"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Tête d’une deva (divinité), (IsIAO archive inv. no. TS 1871)

date
Période primitive I; 4ème siècle ap.J.-C.
provenance
Province de Ghazni, Afghanistan
lieux
époque
matériaux
thèmes
La niche 76 à Tapa Sardar fut obstruée par un mur de briques de 42 cm sur 42 cm vers le 4ème siècle ap. J.-C. probablement pour des raisons de structure du bâtiment. Elle contenait une figure de Bouddha assis en dhyanamudra. Entouré d’adorants lui rendant hommage. Ils sont identifiés à des devas, jeunes divinités célébrant la gloire de l’Eveillé. Ils sont représentés en jeunes hommes aux cheveux bouclés noués derrière la tête, au visage rond et la bouche légèrement ouverte. Cet exemplaire montre de faibles traces de peinture rouge sur les sourcils et peinture noire sur les cheveux. La tête mesure 19 cm. Le site de Tapa Sardar est l’un des plus importants sites bouddhistes non seulement en Afghanistan mais aussi en Asie Centrale, car il permet aux chercheurs d’avoir non seulement un aperçu sur l’évolution des techniques de sculptures mais aussi sur les évolutions politiques et idéologiques qui ont balayé cette région durant le 1er millénaire. Les sculptures de la période primitive témoignent d’une communauté bouddhiste florissante qui pouvait compter sur l’aide financière et politique d’un mécénat fort. Alors que le pouvoir politique des Kouchans diminuait, la dynastie iranienne des Sassanides prit leur place pour la perdre au profit des nomades kidarites à la fin du 4ème siècle. Toutefois, ces luttes de pouvoir n’ont pas empêché le sanctuaire de continuer à se doter de structures et de décors de plus en plus riches et élaborés. Un tel processus ne s’arrêta pas avec l’arrivée des Turcs (fin du 6ème siècle). Le déclin du bouddhisme dans le pays – et par conséquent des établissements bouddhistes – est encore sujet à recherche. Somme toute, la conquête musulmane, à la fin du 9ème siècle (Ya’qub b. Laith conquit Kabul en 870), marqua certainement la disparition définitive de la dominance intellectuelle et culturelle bouddhiste.

à voir aussi