http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00120

L’espace de la culture des Gongs

Inscrit en 2008 (3.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (originellement proclamé en 2005)

Pays : Viet Nam

Identification

Description

À travers les montagnes du centre du Viet Nam, les ensembles de Gongs font partie de nombreuses cérémonies et sont étroitement liés à la vie quotidienne des communautés et au cycle des saisons. Ces instruments, d’un diamètre variant de 25 à 80 centimètres, sont joués par les hommes comme par les femmes.
À travers les montagnes du centre du Viet Nam, les ensembles de Gongs font partie de nombreuses cérémonies et sont étroitement liés à la vie quotidienne des communautés et au cycle des saisons. Ces instruments, d’un diamètre variant de 25 à 80 centimètres, sont joués par les hommes comme par les femmes.

L’espace de la culture des gongs, dans les montagnes du centre du Vietnam, englobe plusieurs provinces et dix-sept communautés ethnolinguistiques austro-asiatiques et austronésiennes. Étroitement liés à la vie quotidienne et au cycle des saisons, leurs systèmes de croyances composent un monde mystique où le jeu du gong constitue un langage privilégié entre les hommes, les divinités et le monde surnaturel. Derrière chaque gong se cache un dieu ou une déesse d’autant plus puissant que le gong est ancien. Toute famille possède au moins un gong qui témoigne de sa fortune, de son autorité et de son prestige, tout en lui assurant protection. Si différents cuivres sont utilisés lors de certaines cérémonies, seul le gong est présent dans tous les rituels de la vie de la communauté et constitue le principal instrument cérémoniel.

La façon de jouer du gong varie d’un village à l’autre. Chaque instrumentiste porte un gong différent, d’un diamètre variant entre 25 et 80 cm. Les ensembles d’hommes ou de femmes comptent entre trois et douze gongs selon les villages. La configuration et le rythme sont adaptés au contexte de la cérémonie, tels le sacrifice rituel des bœufs, la bénédiction du riz ou les deuils. Les gongs de la région sont achetés dans les pays voisins et accordés afin d’obtenir la tonalité souhaitée et d’en faire leur propre instrument.

Les mutations économiques et sociales ont bouleversé le mode de vie traditionnel de ces communautés et ne fournissent plus le contexte originel de la culture des gongs. La transmission de ce mode de vie, des connaissances et savoir-faire a été particulièrement perturbée pendant les décennies de guerre du siècle dernier. Aujourd’hui, le phénomène est aggravé par la disparition des vieux artisans et l’intérêt croissant des jeunes pour la culture occidentale. Privés de leur signification sacrée, les gongs sont parfois vendus comme matériau recyclable ou échangés contre d’autres produits.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO

Projet de sauvegarde (06-2007/07-2009)

À travers les montagnes du centre du Viet Nam, les ensembles de Gongs font partie de nombreuses cérémonies et sont étroitement liés à la vie quotidienne des communautés et au cycle des saisons. Ces instruments, d’un diamètre variant de 25 à 80 centimètres, sont joués par les hommes comme par les femmes.