Exposition ‘Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue americano-flamand

Inauguration de l’Exposition de photographies le 7 avril 2010

Exposition "Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand"%%%__[du 8 au 23 avril 2010 - en savoir plus
Exposition “Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand”
du 8 au 23 avril 2010 - en savoir plus

L’exposition met en scène 46 portraits à taille humaine, plusieurs séries de photographies illustrant des pratiques ou des coutumes relatives au patrimoine intangible, des vidéos et un film réalisé par le « Documentary Arts ». La coopération transatlantique en est le sujet central et à travers elle, l’exposition montre l’importance de sauvegarder le patrimoine culturel immatériel au 21ème siècle pour le sens de la continuité et de l’identité collective qu’il procure aux communautés.

  • Exposition de photographies: 8 – 23 avril 2010
  • Lieu: Salle des pas perdus, au siège de l’UNESCO
  • Organisateurs: Section du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO en collaboration avec Documentary Arts and FARO
  • Contact: Reiko Yoshida, r.yoshida@unesco.org (+33 (0)1 45 68 43 95)
  • Discours de Mme. Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO (anglais)
  • Discours de M. David Killion, Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique auprès de l’UNESCO (anglais)
  • Discours de M. Nic Vandermarliere, Délégué du Gouvernement flamand en France (anglais)
  • Discours de M. Marc Jacobs, Président de FARO (anglais)
  • Discours de M. Alan Govenar, Président de Documentary Arts (anglais)
  • Avis aux médias

Projection de films (salle de cinéma de l’UNESCO)

8 avril 2010
» 13h30-14h30: Projection de films documentaires sur le « “Texas Style » du Texas et le blues « Black on White/White and Black » du pianiste de Dallas Alex Moore
» 18h30-20h00: Spectacle par M. Michael Doucet et projection d’un film documentaire « Everything But the Squeak » sur une boucherie cajun en Louisiane
9 avril 2010
» 13h30-14h30: Projection d’un film documentaire sur un musicien palestinien Simon Shaheen à New York et «Little Willie Eason and Talking Gospel Guitar  »
» 18h30-20h00: Projection d’un film documentaire « Master Qi and the Monkey King » sur le Qi Shu Fang Troupe de l’Opéra de Pékin à New York

2010, l’Année internationale du rapprochement des cultures

Henry Gray est un pianiste et chanteur de blues à Baton Rouge, Louisiane

En 2010, l’Année internationale du rapprochement des cultures célèbre l’égale dignité de toutes les cultures et s’efforce de promouvoir le respect mutuel et la coopération pour une paix durable à travers le dialogue. La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui est au centre de la mission de l’UNESCO pour encourager la diversité culturelle – permet de favoriser, grâce à la coopération internationale, « la connaissance réciproque de la diversité culturelle, ethnique, linguistique et religieuse », l’un des quatre thèmes de l’Année internationale. La reconnaissance est un processus culturel fondamental déterminant pour que les communautés, groupes ou individus porteurs d’expressions, de pratiques et de représentations les identifient comme éléments de leur patrimoine culturel immatériel. L’exposition « Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand » explore les différentes facettes de ce processus de reconnaissance.

Documentary Arts et FARO

Qi Shu Fang of Woodhaven, New York is a performer of Peking opera, which combines song, dance and acrobatics in a specific form that dates to the 18th century.For more than twenty years, the troupe she founded with her husband Ding Meikui, the Qi Shu Fang Peking Opera Company, has staged full productions in New York City and across the country.

L’exposition est le résultat de l’engagement de longue date du photographe, cinéaste et spécialiste du folklore Alan Govenar et de l’organisation non gouvernementale Documentary Arts, avec le programme National Heritage Fellowship de la National Endowment for the Arts (NEA – Fondation nationale pour les arts) aux États-Unis d’Amérique. Par ce programme, inspiré du concept japonais de « trésor national vivant », la NEA honore chaque année une série d’artistes américain de la culture populaire américaine, sélectionnés pour leurs contributions à la vaste mosaïque culturelle du pays. Lorsque FARO, l’Interface flamande pour le patrimoine culturel en Belgique, a pris connaissance du programme de la NEA, grâce surtout aux recherches documentaires systématiques d’Alan Govenar, un dialogue fructueux s’est établi entre les deux rives de l’Atlantique. Comme le reste du monde, les Flandres sont aujourd’hui confrontées à deux défis majeurs pour son patrimoine vivant : d’une part mettre en place une politique et des pratiques appropriées afin de sauvegarder le patrimoine culturel immatériel au XXIe siècle, d’autre part cultiver la visibilité, la prise de conscience, le dialogue, la diversité et le développement durable. Au-delà des dispositions internationales de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, d’intéressants programmes plus anciens sont aussi redécouverts et étudiés qui peuvent se combiner et s’intégrer comme autant de sources potentielles d’inspiration, de réflexion et de développement.

Genèse de « Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand»

« Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand » présente des photographies d’Alan Govenar montrant quelques-unes des 300 personnes reconnues par la National Endowment for the Arts depuis 1982 ainsi que des porteurs du patrimoine culturel immatériel des Flandres, identifiés à travers des entretiens informels. En donnant à voir ces personnes des deux côtés de l’Atlantique en une seule et même exposition, nous sommes invités non seulement à reconsidérer nos préjugés sur les identités culturelles, mais aussi à réfléchir à la continuité, aux échanges et aux transmissions à travers le patrimoine vivant des communautés, des groupes et des individus. Cette exposition, qui se fonde sur les efforts déjà entrepris, vise à donner une impulsion nouvelle à la réflexion et à une discussion plus large en Flandres comme aux États-Unis sur les implications, le sens et le pouvoir de la recherche, la documentation et d’autres aspects de la sauvegarde, la médiation culturelle, la reconnaissance, l’appropriation et la négociation au XXIe siècle.

« Reconnaître notre patrimoine culturel : un dialogue américano-flamand » est présenté en coopération avec la Section du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO avec le soutien de Documentary Arts, du FARO, de la Communauté Flamande, de la Fondation Florence Gould et de la Mid Atlantic Arts Foundation en partenariat avec la National Endowment for the Arts.