"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Balustrade en marbre avec texte de fondation

date
1er Ramadan 505 H. / 1er - 2 Mars 1112 ap. J.-C.
provenance
Ghazni
lieux
époque
matériaux
thèmes
Cette balustrade en marbre percée s’inscrit dans un cadre de forme rectangulaire. Le profond panneau, ajouré d’un motif d’hexagones entrecroisés, est encadré par une bande épigraphique sculptée dans une graphie cursive. Une petite fleur de lys (ou un trèfle) orne l’angle droit de la bande épigraphique. Une autre bande épigraphique est sculptée sur l’une des faces arrière de l’objet. La partie haute située sur la face avant de la balustrade est creusée d’une cavité. Cette dernière était probablement destinée à l’insertion d’un élément décoratif vertical. L’inscription comporte le texte de la fondation mentionnant la date de fin des travaux, le 1er Ramadan 505 H. / 1 - 2 Mars 1112 ap. J.-C., et le nom de l’architecte. Sculptée en bas-relief peu saillant, l’inscription, aux bords légèrement arrondis, est exécutée de manière régulière ne présente que de légères variations d’espace entre les lettres. La réalisation de l’entrelacs est le fruit d’un dessin géométrique préparatoire. Cette balustrade est l’élément d’une paire. L’inscription se déployant sur la deuxième balustrade, bien que très fortement érodée, présente un texte quasi-identique au précédent mentionné (seul le nom de l’architecte diffère). Les balustrades ont été retrouvées à Ghazni dans le coin nord-ouest de la cour du palais fouillé par la Mission archéologique italienne et attribué à Mas‘ud III (pour les fouilles archéologiques, voir n°2). Le texte ne mentionne pas le monument dont l’édification est célébrée : il pourrait s’agir du palais ou d’une partie de ce dernier, ou encore la mosquée, à proximité de laquelle les objets ont été extraits. La date correspond aux dernières années du règne du souverain ghaznévide Mas‘ud III (r. 1099-1115). Les balustrades étaient probablement employées avec le cadre en forme d’arche provenant également du palais de Mas‘ud III (n°3). En effet, nous pouvons constater que les inscriptions des trois structures ont des contenus complémentaires. En effet, l’inscription de l’arche mentionne le nom et les titres de Mas‘ud III. Et l’inscription de la balustrade correspond au texte de fondation sans indication du commanditaire mais est daté de l’année de règne du même souverain. Les dimensions des trois objets permettraient de composer une structure semblable à un petit pavillon et dont la base serait un parapet constitué de balustrades. Et la partie supérieure serait une structure arquée. La structure composite ainsi réalisée aurait donc contenu un texte de fondation plus complet, mentionnant le nom du commanditaire et la datation et où l’accent serait mis sur l’inscription mentionnant le commanditaire, Mas‘ud III (voir n°3)

à voir aussi