"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Figurine (cavalier de Raqqa)

date
VIe siècle H. = XIIe siècle ap. J.-C.
provenance
Raqqa
lieux
époque
matériaux
thèmes

Figurine en céramique glaçurée représentant un cavalier de type asiatique, qui porte un casque pointu dont pend, à l’arrière, une longue mèche, et tient dans sa main gauche un bouclier pour affronter le serpent enroulé autour de sa jambe droite et faisant une boucle sur lui-même le long de sa jambe gauche, la tête dressée, gueule grande ouverte, devant le bouclier. Le cavalier, dans sa main droite, brandit une épée à la hauteur de son crâne, afin de trancher la tête du serpent. Sous le ventre du cheval est fixé un tenon cylindrique cannelé. La selle, le filet et les rênes sont rehaussés d’un granulé bleu. L’ensemble de la décoration est peint en couleurs brun rougeâtre, bleu, indigo et vert sur fond blanc crème, sous une couche vitreuse transparente.

Cette œuvre ornait un des bassins d’eau des palais abbassides de Raqqa. Il apparaît, d’après les traits du visage, que le cavalier est originaire d’Asie centrale ; l’épée, avec sa lame droite, confirme cette impression : il ne s’agit pas d’un type d’épée local. Quant à la fabrication, il s’agit de céramique à glaçure de Raqqa, mais qui trahit clairement l’influence des personnages et de la mythologie asiatiques. La ville de Raqqa fut célèbre à l’époque abbasside, et l’armée de Khorasan s’y installa sur l’ordre du calife Abu Jaafar al-Mansûr, après que celui-ci eut fondé pour elle, non loin de là, une ville appelée Al-Râfiqa, en 155 H. = 771 ap. J.-C.

à voir aussi