http://www.unesco.org/culture/ich/fr/USL/00749

Le bigwala, musique de trompes en calebasse et danse du royaume du Busoga en Ouganda

Inscrit en 2012 (7.COM) sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

Pays : Ouganda

Identification

Description

Le bigwala, musique de trompes en calebasse et danse du royaume du Busoga en Ouganda

Le bigwala représente la musique et la danse d’une pratique culturelle du peuple basoga de l’Ouganda, exécutée lors de célébrations royales, notamment d’intronisations et de funérailles et, au cours des dernières décennies, à l’occasion d’événements communautaires. Le bigwala désigne un jeu de cinq trompes en calebasse jouées en hoquet pour produire une mélodie accompagnée d’une danse spécifique. Une performance typique commence par une trompe, suivie des autres, puis entrent dans l’ordre des tambourinaires, des chanteurs et des danseurs. Les chanteurs et les danseurs se déplacent en formation circulaire autour des cinq tambourinaires en faisant un léger mouvement de déhanchement, les mains levées en signe d’excitation au rythme de la musique. Les femmes spectatrices se mettent à iouler lorsque la performance atteint son apogée. Le bigwala contribue manifestement à l’unité du peuple basoga. Les paroles des chansons racontent l’histoire des Basoga en portant une attention particulière à leur roi, reconfirmant ainsi symboliquement leur identité et les liens avec leur passé. Le bigwala évoque aussi les thèmes de l’autorité, les problèmes matrimoniaux et les normes et les pratiques sociales acceptables. Cependant, il ne reste plus que quatre anciens maîtres détenteurs des techniques de fabrication du bigwala, de la maîtrise de l’instrument et de la danse, et leurs récentes tentatives de transmission se sont heurtés à des obstacles financiers. De ce fait, les performances de bigwala sont peu fréquentes, ce qui constitue une réelle menace pour sa survie.

Documents

Décision 7.COM 8.7

Le Comité (…) décide que [cet élément] satisfait aux critères d’inscription sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente comme suit :

  • U1 : La musique et danse du bigwala, composante essentielle des cérémonies royales et autres rituels communautaires importants, procure à la population basoga un sentiment d’identité partagée et de continuité historique, renforçant la cohésion sociale et permettant aux populations d’aujourd’hui de communiquer avec leurs ancêtres défunts ;
  • U2 : Le bigwala fait actuellement face à de graves menaces à sa viabilité, y compris un nombre limité de personnes âgées détentrices, la faiblesse des modes traditionnels de transmission, l’absence chez les jeunes de la connaissance de la tradition ou d’intérêt dans la pratique, et l’insécurité économique des détenteurs ainsi que des futurs interprètes potentiels ;
  • U3 : Parmi les efforts de sauvegarde passés, on constate une prise de conscience au niveau communautaire, local et national, de la nécessité de sauvegarder l’élément, notamment par son inclusion dans les programmes de recherche universitaires ; en outre, un plan de sauvegarde réalisable pour la viabilité du bigwala est proposé, qui inclut l’enseignement, la documentation, l’enregistrement audio et vidéo, la diffusion et l’organisation de festivals et d’ateliers sur la fabrication et la pratique des instruments de musique avec l’implication des communautés, y compris les quatre interprètes âgés et quatre groupes culturels locaux ainsi que l’État ;
  • U4 : Le processus de candidature a bénéficié de la participation des communautés basoga, de l’administration locale et particulièrement des praticiens du bigwala ; le consentement libre, préalable et éclairé à la candidature a été fourni par des praticiens et des groupes culturels locaux ;
  • U5 : Avec la participation de la communauté concernée, la musique de trompe en calebasse et danse a été intégrée en 2010 dans l’inventaire du patrimoine immatériel de la communauté basoga, effectué sous l’autorité du Ministère de l’égalité entre les sexes, du travail et du développement social ;

Inscrit le bigwala, musique de trompes en calebasse et danse du royaume du Busoga en Ouganda sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente ;
Prend note de l’importance de la musique et danse du bigwala dans les cérémonies royales du Royaume de Busoga et encourage l’État partie à coopérer étroitement avec les autorités du royaume dans la sauvegarde de l’élément ;
Prend note en outre que la candidature résulte en partie d’un projet de coopération du Fonds-en-dépôt UNESCO/Flandres et des efforts antérieurs dans le cadre de la stratégie de renforcement des capacités de l’UNESCO ;
Invite l’État partie à envisager la mise en œuvre du plan de sauvegarde proposé en 2013 plutôt qu’en 2014 comme indiqué dans le dossier de candidature, en accordant une attention particulière au renforcement des capacités pour la transmission du bigwala des praticiens aînés aux jeunes générations ;
Encourage l’État partie à veiller à établir un lien étroit lors de la mise en œuvre des mesures de sauvegarde proposées entre les activités planifiées, les acteurs responsables et les budgets alloués ;
Encourage en outre l’État partie à inventorier des traditions de musique et de danse similaires ou associées ailleurs en Ouganda, dont la connaissance pourrait aider à sauvegarder le bigwala au sein de la communauté basoga.

Diaporama

Vidéo


© 2012 by James Isabirye

Ces vidéos (et bien d’autres) sont aussi consultables depuis le site des archives multimedia de l’UNESCO