Fiche

 

Création d'un Conseil Interreligieux pour la Paix en Bosnie Herzégovine

Résumé

Le décès de Josip Broz Tito en1980 et le processus de la chute du communisme ont entraîné les pays des Balkans dans des combats interethniques. Des 1991, l’Albanie, la Bosnie Herzégovine, la Serbie, la Slovénie, la Macédoine et le Kosovo se déchirent... les bombardements massacrent les membres de la société civile, notamment des femmes et des enfants, et mettent fin à toute activité économique.

La mission de Religions pour la Paix a été d’aider financièrement les conseils locaux, de mettre à leur disposition, savoir faire et expertise. Avec persévérance et patience, ces agents de réconciliation ont fait renaître, avec le temps, le goût du vivre ensemble, ont remis debout villes et villages détruits, ont relancé l’économie, afin de contribuer au rétablissement d’une Paix durable « basée sur la vérité, la justice, et le respect des droits fondamentaux de toute personne humaine, quelque soit son ethnie, sa culture et sa religion. »

Les membres de Religions pour la Paix sont intervenus par la mise en place d un Conseil Interreligieux pour la Paix auquel ont adhéré les responsables religieux, représentant leur communauté respective impliquée dans le conflit : Le Grand Mufti musulman, le Cardinal catholique, le Patriarche orthodoxe serbe et le Président de la communauté juive.
En lien étroit avec les comités de femmes et de jeunes, les éducateurs à la Paix, les experts locaux, repérés et formés à la transformation des conflits, ces personnes charismatiques collaborent avec les membres de Religions pour la Paix et particulièrement avec le Secrétaire Général, le Dr. William F.Vendley.

Echanges, écoute, reformulation, empathie, volonté d’accepter d’entendre la vision de l’autre, sont des préliminaires indispensables.

A côté des Agences Intergouvernementales, des Nations Unies, de l UNESCO et des responsables politiques et médiatiques locaux, d autres OING, présentes sur le terrain, ont participé également au fonctionnement du Conseil Interreligieux pour la Paix.

Reconnaissant le rôle du facteur religieux dans ce conflit comme le potentiel de Paix de leurs traditions religieuses respectives, les responsables religieux ont accepté de se rendre disponibles pour se rencontrer, dans leur lieu de culte respectif, de prendre le temps de connaître l’ autre, dans le respect de sa culture et de ses croyances, et d’examiner les données post conflictuelles avant de rédiger ensemble une déclaration destinée à modifier le comportement de la population tout entière. Après concertation et conciliation, un accord sur des points précis de reconstruction sociale a été trouvé et la violence sous toutes ses formes a été condamnée.
Des initiatives d’enseignement à la Paix ont été lancées. Lors de réunions hebdomadaires, les jeudis de l’amitié, « des femmes de croyances différentes se sont entraidées et ont retissé ainsi le lien social », tandis que des jeunes participent à des concours variés de créativité artistique, poèmes, nouvelles ou tableaux, illustrant la Paix.
Ce processus d’éducation au vivre ensemble et à la réconciliation, s’adressant à des personnes à mémoire conflictuelle, des incidents agressifs de rejet se sont néanmoins produits, en raison de l insuffisance de formation et d éducation à la culture de l’autre. Le blocage de certains décideurs politiques a été évident, comme la difficulté à accepter l’autre dans ses convictions et souffrances morales et physiques.

Cependant, le conflit a diminué dans le pays, les progrès de réconciliation ayant été rapides. Le Conseil Interreligieux pour la Paix a accompagné la fin de la guerre civile et la première phase de l’implantation des Accords de Dayton de 1995.
Cet exemple de bonne pratique a été repris dans certains pays voisins : Albanie, Croatie, Kosovo, Macédoine. Il a inspiré, par ailleurs, la création du Réseau de Femmes Européennes dont le lancement officiel a eu lieu le 23 Novembre 2008 au Parlement Européen.

Niveau d’intervention géographique

  • Régional

Thématique

  • Construire un cadre de valeurs communes
  • Promouvoir une connaissance mutuelle de la diversité culturelle, ethnique, linguistique, religieuse

Pays bénéficiaire (s) / Groupes cibles

  • Bosnie-Herzégovine

Nom de l’organisation / Entité responsable principale

Conférence Mondiale des Religions pour la Paix

 
France
01/01/2010 - 31/12/2010