La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères)


Inscrit en 2009 (4.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité

© 2008 by Information and Documentation Center of Folk Culture / Ministry of Culture and Tourism
La tradition Âşıklık (de l’art des trouvères) est perpétuée en Turquie par des chanteurs-poètes itinérants, appelés ''âşıks". Vêtus de la tenue traditionnelle et grattant sur un instrument à cordes appelé ''saz,'' l’âşık se produit souvent dans les mariages, dans les cafés et lors de festivals publics de toutes sortes. L’âşık est appelé, lors d’un rêve, à entreprendre le long apprentissage de l’art de jouer des instruments à cordes et à percussion, du chant, du récit oral et de la répartie qui est au cœur de la vocation. Les poèmes qu’il récite et qui parlent généralement d’amour, sont écrits en mètres syllabiques rimés et se terminent par un quatrain dans lequel l’âşık prononce les ''Mâhlas,'' son pseudonyme. Les improvisations peuvent aussi inclure des devinettes, des contes traditionnel, des joutes verbales et de créativité avec d’autres âşıks, ainsi que des vers chantés avec une aiguille dans la bouche pour se forcer à réciter des poèmes en évitant les sons B, P, V, M et F. En allant de communauté en communauté, les âşıks contribuent à répandre les valeurs culturelles et les idées et à faciliter un dialogue social fort, en partie à travers la satire sociale et politique ainsi que la poésie sur des thèmes d’actualité. Aux mariages, en particulier, les âşıks sont considérés comme des instructeurs et des guides dont la tradition s’inspire de la culture littéraire turque et l’enrichit, comme elle enrichit la vie quotidienne des communautés du pays.