string(9) "index.php" UNESCO Secteur de la culture - Patrimoine immatériel - Convention 2003 :
http://www.unesco.org/culture/ich/fr/USL/00517

Al Sadu, tissage traditionnel dans les Émirats arabes unis

Inscrit en 2011 (6.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

Pays : Émirats arabes unis

Identification

Description

Al Sadu, tissage traditionnel dans les Émirats arabes unis

Al Sadu désigne une forme traditionnelle de tissage utilisée aux Émirats arabes unis par les femmes bédouines des communautés rurales afin de produire des vêtements soyeux et des accessoires décoratifs pour les chameaux et les chevaux. Après que les hommes ont tondu les moutons, les chameaux et les chèvres, la laine est nettoyée et préparée par les femmes. Le fil est enroulé autour d’un fuseau, puis teint et enfin tissé sur un métier posé sur le sol pour constituer une armure toile à trame invisible. Les couleurs traditionnelles sont le noir, le blanc, le marron, le beige et le rouge, et le tissu présente des motifs particuliers en forme d’étroites bandes de figures géométriques. Les tisseurs se rassemblent souvent en petits groupes pour filer et tisser tout en échangeant des nouvelles sur la famille et en chantant ou en récitant des poèmes à l’occasion. C’est lors de telles réunions que s’effectue traditionnellement la transmission : les filles apprennent en observant et en participant peu à peu à des tâches comme le tri de la laine, avant de s’essayer aux techniques plus complexes requises par le tissage. Cependant, le développement économique et les transformations sociales rapides entraînés par l’exploitation du pétrole aux Émirats ont provoqué un fort déclin de la pratique du Al Sadu. Les communautés bédouines pastorales se sont dispersées dans les villes et les jeunes femmes travaillent de plus en plus hors de chez elles. Désormais, les détenteurs du Al Sadu sont essentiellement des femmes âgées dont le nombre diminue.

Documents

Décision 6.COM 8.21

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente comme suit :

  • U1 : Développé par les femmes bédouines comme une partie intégrante de leur vie nomade dans le désert, les savoir-faire du tissage Al Sadu ont été transmis de génération en génération et recréés en fonction des besoins présents de la communauté ;
  • U2 : La viabilité de l’élément est menacée par le déclin du mode de vie pastoral, la diminution du nombre de praticiens, des opportunités économiques locales limitées en termes de génération de revenus et un manque d’intérêt pour l’apprentissage des savoir-faire traditionnels parmi la jeune génération féminine ;
  • U3 : Les mesures de sauvegarde correspondent aux besoins identifiés et peuvent contribuer au développement durable ainsi qu’à une sensibilisation à l’élément, tout en améliorant la situation économique des détenteurs ; les activités comprennent des centres de formation régionaux et locaux, des fonds gouvernementaux et des ONG, des prix et des activités de promotion, d’éducation et de renforcement des capacités, ou encore la protection de la propriété intellectuelle ;
  • U4 : Un certain nombre de documents sont fournis pour exprimer le consentement des principaux acteurs et organisations qui ont été impliqués dans l’élaboration de la candidature ;
  • U5 : Le tissage Al Sadu a été inscrit sur l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de l’Émirat d’Abou Dhabi, administré par l’Autorité d’Abu Dhabi pour la culture et le patrimoine (ADACH).

3. Inscrit Al Sadu, tissage traditionnel dans les Émirats arabes unis sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ;
Félicite l’État partie pour l’ampleur et la diversité des mesures de sauvegarde proposées, mais l’encourage à s’assurer que les praticiens soient pleinement impliqués dans leur planification et leur mise en œuvre ;
Note que le tissage est largement pratiqué dans la région et encourage en outre l’État partie à envisager une candidature multinationale.

Diaporama

Vidéo



Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO