L’Equateur progresse dans la consolidation de ses politiques publiques de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

[alt]

Ce 16 juin, à Puerto López (Province de Manabí), a eu lieu le dernier des trois ateliers de renforcement des capacités sur l’élaboration de politiques publiques destinées à sauvegarder le patrimoine culturel immatériel.
Ces ateliers, qui se sont tenus ces derniers mois, ont été organisés conjointement par l’UNESCO, le ministère de la Culture et du Patrimoine et l’Institut national du patrimoine culturel (INPC) de la République d’Equateur. Ils ont permis aux détenteurs de la culture vivante de l’Equateur et aux fonctionnaires des bureaux régionaux du ministère, de l’INPC, ainsi que du Secrétariat national de la planification et du développement et des gouvernements autonomes décentralisés d’examiner des outils en vue de réviser et d’adapter les programmes de développement pour y inclure la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.
Cette tâche revêt une grande importance au vu des efforts fournis par la République d’Equateur pour se remettre des conséquences du séisme tragique du 16 avril dernier.
L’atelier de Puerto López a permis d’étudier les menaces pour le patrimoine culturel immatériel dans la province de Manabí, ainsi que d’établir une feuille de route pour inclure la gestion des risques dans les politiques publiques de sauvegarde du patrimoine vivant.
Ces ateliers s’inscrivent dans la continuité de formations précédentes sur l’élaboration d’inventaires qui ont eu lieu l’année dernière en Equateur dans le cadre d’un projet biennal financé par le Japon. Le projet devrait renforcer les capacités techniques des autorités locales en matière de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Projet :