Intégrer le patrimoine immatériel dans l’éducation : « une situation gagnant-gagnant »

  • 12 décembre 2016
[alt]

Co-organisée par la Section du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO et l’Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique, une table ronde intitulée « Apprendre avec le patrimoine culturel immatériel dans le domaine de l’éducation » s’est tenue dans le cadre de la onzième session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à Addis-Abeba, en Éthiopie.

Enregistrement vidéo recording de la table ronde : original

Dans son discours d’ouverture, la modératrice Jyoti Hosagrahar, Directrice de la Division pour la créativité du Secteur de la culture de l’UNESCO, a relevé que « l’éducation et la culture ont tout à gagner à intégrer le patrimoine culturel immatériel dans l’éducation. Cette intégration peut contribuer de manière significative à atteindre l’objectif 4 de développement durable ». Elle a en outre souligné que la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel met l’accent sur la transmission du patrimoine culturel immatériel par l’éducation formelle et non formelle dans le cadre des mesures de sauvegarde proposées.

Après quelques remarques de la part des co-organisateurs et de Mahama Ouedraogo, de la Commission de l’Union africaine, les intervenants ont discuté d’expériences menées sur le terrain au Belize, en Ouganda et au Pakistan.
La facilitatrice de l’UNESCO Sajida Vandal a présenté un projet de l’UNESCO portant sur l’apprentissage avec le patrimoine immatériel pour un avenir durable. Ce projet soulignait que pour favoriser la transmission, ce n’est pas seulement l’apprentissage du patrimoine culturel immatériel qu’il nous faut promouvoir, mais aussi l’apprentissage avec le patrimoine culturel immatériel.
Tous les orateurs ont montré comment l’intégration du patrimoine immatériel dans les écoles rétablit les liens entre ces dernières et les communautés et renforce le sentiment d’appartenance entre apprenants et enseignants.

L’un des principaux messages à retenir est que le patrimoine immatériel fournit de la matière et des méthodes tout en favorisant la pertinence et la qualité de l’éducation, qui offre quant à elle de larges espaces propices à la transmission. Les co-organisateurs ont tous deux exprimé leur intention de continuer à travailler sur le sujet : « Nous savons qu’il nous faut œuvrer ensemble dans le domaine de l’éducation et de la culture pour vraiment rendre cette relation mutuellement bénéfique ».

Pour plus d’informations, contacter :
Susanne Schnuttgen
Chef d’Unité, Renforcement des capacités et politique du patrimoine
Section du patrimoine culturel immatériel, UNESCO
s.schnuttgen@unesco.org

Réunion :