RSS

Le Mali se lance dans un inventaire du patrimoine culturel immatériel

Festival du Kapolondougou, Sikasso, République du Mali
19 mars 2014 – Les activités d’inventaire du patrimoine culturel immatériel ont été officiellement lancées par le Ministère de la culture du Mali lors d’une cérémonie le 7 mars dernier à Bamako, en présence de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) et des représentants des corps diplomatiques.

Grâce à une assistance internationale d’urgence de plus de 300 000 dollars, financés par le Fonds du patrimoine culturel immatériel, les travaux d’inventaire vont dans un premier temps se concentrer dans les zones affectées par le conflit.

En effet, la crise qui a sévi dans les régions septentrionales du pays a eu des conséquences très dommageables sur le patrimoine culturel malien sous toutes ses formes. Outre les destructions de quatorze mausolées et de mosquées à Tombouctou et les 4 200 manuscrits brûlés, les populations de ces régions ont été sévèrement réprimées pendant plusieurs mois, empêchées de s’adonner à leurs pratiques et expressions culturelles.

L’inventaire vise à identifier et documenter les connaissances et pratiques relatives à la nature, traditions orales, rituels et événements festifs, l’artisanat traditionnel ou encore les pratiques traditionnelles relatives à la prévention et à la résolution des conflits.

Cet inventaire devrait apporter une contribution importante aux efforts déployés par les autorités nationales et la communauté internationale pour restaurer le respect mutuel entre les communautés. L’UNESCO apportera son soutien aux autorités maliennes pour le bon déroulement du projet, en garantissant les conditions de sécurité avec l’aide de la MINUSMA.

Lors de la cérémonie, le Ministre a saisi l’occasion pour célébrer l’inscription des « pratiques et des savoirs liés à l’Imzad des communautés touarègues de l’Algérie, du Mali et du Niger » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco en décembre 2013.

02 avril 2014 – Maroc : la sauvegarde du patrimoine vivant, un intérêt partagé par différents acteurs07 mars 2014 – Le Sri Lanka et le Bhoutan sont mieux préparés à l’utilisation des mécanismes internationaux de la Convention