http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00205

La technique de cuisson traditionnelle du céladon de Longquan

Inscrit en 2009 (4.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Chine

Identification

Description

La technique de cuisson traditionnelle du céladon de Longquan

La ville de Longquan, dans la province chinoise côtière de Zhejian, est réputée pour sa poterie céladon et sa technique de cuisson traditionnelle qui lui confère sa glaçure spécifique. Composée d’argile or-violet et d’un mélange de feldspath calciné, de calcaire, de quartz et de cendre de végétaux, la glaçure est préparée selon des recettes souvent transmises de génération en génération par des maîtres ou au sein des familles. La glaçure est appliquée sur un récipient en grès cuit qui est ensuite recuit selon un cycle de six opérations de cuisson-refroidissement où la précision des températures revêt une importance primordiale : toute cuisson excessive ou insuffisante gâtera l’effet produit. Les artistes expérimentés dans l’art du céladon contrôlent soigneusement chaque étape en utilisant un thermomètre et en observant la couleur de la flamme qui peut monter jusqu’à 1 310º C. Le produit final prend l’un des deux styles suivants : le céladon dit du « grand frère » a un fini noir avec effet craquelé, tandis que celui dit du « jeune frère » a un fini épais gris lavande et vert prune. Avec sa teinte vert de jade sous-jacente, le céladon cuit par les entreprises familiales de Longquan est apprécié en tant que technique produisant de véritables chefs-d’œuvre qui peuvent aussi servir d’objets usuels. C’est un symbole du patrimoine culturel des artisans, de leur ville et de la nation, dont ils tirent une grande fierté.

Documents

Décision 4.COM 13.24

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : La technique de cuisson traditionnelle du céladon de Longquan se transmet de génération en génération au sein des communautés concernées depuis des siècles ;
  • R.2 : L’inscription de l’élément sur la Liste représentative contribuerait à la visibilité et à faire mieux connaître le patrimoine culturel immatériel, à stimuler le dialogue interculturel et à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité de l’humanité à travers le monde ;
  • R.3 : Diverses mesures de sauvegarde passées et futures sont décrites telles que la reconnaissance des artistes et leurs subventions, la recherche scientifique et les échanges intellectuels sur les procédés de fabrication, et une meilleure connaissance de l’élément grâce à la création d’un musée et d’un village ;
  • R.4 : L’élément a été proposé par les organisations compétentes avec le concours et le consentement des détenteurs du savoir-faire ;
  • R.5 : L’élément est inscrit sur la Liste nationale du patrimoine culturel immatériel gérée par le Département du patrimoine culturel immatériel du Ministère de la culture.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO