http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00411

Le Mibu no Hana Taue, rituel du repiquage du riz à Mibu, Hiroshima

Inscrit en 2011 (6.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Japon

Identification

Description

Le Mibu no Hana Taue, rituel du repiquage du riz à Mibu, Hiroshima

Le Mibu no Hana Taue est un rituel agricole japonais exécuté par les communautés Mibu et Kawahigashi de la ville de Kitahiroshima, préfecture d’Hiroshima, pour honorer le dieu du riz afin qu’il leur assure une récolte abondante de riz. Le premier dimanche de juin, quand le repiquage du riz est terminé, le rituel illustre la plantation et le repiquage. Des villageois conduisent au sanctuaire de Mibu des animaux de bétail qui portent des colliers de couleur et des selles décorées de motifs élaborés. Un ancien portant un bâton sacré les conduit jusqu’à une rizière spécialement réservée pour le rituel. Une fois le champ labouré par le bétail, des filles aux vêtements colorés placent des plants dans une caisse en interprétant un chant sous la direction d’une personnes plus âgée. Puis le sol de la rizière est aplani à l’aide d’un outil (eburi) qui passe pour contenir le dieu des rizières. Les filles repiquent ensuite les plants un par un, en reculant, suivies de l’utilisateur de l’eburi et de la personne portant les plants, qui arasent le champ au passage. Des chants rituels sont exécutés avec un accompagnement de tambours, de flûtes et de petits gongs. Quand le repiquage rituel est terminé, l’eburi est placé sens dessus dessous dans l’eau avec trois bottes de plants de riz. La transmission est assurée par les anciens qui connaissent les chants et la musique pour planter le riz et qui veillent à la bonne exécution du rituel.

Documents

Décision 6.COM 13.25

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : Le Mibu no Taue Hana est préservé et transmis par les agriculteurs et les populations locales de Mibu et les communautés de Kawahigashi qui le considèrent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et comme source d’un sentiment d’identité et de continuité ;
  • R.2 : L’inscription du Mibu no Taue Hana sur la Liste représentative contribuerait à la visibilité et la prise de conscience de l’importance du patrimoine culturel immatériel d’une manière plus large et favoriserait la compréhension mutuelle entre les peuples qui pratiquent des rituels agricoles semblables ;
  • R.3 : Les mesures de sauvegarde actuelles et récentes démontrent la coopération de la communauté concernée avec la préfecture et l’État, tandis que les mesures futures, telles que la documentation et les activités éducatives, contribuent à la viabilité future de l’élément ;
  • R.4 : Le dossier de candidature a été soumis avec la participation active de l’Association pour la Préservation du Mibu no Taue Hana, qui a donné son consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : Avec la participation et le consentement des associations concernées, le Mibu no Taue Hana a été inscrit en 1976 comme Bien populaire important du patrimoine culturel immatériel sur l’Inventaire national tenu par l’Agence des affaires culturelles.

Inscrit le Mibu no Hana Taue, rituel du repiquage du riz à Mibu, Hiroshima sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO