre le Siège et les bureaux hors Siège. Il s’insère dans une tentative novatrice visant à traiter de questions très larges qui dépassent les frontières nationales. Le projet suit l’approche rigoureuse de CSI, centrée sur des solutions qui dégagent des avantages et des revenus locaux, assurent la collaboration entre les programmes de l’UNESCO et d’autres institutions, font intervenir les partenaires tels que l’administration locale et les instituts de recherche, créent des liens entre la communauté, le gouvernement et le secteur privé, développent des capacités en fournissant des possibilités de formation et recherchent l’engagement à plus long terme du gouvernement par souci de viabilité. Le projet a acquis une grande notoriété dans la communauté elle-même, dans d’autres régions d’Indonésie et au gouvernement.

 

Évaluation de la plate-forme relative à l’environnement et au développement des régions côtières et des petites îles (CSI)

L’évaluation a recommandé que les enseignements tirés du CSI en ce qui concerne la mise en œuvre par l’Organisation de ses programmes intersectoriels soient exploités et que cet aspect de la plate-forme soit officialisé. De plus, il a été recommandé que l’Organisation envisage de développer « une science intégrée de la gestion » en tant que compétence nouvelle. Précisément, des recommandations ont été faites concernant la stratégie de sortie des projets de terrain, les normes, principes directeurs et procédures concernant les pratiques éclairées dans les régions côtières et d’éventuels mécanismes d’accréditation, des forums virtuels sur les pratiques éclairées aux niveaux régional et mondial, des activités de communication, des financements extra-budgétaires et l’impact des projets LINKS et SIV sur les activités de CSI.

Pour donner suite à ces recommandations, le Secrétariat a entrepris une enquête exhaustive sur les pratiques éclairées dans les régions côtières et le rapport correspondant est maintenant disponible. D’autres recommandations ont été prises en compte dans les plans de travail 2002-2003 du Secteur des sciences, et le Directeur général a engagé l’Organisation à développer l’intersectorialité. De plus, les informations sur les mesures déjà prises à cet égard sont présentées dans la section sur les Projets spéciaux du présent document.

 

Introduction Activités Publications Recherche
Pratiques éclairées Régions Thèmes