"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Panneau de brique avec insertion de carreaux de stuc

date
12ème-13ème siècles
provenance
Ghazni
lieux
époque
matériaux
thèmes
Parmi les éléments de décor architectural trouvés dans le palais de Mas‘ud III, il y a de nombreux lambris (environs 200 objets) qui se caractérisent par la combinaison de brique cuite et de stuc, dont cette pièce est un exemple représentatif. Les briques cuites sont placées sur le côté et posées sur une couche de mortier. Ce dernier est lui-même posé sur une base de briques cuites posées à plat. L’agencement des briques engendre plusieurs motifs géométriques qui constituent des niches pour l’incrustation de carreaux de stuc. Ces derniers de tailles et de formes différentes, se caractérisent pour la plupart par un décor végétal, le décor épigraphique devenant moins fréquent (le mot “Allah” est le seul attesté). Les tuiles sont généralement moulées directement sur place, après insertion du stuc dans les interstices prévues à cet effet. La palette de couleur de la couche de peinture est identique au reste du décor architectural en brique et stuc: la surface de la brique est peinte en jaune ocre, ses contours en rouge et les carreaux en bleu et rouge. La taille de ce fragment suggère qu’il faisait originellement partie d’un grand lambris. Cette hypothèse est confirmée par la découverte in situ de fragments du même type qui couvraient toute la partie supérieure des élévations des antichambres du palais donnant sur la cour centrale, au-dessus du lambris de marbre (voir n°2) et le long de la paroi. Des revêtements réalisés dans la même technique sont également attestés dans le palais sur les colonnes inclinées et les trompes. La grande quantité de fragments de ce type mise au jour lors des fouilles et leur extraction de différentes pièces suggèrent qu’ils furent utilisés fréquemment dans les décors du palais durans la phase d’occupation à la fin de la période ghaznévie. Un panneau identique fut trouvé in situ dans le hall de réception du palais sud du Lashkar-i Bazar. La présence de deux fragments réalisés uniquement en stuc, ornés du même décor de motifs géométriques et de carreaux, pourrait suggérer une substitution d’éléments en briques cuites et en stuc durant la phase ghoride de restauration et d’habitation. Ce style décoratif est largement répandu dans l’art islamique des territoires orientaux durant le 12ème siècle, que ce soit simplement sur du stuc ou sur une combinaison de brique cuite et de stuc.

à voir aussi