"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Le dieu Horus en forme de faucon

date
Probablement au Nouvel Empire vers 1550-1069 avant J.-C.
provenance
Tbd
lieux
époque
matériaux
thèmes

Cette amulette a probablement été fabriquée à partir d’une feuille d’or découpée puis emboutie sur une forme. Le métal précieux, que les Egyptiens assimilaient à la chair des dieux, se trouvait en abondance en Nubie. L’amulette représente le dieu Horus sous l’aspect d’un faucon, tourné vers la gauche et posé sur un socle. Il est coiffé de la double couronne symbolisant l’union de la Basse et de la Haute Égypte. Ce type d’objet avait un but prophylactique. De telles amulettes étaient souvent placées sur la momie entre les bandelettes. Le faucon, aujourd’hui domestiqué et très apprécié au Proche Orient pour ses talents de chasseur, était considéré comme le roi du ciel par les Egyptiens. Les textes anciens mentionnent que l’ennemi se sentait paralysé devant le pharaon « comme le sont les autres oiseaux en présence d’un faucon ». Il devint en Egypte un des emblèmes de la royauté, comme le fut l’aigle, un autre rapace, pour les civilisations du nord de la Méditerranée. Evoluant très haut dans le ciel et plus proche du soleil, le faucon fut également considéré comme l’incarnation de plusieurs divinités. Le plus fameux est nommé Horus. Sous ce nom, coexistent plusieurs divinités : le dieu du ciel qui, associé à Rê, devient un dieu solaire, et Horus le fils d’Isis et d’Osiris. Il est aussi le protecteur du pharaon et l’unificateur de l’Égypte. Horus était particulièrement vénéré en Nubie où des sanctuaires et des stèles lui sont consacrés sous pas moins de quatre formes locales : l’Horus de Miâm, Baki, Bouhen et Meha. Plus tard, sous la domination romaine, il fut figuré sous l’aspect d’un cavalier à tête de faucon connu sous le nom « d’Horus légionnaire ». On a coutume de considérer que l’iconographie chrétienne des saints cavaliers doit beaucoup à ce type de représentations. Un bel exemple d’Horus cavalier perçant de sa lance un crocodile est conservé au musée du Louvre. Le nom du dieu, Hor en égyptien, apparaît fréquemment dans les anthroponymes jusqu’à l’époque romaine.

à voir aussi