http://www.unesco.org/culture/ich/fr/état/Philippines

Un système de Trésors humains vivants

Favoriser la transmission est un des moyens les plus importants de sauvegarde du PCI. L’UNESCO encourage les États à créer des systèmes nationaux de “Trésors humains vivants” qui honore les détenteurs exemplaires de traditions et qui les encouragent à transmettre leurs savoir-faire et leurs connaissances.

Introduction

Uwang Ahadas, trésor humain vivant philippin, enseignant et transmettant la pratique du gabbang
Uwang Ahadas, trésor humain vivant philippin, enseignant et transmettant la pratique du gabbang

Aux Philippines, la Loi n  7355 (anglais) a institutionnalisé en 1992 le titre de Trésor national vivant (Gamaba qui est l’abréviation de Gawad sa Manlilikha ng Bayan). Le titre de Trésor national vivant s’inspire du Prix national des artistes populaires créé en 1988 par le Rotary Club de Makati-Ayala, comme une marque de reconnaissance à l’égard des artistes représentant un large éventail de métiers philippins.

Dispositions légales

La Loi n  7355 du 5 février 1992 a été promulguée en vue de : (i) montrer l’importance des artistes populaires traditionnels; (ii) revitaliser les traditions artistiques des communautés ; (iii) instaurer des mécanismes permettant d’identifier et d’aider les artistes populaires traditionnels patentés à transmettre leur savoir-faire au sein de leur communauté et (iv) créer des occasions pour faire apprécier leurs créations à l’échelon local et international.

La Commission nationale pour la culture et les arts (CNCA), instance chargée de mettre en œuvre le système des Trésors nationaux vivants, a été instaurée par la Loi n  7356 du 5 février 1992.

Les règles et modalités de sélection des Trésors nationaux vivants, amendées en 2000, établissent la procédure détaillée concernant la mise en œuvre du système.

Qui sont les Trésors nationaux vivants ?

Les « Manlilikha ng Bayan » ou Trésors nationaux vivants sont des citoyens ou des groupes de citoyens engagés dans un art traditionnel exclusivement philippin, dont les compétences remarquables ont atteint un haut niveau d’excellence technique et artistique, et sont perpétuées et largement pratiquées par la génération actuelle avec le même degré de compétence technique et artistique que dans le passé (section 3, Loi n  7355).

Domaines du patrimoine culturel immatériel concernés

Selon les règles et modalités de sélection des Trésors nationaux vivants, le titre de « Trésor national vivant » honore les arts populaires traditionnels que sont l’architecture vernaculaire, les transports maritimes, le tissage, la sculpture, les arts du spectacle, la littérature, les arts graphiques et plastiques, la décoration, l’art du textile ou des fibres, la poterie, etc.

Organisme responsable

Le système est placé sous l’autorité de la Commission nationale pour la culture et les arts (CNCA), la plus haute instance chargée d’élaborer et de coordonner les politiques culturelles et artistiques des Philippines, et créée par la Loi n  7356 en 1992. La CNCA a pour mission d’identifier des artistes traditionnels, d’adopter un programme assurant la transmission de leurs savoir-faire et de prendre des mesures visant à promouvoir une juste reconnaissance et à instiller au peuple philippin un sentiment de fierté à l’égard des Trésors nationaux vivants.

La CNCA a créé le comité Gawad sa Manlilikha ng Bayan (Comité Gamaba) pour formuler des recommandations sur l’élaboration des politiques, mettre en œuvre des plans et des programmes, identifier des candidats potentiels et les sélectionner. Le comité est composé de cinq membres nommés par la CNCA (pour plus d’informations, veuillez consulter les formalités d’adhésion au comité Gamaba).

Le comité Gamaba est secondé par un groupe d’experts ad hoc qui est chargé de faire des recherches approfondies, un choix équitable et de procéder à l’examen attentif des candidats au titre de Trésor national vivant, à l’aide des critères et des qualifications cités dans le texte de loi, ainsi que dans les règles et modalités de sélection des Trésors nationaux vivants.

Le groupe se compose d’experts dans le domaine des arts populaires traditionnels, nommés par les membres du conseil de la CNCA. Leur mandat expire à l’issue de chaque processus d’identification et de sélection. Le groupe d’experts ad hoc constitue en son sein des comités d’identification ad hoc qui se chargent de l’identification et de la documentation des postulants. Il y a au moins deux experts dans chaque domaine. Le groupe constitue également parmi ses propres membres un comité de sélection ad hoc composé de cinq membres qui recommandent les candidats à un groupe d’examinateurs ad hoc (pour plus de détails, veuillez consulter les modalités d’adhésion au comité Gamaba (partie 3.0)).

Le groupe d’examinateurs ad hoc est composé de cinq membres du comité Gamaba et de quatre personnes que désigne le comité parmi des universitaires, des praticiens et des experts dans le domaine des arts traditionnels. Il analyse les recommandations du comité de sélection, évalue les qualifications des candidats, puis soumet ses recommandations aux membres du conseil de la CNCA.

Processus de sélection

Les comités d’identification ad hoc, après avoir défini les priorités, sont envoyés aux quatre coins du pays pour effectuer leurs recherches et réunir la documentation sur les futurs candidats, en vertu des critères et des qualifications mentionnés ci-dessous.

Les propositions de candidature peuvent provenir de la sous-commission pour les communautés culturelles et les arts traditionnels, d’institutions culturelles, publiques, privées, de services culturels locaux, d’universités et de particuliers. D’autres propositions peuvent être faites par les comités d’identification ad hoc. Le comité de sélection ad hoc recommande ensuite les candidats au groupe d’examinateurs ad hoc.

Après avoir passé en revue les recommandations du comité de sélection ad hoc et avoir évalué les qualifications des candidats d’après la documentation préparée par les comités d’identification ad hoc, le groupe d’évaluateurs ad hoc soumet ses recommandations au comité Gamaba qui les transmet ensuite à la CNCA afin d’agir en conséquence. Les noms des candidats approuvés par le conseil de la CNCA sont soumis au Président des Philippines pour proclamation.

Avant d’être élevé au rang de Trésor national vivant, le lauréat est informé de ses obligations et de ses droits. Un protocole d’accord est signé entre le lauréat et la CNCA.

Enfin, le Président des Philippines confère le titre au cours d’une cérémonie officielle suivie de cérémonies dans les provinces des lauréats.

Critères de sélection

La sélection des lauréats répond à des critères et des qualifications spécifiques (point IV des Règles et modalités de sélection des Manlilikha ng Bayan (sections 6 et 7):

a) Ils sont membres d’une communauté autochtone ou culturelle traditionnelle de tout lieu aux Philippines ayant préservé les coutumes, les croyances, les rituels et les traditions.
b) Ils perpétuent un art populaire traditionnel qui existe et est documenté depuis au moins cinquante ans.
c) Ils interprètent ou produisent régulièrement depuis un long moment des œuvres d’une qualité supérieure spécifique.
d) Ils doivent avoir la maîtrise des instruments et des matériaux que nécessite leur art et jouir d’une solide réputation dans ce domaine en tant que maîtres et auteurs d’œuvres d’une qualité technique extraordinaire.
e) Ils ont transmis et/ou transmettront leurs savoir-faire à d’autres membres de la communauté.

Les groupes de personnes dont la candidature est proposée au titre d’une reconnaissance collective doivent réunir les qualifications suivantes en plus des points susmentionnés :

a) Le groupe doit exceller dans un art populaire traditionnel spécifique.
b) Le groupe doit être désireux de s’organiser en vue de la réception et de l’administration du titre.

Droits et obligations des Trésors nationaux vivants

Les Trésors nationaux vivants ont l’obligation de transmettre leurs savoir-faire aux jeunes générations par le biais de l’apprentissage et de toute autre méthode pédagogique dont l’efficacité a été prouvée. Ils sont également invités à promouvoir et à propager leur art populaire traditionnel en coopération avec l’organe exécutif, et à faire don au musée national d’exemplaires, de copies ou de documents relatifs à leurs œuvres (section 6 de la Loi n  7355 et Règles et modalités de sélection des Trésors nationaux vivants, point VII, section 23).


Les lauréats reçoivent une plaque et/ou une médaille commémorative, une subvention initiale ainsi qu’une allocation mensuelle à vie pour leur permettre d’assumer leurs responsabilités. Au contraire, si les titulaires ne tiennent pas l’engagement qui les oblige à transmettre leurs savoir-faire, ils se voient retirer leur allocation mensuelle.

Les Trésors nationaux vivants qui, en raison de leur âge ou d’une infirmité, sont dans l’incapacité de continuer à enseigner leur art, peuvent encore être reconnus comme tels si :

a) Ils ont créé un ensemble d’œuvres significatif et/ou ont régulièrement fait preuve d’excellence dans l’exercice de leur art, apportant ainsi d’importantes contributions à son évolution.
b) Ils ont participé activement à la revitalisation de la tradition artistique de leur communauté.
c) Ils ont transmis aux autres membres de la communauté les qualités artistiques qui en font traditionnellement la réputation.
d) Leur communauté les a reconnus en tant que maîtres et enseignants de leur art.

Informations sur les actuels Trésors nationaux vivants

En 2005, onze personnes au total avaient été élevées au rang de Trésor national vivant : trois personnes en 1993, deux personnes en 1998, trois personnes en 2000 et trois personnes en 2004.

Pour plus d’informations sur le système, veuillez consulter :

  • http://www.ncca.gov.ph/culture&arts/profile/gamaba.htm
  • Loi n  7355 du 5 février 1992 (anglais)
  • Loi n  7356 du 5 février 1992 (anglais)
  • Règles et modalités de sélection des Manlilikha ng Bayan (avec les formalités d’adhésion au comité Gamaba à l’Annexe A) (anglais)