RSS

Nouveau centre en Algérie pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique

Le Kankurang, rite d’initiation mandingue
21 novembre 2013 – Le réseau de centres de catégorie 2 sous l’égide de l’UNESCO est sur le point de s’agrandir, suite à la décision de créer en Algérie un centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique Le centre, approuvé pendant la 37ème session de la Conférence générale de l’UNESCO, sera dédié à la promotion de la sauvegarde du patrimoine vivant en Afrique par la mise en œuvre efficace de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Les principales fonctions du centre Algérien sont d’encourager les États africains à adopter des mesures politiques, législatives et administratives pour la sauvegarde du patrimoine vivant de leurs territoires et à organiser des activités pour renforcer les capacités nationales dans les domaines de l’identification, de la documentation et de la réalisation d’inventaires en s’appuyant sur les communautés, tout en promouvant la coopération et le travail en réseau des praticiens, des communautés, des experts, des fonctionnaires, des centres d’expertise, des instituts de recherche, des musées, des centres d’archives et autres organismes et institutions.

Le centre s’ajoutera à la liste des six centres existants à l’heure actuelle en Bulgarie, en Chine, au Japon, au Pérou, en République islamique d’Iran et en République de Corée, consacrés exclusivement à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, avec un septième centre au Brésil consacré à la fois au patrimoine matériel et immatériel.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Internet de la Section du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO sur les Centres de catégorie 2.

26 novembre 2013 – Le Kazakhstan juge l’inventaire de son patrimoine vivant comme prioritaire 28 octobre 2013 – L’UNESCO approuve une aide d’urgence pour permettre au Mali de dresser un inventaire de son patrimoine immatériel