Réunions du Bureau de la cinquième session du Comité

Fonctions du Bureau

Conformément à l’article 12.2 du règlement intérieur du Comité, « le Bureau du Comité est chargé de coordonner les travaux du Comité et de fixer la date, l’heure et l’ordre du jour des séances. Il s’acquitte de toute autre tâche que lui confie le Comité ». Le paragraphe 49 des directives opérationnelles désigne le Bureau en tant qu’autorité habilitée à approuver des demandes d’assistance internationale jusqu’à 25 000 dollars des États-Unis. Le bureau est aussi chargé d’évaluer et d’approuver les demandes d’urgence supérieures à 25 000 dollars des États-Unis (paragraphe 50 des directives opérationnelles). En cas d’extrême urgence, et en conformité avec le critère U.6, le Bureau du Comité peut solliciter de l’(des) État(s) partie(s) concerné(s) la soumission d’une candidature à la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente suivant un calendrier accéléré (paragraphe 33 des directives opérationnelles).

Réunion 5.COM 2.BUR, 25 octobre 2010

Le Bureau du cinquième Comité intergouvernemental s’est réuni une deuxième fois le lundi 25 octobre 2010 de 10 h 00 à 13 h 00 en salle IV (Fontenoy).

Le Bureau a évalué des demandes d’assistance internationale jusqu’à 25 000 dollars des États-Unis et a approuvé les propositions spécifiques préparées par le Secrétariat sur le point 3 concernant les «autres fonctions du Comité » du plan pour l’utilisation des ressources du Fonds du patrimoine culturel immatériel, adopté par l’Assemblée générale à sa troisième session en juin 2010 (Résolution 3.GA 8).

L’ordre du jour provisoire de la cinquième session du Comité intergouvernemental (Nairobi / Kenya, 15 au 19 Novembre 2010) avait également été présenté par le Secrétariat.

Documents de travail

Réunion 5.COM 1.BUR, 27 novembre 2009

Le Bureau du cinquième Comité intergouvernemental s’est réuni une première fois le 27 novembre 2009 pour évaluer des demandes d’assistance préparatoire pour élaborer une candidature pour l’inscription sur la Liste de sauvegarde urgente et des propositions de programme, de projet ou d’activité susceptibles d’être sélectionné comme reflétant le mieux les principes et objectifs de la Convention. Il a également évalué des demandes d’assistance internationale jusqu’à 25 000 dollars des États-Unis.