string(9) "index.php" UNESCO Secteur de la culture - Patrimoine immatériel - Convention 2003 :
http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/00639

Les diables danseurs de Corpus Christi du Venezuela

Inscrit en 2012 (7.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Pays : Venezuela (République bolivarienne du)

Identification

Description

Les diables danseurs de Corpus Christi du Venezuela

Les petites communautés de la région côtière du centre du Venezuela ont une façon particulière de célébrer la Fête du Corpus Christi, fête catholique romaine annuelle commémorant la présence du Christ dans le sacrement. Des groupes d’adultes, de jeunes hommes et d’enfants déguisés en diables masqués dansent vers l’arrière en attitude pénitente tandis qu’une autorité de l’Église catholique s’avance avec le Saint Sacrement. Des instruments à cordes et percussion offrent un accompagnement musical et les fidèles portent des maracas pour éloigner les esprits maléfiques. Au sommet de la célébration, les diables se rendent au Saint Sacrement, symbolisant le triomphe du Bien sur le Mal. Les danseurs ou promeseros (prometteurs) sont membres à vie d’une confrérie qui transmet la mémoire historique et les traditions ancestrales. Chaque confrérie fabrique ses propres masques de diable qui se portent avec des croix, des scapulaires et des palmes bénites. Les danseurs utilisent aussi des cloches, des foulards et des rubans de protection contre les esprits maléfiques. Les femmes veillent à la préparation spirituelle des enfants, organisent les phases du rituel, préparent la nourriture, prêtent leur appui aux danses et élèvent des autels sur le chemin de la procession; ces dernières années, certaines communautés ont commencé à les accueillir comme danseuses. La pratique est imprégnée de créativité, d’organisation et de foi, et promeut un sens aigu de l’identité communautaire et culturelle.

Documents

Décision 7.COM 11.35

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme suit :

  • R.1 : Les diables danseurs du Corpus Christi et particulièrement les confréries responsables de la célébration sont clés pour la cohésion sociale de leurs communautés et la transmission de la mémoire et des traditions ainsi que pour le développement communautaire ;
  • R.2 : L’inscription des diables danseurs sur la Liste représentative pourrait contribuer à sensibiliser à l’importance du patrimoine culturel immatériel tout en encourageant le dialogue interculturel entre les porteurs d’un patrimoine semblable ailleurs en Amérique latine et les Caraïbes tout en illustrant la diversité culturelle et la créativité humaine ;
  • R.3 : Un programme exhaustif impliquant à la fois les confréries et les agences gouvernementales comprend des mesures de sauvegarde telles que des rencontres sur les modes de transmission ou sur l’équilibre entre les formes traditionnelles et l’innovation, la mise à jour des inventaires, des ateliers sur la fabrication des instruments de musique et des mesures visant à s’assurer que les communautés sont les principales bénéficiaires de toute activité commerciale associée ;
  • R.4 : Des associations locales et nationales et des confréries de diables danseurs ont participé activement à tous les stades de la préparation et l’élaboration de la candidature et ont fourni leur consentement libre, préalable et éclairé ;
  • R.5 : Les diables danseurs du Corpus Christi sont inclus dans le premier Registre vénézuélien du patrimoine culturel immatériel et dans plusieurs catalogues publiés par l’Institut du patrimoine culturel, élaborés avec la participation des maîtres et des promoteurs culturels de chaque localité qui recueillent, fournissent et valident les informations contenues dans l’inventaire.

Inscrit les diables danseurs du Corpus Christi du Venezuela sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Diaporama

Vidéo


© (2011) Fundación Centro de la Diversidad Cultural

Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO