Environnement et développement
dans les régions côtières et les petites îles
colbartn.gif (4535 octets)
ANNEXE 6 CSI info 5

TEXTE DES ALLOCUTIONS DE LA CÉRÉMONIE DE CLÔTURE

Allocution de Monsieur Francisco J. Carrillo, Directeur du bureau de l’Unesco à Tunis, Conseiller en Sciences Sociales et Humaines pour la Région des Etats Arabes

Monsieur le Gouverneur de la Province d’Essaouira,
Monsieur le Député, Président du Conseil Municipal,
Madame la Secrétaire générale de la Commission Nationale Marocaine pour l’Education, la Culture et les sciences - l’UNESCO-ALECSO-ISESCO,
Mesdames, Messieurs les Maires des Villes participant à cette réunion,
Mesdames, Messieurs,
Chers Collègues,

C’est pour moi un honneur et un plaisir d’être présent parmi vous aujourd’hui pour représenter, à cette séance de clôture de vos travaux, Madame Francine Fournier, Sous-Directeur général de l’UNESCO, chargé du Secteur des Sciences Sociales et Humaines, qui m’avait demandé également de suivre vos débats comme Conseiller régional pour les Sciences Sociales et Humaines et Directeur du Bureau de l’UNESCO à Tunis.

Je tiens tout d’abord, à remercier à nouveau les autorités marocaines pour l’organisation excellente et pour l’appui logistique sans faille qui a facilité le bon déroulement de vos débats. Etant moi-même originaire de l’Andalousie espagnole, qui partage beaucoup de traditions avec le Maroc, je n’ai pas été étonné - parce que je la connaissais depuis longtemps - de la grande qualité dans l’hospitalité et l’accueil du peuple et des autorités marocaines.

Le Secteur des Sciences Sociales et Humaines, à travers le Programme international « Gestion des Transformations Sociales » (MOST) et une étroite coopération avec le Secteur des Sciences Exactes et Naturelles à travers le Programme Hydrologique International (PHI), vous a offert un cadre de coopération Nord-Sud et Sud-Sud, dont le premier projet national est basé dans la Ville d’Essaouira. A la fin de vos travaux, nous constatons que ce cadre de coopération produit déjà ses premiers fruits : le dialogue interactif entre les villes ici présentes, et de sérieuses déclarations d’intention qui ouvriront une voie concrète de coopération bilatérale entre nouveaux partenaires.

Nous avons également constaté l’accent que vous avez mis sur les aspects sociaux et économiques de la vérification de l’habitat traditionnel de la Ville d’Essaouira, tout en tenant présent à l’esprit les mutations successives de son tissu socio-économique. L’individu, le citoyen, ont été placés au centre de vos débats, soit d’une manière manifeste, soit d’une manière latente. Vous avez raison, car les conditions matérielles d’existence les plus proches se trouvent à l’origine même de la sauvegarde et exercice des droits fondamentaux de la personne humaine, acteur et destinataire du développement durable.

C’est pour cela que les Sciences Sociales et Humaines, à travers le Programme « Gestion des Transformations Sociales » (MOST), se sont intéressés dans l’impulsion des projets comme celui d’Essaouira. En effet, les outils dont disposent les Sciences Sociales facilitent non seulement la nécessaire interdisciplinarité, mais aussi la mise en œuvre des projets fédérateurs comme le projet d’Essaouira que vous venez d’étudier.

Permettez-moi, enfin, de me référer ici à la décision du Ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire de la Tunisie, qui nous a été communiquée par son représentant à cette réunion, de choisir une île de la Tunisie comme projet du programme « Développement urbain et ressources en eau » de l’UNESCO. Je souhaite remercier pour cette décision le Gouvernement tunisien pour la confiance implicite dans le cadre de coopération offert par l’UNESCO.

Le Bureau de l’UNESCO à Tunis, par sa spécificité régionale en Sciences Sociales et Humaines, fera un effort particulier pour impulser, à la demande des gouvernements, et en coopération notamment avec d’autres agences du Système des Nations Unies, toute initiative de nouveaux projets pilotes ou de nouveaux partenaires, pour renforcer le programme de développement urbain et ressources en eau dans et à partir de la région des Etats arabes.

Il s’agit évidemment d’un programme de l’UNESCO pour lequel tous les services de l’Organisation et toute la structure régionale - (et non seulement le Bureau de Tunis pour les Sciences Sociales) doit être mobilisée et impliquée en synergie et en complémentarité.

Dans un document des années 20, faisant référence aux bénéfices climatiques et physiques d’Essaouira, il a été dit qu’un « effet excitant et tonique, dû aux vents, à la luminosité intense, à la pureté de l’air, se traduisait par une augmentation notable des échanges respiratoires et des oxydations, du taux de l’hémoglobine et des globules rouges du sang ». Je suis convaincu, Monsieur le Député, Président du Conseil Municipal, que ces effets bénéfiques ont répercuté dans la qualité des travaux et dans la qualité des rapports humains qui ont été à la base du succès de votre séminaire.

C’est pour cela que, lorsque l’on connaît Essaouira, elle devient la forte tentation du retour.

Je vous remercie de votre attention.

***************************

Allocution de Mme Lamia Salman - El Madini, Représentante de l’UNESCO au Maroc

Monsieur le Gouverneur,
Monsieur le Président de la Municipalité d’Essaouira,
Messieurs les Maires et Représentants de Municipalités,

Nous parvenons au terme de nos travaux, de ces quelques jours vécus ensemble, dans la ville des vents, Essaouira ; quelques jours d’échanges intenses, de confrontation d’idées et d’expériences sur des questions fort complexes. Au-delà de l’intitulé de notre séminaire « Développement urbain et ressources en eau : Petites villes côtières », nos débats se sont placés au cœur même de la problématique du développement humain durable : un développement susceptible d’assurer aux citoyens un bien-être social et économique dans de petites et moyennes villes à échelle humaine ; un développement respectueux des identités culturelles qu’il valorise, un développement respectueux de l’environnement de manière à préserver le droit des générations futures.

Ces échanges ont été fructueux à plus d’un titre :

Je puis déjà assurer les responsables de la ville d’Essaouira et des villes partenaires que l’UNESCO n’épargnera aucun effort pour contribuer à la conclusion d’accords de coopération technique concrétisant ces lettres d’intention.

Le Bureau de l’UNESCO à Rabat reste, en particulier, à leur disposition pour toute assistance à cet égard.

début     Introduction    Activitiés   Publications     recherche
Pratiques éclairées   Régions   Thèmes