"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Vase décoré avec un motif naval

date
Groupe A, Naqada II (Gérzean) 3500-3200 avant J.-C.
provenance
Dakka, Nubie, sud d’Assouan
lieux
époque
matériaux
thèmes

Les moyens de communication sont essentiels au dialogue des cultures. Pour les habitants de la Vallée du Nil, le bateau fut l’un des plus efficaces et des plus anciens, comme en témoigne ce vase. Il est caractéristique de la culture dite de Naqada II, vers 3500-3200 av. J.-C., l’une des dernières phases de la préhistoire égyptienne dont l’épicentre est le site de Naqada en Haute Égypte. Durant cette période, la culture de Naqada s’étend à toute la vallée du Nil, vers le Nord jusqu’au delta et vers le Sud au delà de la Ière cataracte. Elle se caractérise par le déplacement des habitats vers la plaine alluviale et la hiérarchisation accentuée de la société, qui se traduit par l’accumulation d’objets dans certaines tombes et par leur caractère ostentatoire. De nombreux vases identiques à celui-ci ont été retrouvés dans des tombes. Il s’agit d’une céramique modelée à la main, en forme de tonnelet, présentant des lèvres plates et munie de deux anses tubulaires percées. Le décor peint en brun-rouge se détache sur un fond clair. Il représente, sans aucun souci de perspective, des animaux du désert et de grandes barques portant des constructions et des enseignes, sans doute à caractère religieux. Des traits ondulés évoquent la présence de l’eau.

Le lieu de la trouvaille, le site de Dakka au sud d’Assouan, illustre les échanges qui ont existé entre l’Égypte et la Nubie dès la préhistoire. Si par le passé les historiens ont principalement porté leur attention sur les grands courants civilisateurs parcourant le Moyen-Orient, on ne peut plus négliger aujourd’hui le rôle qu’ont joué les civilisations africaines. C’est par exemple au Sahara oriental, par la chaîne des oasis qui s’échelonne le long du Nil, que se sont restructurés différents groupes humains, contraints par l’aridité croissante à chercher de nouveaux modes de vie. C’est dans la région de Khartoum que sont apparues les premières poteries.

Durant la période de Naqada II, de nombreux témoignages attestent l’attraction mutuelle de ces deux pôles culturels: présence de céramique nubienne (type N) dans les tombes égyptiennes et diffusion de la culture de Naqada II en Nubie. A cette époque, de nombreuses raisons ont présidé au dialogue tour à tour pacifique et belliqueux des deux cultures. Parmi les facteurs économiques, la production de l’or qui abondait en Nubie et la situation commerciale privilégiée de ce pays ont joué un rôle fondamental. C’est en effet par la Nubie que transitaient les produits précieux provenant du cœur de l’Afrique comme l’ivoire d’éléphant, les peaux de félin ou les bois exotiques.

à voir aussi