"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Modèle de soldats nubiens

date
Début du Moyen Empire (XIe dynastie vers 2055-1985 avant J.-C.)
provenance
Assyout
lieux
époque
matériaux
thèmes

Ces petites figurines, en bois stuqué et peint, de différentes tailles représentent des soldats nubiens disposés comme à la parade. Elles sont fixées sur un socle composé de cinq planches juxtaposées avec trois traverses au-dessous pour les solidariser. Cet ensemble a été retrouvé dans une tombe datée du début du Moyen Empire dans la nécropole d’Assiout en Moyenne Égypte, accompagné d’un second groupe représentant une troupe de soldats égyptiens.

Ces maquettes sont en fait ce que l’on appelle des modèles chargés d’accompagner le défunt dans son voyage dans l’au-delà. Elles appartiennent probablement à l’ensemble des objets funéraires d’un gouverneur de la ville d’Asyut, Mésehti, qui vécut à la fin de la XIe Dynastie.

Les personnages à la peau noire sont représentés debout dans l’attitude de la marche, les pieds nus, la jambe gauche en avant. Ils sont vêtus d’un pagne rouge ou blanc et portent un collier et un serre-tête. Le bras gauche est ramené à angle droit avec dans la main un arc. L’autre bras laissé ballant le long du corps avec dans la main un faisceau de flèches. L’escouade comprend quatre soldats de front alignés sur dix rangs soit un total de quarante soldats.

Dans l’Égypte pharaonique, dès les plus hautes époques, il existe une organisation militaire dans laquelle figurent des Égyptiens ainsi que d’autres ethnies comme des Nubiens. Les corps auxiliaires nubiens et medjaï apparaissent au Moyen Empire. Des stèles témoignent qu’une garnison d’archers nubiens était établie à la fin de la XIe Dynastie à Gebelein en Haute Égypte. À ces époques, des guerriers vaincus commençaient à être enrôlés dans une armée de fantassins égyptiens.

Avec le Nouvel Empire et les visées expansionnistes de l’Égypte l’armée se professionnalise. Le pharaon, chef suprême des armées, est entouré d’un personnel d’encadrement important. Les titres en rapport avec des fonctions militaires sont nombreux allant du scribe au chef de troupes (Général).

Dans l’Ancien Empire et au Moyen Empire, l’Égypte défend surtout ses frontières et s’aventure peu au-delà, sauf au Sinaï et en Nubie jusqu’à la 2e cataracte. Avec l’apparition du cheval (voir la notice sur le mors) un nouveau corps d’armée est créé, la charrerie qui aura une grande influence dans les conflits à partir du Nouvel Empire, époque à laquelle les visées sur le Proche-Orient s’intensifient. À cette époque, d’autres ethnies, libyennes et proche-orientales, seront incorporées à l’armée. Ces renforts d’étrangers dans l’armée ne seront pas démentis plus tard car dès l’époque saïte, les pharaons n’hésiteront pas à faire appel à des mercenaires étrangers, pratique qui sera la norme à l’époque hellénistique puis romaine.

à voir aussi