string(9) "index.php" UNESCO Secteur de la culture - Patrimoine immatériel - Convention 2003 :
http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00436

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien

Inscrit en 2010 (5.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Colombie

Identification

Description

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien font partie du patrimoine des groupes afro-colombiens des départements de Valle del Cauca, Cauca et Nariño. Le chant des femmes et des hommes (cantadoras et chureadores) se mêle au son des instruments acoustiques fabriqués à la main avec les matériaux locaux : le bois de palmier pour les Marimbas, le bois et le cuir pour les tambours graves et joués à la main, et le bambou et les graines pour les hochets. Cette musique se joue principalement au cours de quatre rituels : Arrullo, Currulao, Chigualo et Alabao. L’Arrullo est un rituel de vénération des saints que dirigent les femmes qui préparent les saints, les bougies et les autels et interprètent des chants au son du tambour et, à l’occasion, des Marimbas. Le Currulao (ou danse Marimba) est un événement festif. Les hommes jouent de la Marimba et interprètent des chants profanes, tandis que les gens chantent, dansent, mangent, boivent, et racontent des histoires. Le Chigualo est une veillée qui suit la mort d’un petit enfant. Le corps est recouvert de fleurs et des chants a cappella sont exécutés autour du défunt. L’Alabao est la veillée funèbre d’un adulte où l’on chante aussi a cappella des chants extrêmement tristes. La connaissance musicale de ces traditions se transmet oralement de génération en génération, les jeunes exécutants étant guidés par des musiciens plus expérimentés. Avec un fort pourcentage de la population afro-colombienne de la région ayant émigré vers les zones urbaines au cours des dernières décennies, son patrimoine musical demeure une source importante d’identité communautaire, que ce soit dans ses villages d’origine ou en ville.

Documents

Décision 5.COM 6.8

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : La musique Marimba et les chants traditionnels sont transmis de génération en génération et recréés en permanence par les Afro-Colombiens, leur procurant ainsi un sentiment de communauté et d’appartenance, même dans de nouveaux milieux urbains et des conditions sociales en évolution ;
  • R.2 : Leur inscription sur la Liste représentative pourrait contribuer à promouvoir la diversité culturelle et les valeurs de la créativité humaine, le respect et la compréhension mutuels, tout en augmentant la visibilité et la sensibilisation au patrimoine culturel immatériel ;
  • R.3 : La candidature décrit les efforts en cours et récents des praticiens, des communautés et des autorités pour assurer la viabilité de l’élément, notamment le programme de la Route de la Marimba qui reflète les idées, les priorités et les engagements de la société tout entière ;
  • R.4 : La candidature est le résultat des efforts communs des communautés, groupes et individus dont les opinions et les priorités sont reflétées à toutes les étapes de son élaboration, et ces derniers ont fourni leur consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien sont inclus depuis 2009 dans la Liste représentative des biens du patrimoine culturel immatériel, tenue par le Ministère de la culture.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO