"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Modèle d’un bateau

date
Moyen Empire vers 2055-1650 avant J.-C.
provenance
Thèbes
lieux
époque
taille
8.7 cm x 18 cm
matériaux
thèmes

Ce type d’objet, appelé modèle, était déposé dans la tombe et destiné à accompagner le mort dans l’au-delà, selon une pratique attestée dès la fin de l’Ancien Empire jusqu’au milieu du Moyen Empire. Le modèle ici présenté est un bateau composé d’une coque massive taillée dans un seul bout de bois sur lequel sont fixées cinq figurines sculptées dans le même matériau. L’une d’elles est plus grande et représente probablement le défunt, les quatre autres étant des mariniers préposés à la manœuvre de l’embarcation. La présence d’embarcations dans l’iconographie égyptienne, aussi bien dans le monde terrestre que dans le monde céleste, est sans nul doute due à l’omniprésence du Nil dans le paysage. Dans l’imaginaire des anciens Égyptiens, le dieu Rê ne traverse-t-il pas le ciel diurne ou nocturne sur une barque? Cet axe vital sans lequel la civilisation pharaonique n’aurait pu se développer a aussi permis de transporter, d’échanger, de commercer et ainsi de favoriser un brassage de cultures. Le fleuve, qui est source de vie et traverse le pays du nord au sud, constitue également le lien entre le monde africain et le monde méditerranéen. Les civilisations qui se sont développées en Nubie illustrent bien ces emprunts et influences entre différentes cultures. Des simples esquifs en papyrus, comme on en trouve encore aujourd’hui au Pérou, aux bateaux permettant de commercer avec le monde extérieur, les anciens Égyptiens ont construit au cours des siècles toutes sortes d’embarcations: barques pour le transport des personnes et des marchandises, mais aussi pour celui des statues divines. L’art de la navigation va d’ailleurs bien au-delà du simple transport fluvial puisque, pour se procurer le bois de cèdre du Liban et l’encens d’Arabie, il a fallu affronter aussi bien la mer Méditerranée que la mer Rouge. Si ces voyages ont contribué au rayonnement de l’Égypte dans le monde antique, ils ont également enrichi le pays culturellement en apportant des denrées venues d’ailleurs, mais aussi d’autres façons de penser et de croire. La représentation la plus connue est celle de l’expédition au pays de Pount représentée sur les murs du temple d’Hatshepsout à Deir el-Bahari (XVIIIe dynastie). Des fouilles récentes, à Ayn Sokhna et Mersa Gawasis, ont permis de retrouver des vestiges de bateaux et de cordages qui attestent de la navigation en mer Rouge vers le Sinaï et le Pount au moins dès le Moyen Empire.

à voir aussi