Environnement et développement
dans les régions côtières et les petites îles
colbartn.gif (4535 octets)

CSI info 5

AVANT-PROPOS

Les dernières Conférences des Nations unies, sur l’Environnement et le Développement (CNUED), Le Caire (1994), Copenhague (1995) et Istanbul –Habitat II (1996), "Deuxième Conférence des Nations unies pour les établissements humains", ont mis en exergue les problèmes fondamentaux concernant les grands enjeux du XXI° siècle : la croissance démographique et les flux migratoires, l’expansion des grandes villes et plus particulièrement des villes côtières, la disponibilité en eau douce (en quantité et en qualité) nécessaire aux besoins des populations, la gestion des transformations sociales et la lutte contre la pauvreté.

Des indications ont donc été formulées en vue d'atteindre un équilibre entre l’utilisation des ressources naturelles et le développement économique et social afin d'éviter que le rythme actuel de consommation des besoins actuels ne pénalise les générations futures. Ainsi les différentes indications dégagées de ces conférences internationales ont mis l’accent sur l’importance d’une approche interdisciplinaire qui prendrait en compte les composantes socio-économiques et culturelles de la gestion du territoire et des ressources naturelles. Ces indications devraient être rapidement appliquées pour résoudre les problèmes liés au développement humain dans certains contextes environnementaux fragiles. Parmi ces milieux fragiles, les zones côtières requièrent une attention particulière. Dans ces régions, les problèmes exposés précédemment se rencontrent et s’additionnent. Ce sont des zones à risque qui nécessitent des mesures particulières, tant au niveau de l'aménagement du territoire que de l’utilisation des ressources naturelles disponibles, de la gestion et du développement des centres urbains.

Une approche intégrée de la gestion du territoire en zone côtière devra ainsi prendre en compte les recommandations des conférences mondiales, compte tenu des prévisions concernant la démographie et les migrations selon lesquelles en 2025, 75% de la population mondiale vivra à moins de 60 km de la mer. Pour ce faire, des stratégies adéquates doivent être mises en place afin d’équilibrer et d’harmoniser le développement des établissements humains dans ces régions, pour éviter la surdensification des grandes villes côtières, la pollution de l’environnement marin et des ressources en eau.

La prise de conscience des implications socio-économiques et culturelles de la gestion des ressources en eau et de la protection de l’environnement naturel permettront de définir les possibilités pour les décideurs de résoudre les problèmes liés à la quantité et à la qualité de l’eau nécessaire aux établissements humains en zone côtière au XXI° siècle.

Les problèmes sont d’autant plus complexes si la zone urbaine considérée est une capitale de région, voir une mégalopole. De nombreuses études et des programmes spéciaux existent déjà pour évaluer les problèmes des grandes villes côtières et proposer des orientations aux responsables municipaux, notamment en Méditerranée avec l'Union européenne (UE) ou avec les grandes organisations de villes Fédération mondial des cités (FMCU), Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM) et Mégalopolis.

En revanche, les municipalités des petites villes sont le plus souvent démunies et délaissées par les organismes nationaux et internationaux, alors que les dernières conférences mondiales précitées, notamment la déclaration d’Istanbul de juin 1996, mettent l’accent sur l’importance de soutenir les zones rurales et les zones faiblement urbanisées pour éviter l’accroissement des problèmes dans les grandes villes.

 
Disponibilité et
gestion des ressources en eau
 
Globalisation
et mondialisation
Démographie
et flux migratoires
 
 
Urbanisation
croissante en zone côtière
 
   
comment assurer
un développement durable intégré des
établissement humains dans leur environnement naturel

Dans certaines régions, les petites villes côtières ont réussi à surmonter les problèmes de la gestion intégrée de leur développement urbain, alors que d’autres voient inexorablement s’accentuer l'enchaînement de ces problèmes au fur et à mesure que leur population augmente et que les migrants des zones rurales surdensifient certains quartiers défavorisés.

 

Dégradation du tissu
urbain et social en zone côtière

 

 

développement
socio-économique arrêté

  exode rural

       

dégradation
environnement naturel fragilisé

 

surdensification
des quartiers anciens bon marché

 

pollution eau salée
pollution eau douce

surexploitation des
ressources en eau

Dans le cadre de la plate-forme lancée par l’UNESCO en janvier 1996 "Environnement et Développement dans les régions côtières et les petites îles", le projet "Développement urbain et ressources en eau : petites villes côtières" a été crée en réponse aux préoccupations énoncées ci-dessus. Le projet a en effet comme objectifs généraux la gestion des ressources naturelles, la protection de l’environnement, ainsi que le soutien au développement des petites villes côtières. Pour ce faire, il se propose d'aider à gérer la surdensification des grandes villes côtières, la pollution des ressources en eau et de l’environnement marin et l’accélération des flux migratoires des zones rurales des grandes villes.

début     Introduction    Activitiés   Publications     recherche
Pratiques éclairées   Régions   Thèmes