string(9) "index.php" UNESCO Secteur de la culture - Patrimoine immatériel - Convention 2003 :
http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00142

Le Gule Wamkulu

Inscrit en 2008 (3.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (originellement proclamé en 2005)

Pays : Malawi, Mozambique, Zambie

Identification

Description

Le Gule Wamkulu était un culte secret comprenant une danse rituelle pratiqué chez les Chewa au Malawi, en Zambie et au Mozambique. Il était exécuté par les membres de la confrérie Nyau, une société secrète d’hommes initiés. Dans la société matrilinéaire traditionnelle des Chewa, où les hommes mariés jouaient un rôle relativement marginal, le Nyau leur offrait un moyen d’exercer un contrepoids et d’établir une solidarité entre les hommes de plusieurs villages. Aujourd’hui encore, les membres de la confrérie Nyau assurent l’initiation des jeunes garçons à l’âge adulte et exécutent le Gule Wamkulu qui, succédant à l’initiation, célèbre leur intégration dans la société des adultes.

Le Gule Wamkulu a lieu après la moisson de juillet, mais aussi lors de mariages, de funérailles, de l’entrée en fonction ou de la mort d’un chef. Pour ces occasions les danseurs Nyau revêtent des costumes et des masques en bois et en paille, représentant toute sorte de créatures : animaux sauvages, esprits des morts, marchands d’esclaves ou des figures plus récentes comme la honda ou l’hélicoptère. Chacun de ces personnages tient un rôle particulier, souvent malfaisant, qui illustre un comportement répréhensible et permet d’enseigner les valeurs morales et sociales. Ils exécutent des danses avec une extraordinaire énergie, divertissant et effrayant tout à la fois le public par leur incarnation du monde des esprits et des morts.

Le Gule Wamkulu remonte au grand empire Chewa du dix-septième siècle. Malgré les efforts des missionnaires chrétiens pour en interdire la pratique, il a réussi à survivre sous le régime colonial britannique en intégrant certains aspects du christianisme. Ainsi les hommes Chewa sont souvent en même temps membres d’une église chrétienne et d’une société Nyau. Cependant, le Gule Wamkulu perd peu à peu de ses fonctions et signification originales dans la mesure où il tend à être réduit à un divertissement pour touristes ou mis au service de partis politiques.

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO

Projet de sauvegarde (11-2006/12-2009)

Le texte suivant n’est malheureusement pas disponible en français.
Performed by the Chewa people of Malawi, Mozambique and Zambia, the Gule Wamkulu is a dance that accompanies initiation ceremonies, weddings, funerals and the installation of chiefs. Male dancers wear full costumes and masks made of wood and straw, expressing a great variety of spiritual and secular characters.

This multinational project, coordinated by the Malawian National Commission for UNESCO, includes, among others, the following safeguarding activities:

  • capacity building among master practitioners (training of trainers) and training workshops for young initiates through exchange programmes and the distribution of educational materials;
  • awareness raising effort through inter-village, national and multinational festivals and joint radio and TV programmes;
  • support to Malawian, Zambian and Mozambican staff for research, documentation and the creation of an inventory on Gule Wamkulu, collating resources of all three countries;
  • encouragement of legal protection of intangible cultural heritage.

For monitoring and continuous exchange among three countries, a multinational safeguarding committee composed of tradition bearers, Chewa authorities, and the respective national implementation agencies in each country has been created.