http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00567

Le pèlerinage au sanctuaire du seigneur de Qoyllurit’i

Inscrit en 2011 (6.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Pérou

Identification

Description

Devotee on his arrival to the Sanctuary

Le Pèlerinage au sanctuaire du seigneur de Qoyllurit’i mêle des éléments empruntés à la fois au catholicisme et au culte des dieux de la nature préhispaniques. Il commence cinquante-huit jours après la célébration du dimanche de Pâques, quand 90000 personnes des environs de Cusco se rendent au sanctuaire, situé dans la cuvette de Sinakara. Les pèlerins sont divisés en huit « nations » correspondant à leurs villages d’origine : Paucartambo, Quispicanchi, Canchis, Acomayo, Paruro, Tawantinsuyo, Anta et Urubamba. Le pèlerinage comprend des processions de croix qui font l’ascension de la montagne au sommet enneigé puis en redescendent, ainsi qu’une procession de vingt-quatre heures pendant laquelle les nations Paucartambo et Quispicanchi portent des images du seigneur de Tayancani et de la Vierge éplorée jusqu’au village de Tayancani pour saluer les premiers rayons du soleil. La danse joue un rôle central dans le pèlerinage : une centaine de danses différentes représentatives des différentes « nations » sont exécutées. Le Conseil des Nations de pèlerins et la Confrérie du seigneur de Qoyllurit’i dirigent les activités du pèlerinage, ses règles et ses codes de conduite et fournissent la nourriture, tandis que les pablitos ou pabluchas, personnages portant des vêtements en alpaga et des masques d’animaux en laine tissée s’occupent du maintien de l’ordre. Le pèlerinage réunit une grande variété d’expressions culturelles et constitue un lieu de rencontre pour les communautés de différentes altitudes de la chaîne andine pratiquant différentes activités économiques.

Documents

Décision 6.COM 13.38

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : Englobant des expressions culturelles d’origine diverse, le pèlerinage du seigneur de Qoyllurit’i réunit des communautés andines de la région de Cusco et leur procure un sentiment d’identité et de continuité ;
  • R.2 : Son inscription sur la Liste représentative pourrait contribuer à assurer la visibilité du patrimoine culturel immatériel ainsi qu’à promouvoir le dialogue interculturel et le respect mutuel entre les différentes communautés partageant des pratiques syncrétiques semblables ;
  • R.3 : Les mesures actuelles et proposées reflètent les efforts de la communauté, des autorités nationales et locales ainsi que des institutions concernées pour sauvegarder le pèlerinage et protéger l’environnement associé à l’élément ;
  • R.4 : Les communautés, à travers les diverses institutions les représentants, ont participé activement au processus de candidature et fourni leur consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : Grâce à l’active participation de la communauté, l’élément a été inclus en 2004 dans l’inventaire intitulé les « Déclarations du patrimoine culturel de la nation », administré par l’Institut national de la culture.

Inscrit le pèlerinage au sanctuaire du seigneur de Qoyllurit’i sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO