L'art du đờn ça tài tử, musique et chants, dans le sud du Viet Nam


Inscrit en 2013 (8.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© 2011 by Vietnamese Institute for Musicology
Art musical aux racines à la fois érudites et populaires, le đờn ca tài tử est un élément indispensable de l’activité spirituelle et du patrimoine culturel de la population du sud du Viet Nam. La musique et les chansons font écho au mode de vie et au travail dans les champs et les rivières de la région du delta du Mékong. Interprétées à l’occasion de nombreux événements, tels que des festivals, des célébrations et des rituels d’anniversaires de décès, elles sont profondément liées à d’autres coutumes et pratiques culturelles, aux traditions orales et au travail artisanal. Les interprètes expriment des émotions et des sentiments en improvisant, en ornementant et en faisant des variations sur la structure mélodique et les principaux motifs rythmiques des morceaux. Le đờn ca tài tử est interprété sur une grande variété d’instruments différents, dont le luth en forme de lune, le violon à deux cordes, la cithare à seize cordes, le luth en forme de poire, l’instrument à percussion, le monocorde et la flûte en bambou. Son répertoire est basé sur vingt chansons principales et soixante-douze chansons classiques. Cet art musical se transmet oralement, par imitation, des maîtres instrumentistes et chanteurs aux étudiants. Les musiciens doivent étudier au moins trois ans afin d’apprendre les techniques instrumentales de base et maîtriser les modes musicaux qui leur permettront d’exprimer différentes ambiances et émotions. Les étudiants en chant étudient les chansons traditionnelles et apprennent à improviser d’une manière subtile en utilisant divers ornements techniques.