Les compétences traditionnelles de construction et de navigation des bateaux iraniens Lenj dans le golfe Persique


Inscrit en 2011 (6.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

© Iranian Cultural Heritage, Handicrafts, and Tourism Organization (2010 & 2011)
Par tradition, les lenjes iraniens sont construits manuellement et sont utilisés par les habitants de la côte nord du golfe Persique pour les voyages en mer, le commerce, la pêche et la plongée pour récolter les huîtres perlières. Les savoirs traditionnels associés aux lenjes comprennent la littérature orale, les arts du spectacle et les festivals, en plus de la navigation et ses techniques, la terminologie, les prévisions météorologiques étroitement associées à la navigation, et les compétences requises pour construire des bateaux en bois. Les connaissances maritimes requises pour piloter ces bateaux se transmettaient traditionnellement de père en fils. Les navigateurs iraniens se repéraient à la position du soleil, de la lune et des étoiles ; ils utilisaient des formules particulières pour calculer la latitude, la longitude et la profondeur de l’eau. Chaque vent avait reçu un nom, qui, avec la couleur de l’eau ou la hauteur des vagues était utilisé pour faire les prévisions météorologiques. La navigation dans le golfe Persique était par ailleurs indissociable d’une musique et de rythmes particuliers, les marins ayant pour habitude de chanter tout en travaillant. Aujourd’hui, la communauté des praticiens est réduite et se compose essentiellement de personnes âgées. Les lenjes en bois sont remplacés par des bateaux en fibre de verre moins coûteux et les ateliers de construction des lenjes se transforment en atelier de réparation pour les plus anciennes de ces embarcations. La philosophie, le contexte rituel, la culture et le savoir traditionnel liés à la navigation dans le golfe Persique s’estompent peu à peu, même si certaines cérémonies associées sont encore pratiquées en certains endroits.