"Chaque partie du monde reflète l’histoire du monde entier, la subit, s’en accommode.."
Fernand Braudel

Statue de Harwa

date
XXVe dynastie (747-656 avant J.-C.)
provenance
Temple de Karnak
lieux
époque
matériaux
thèmes

Ces deux statues de Harwa et d’Iriketakana ont été retrouvées, parmi beaucoup d’autres dans le temple de Karnak, en 1904-1905 par Georges Legrain, dans la cour du VIIe pylône, appelée depuis « cour de la cachette ». Elles datent de la XXVe dynastie.

Harwa, opulent majordome de la Divine Adoratrice Amenirdis Ire, fille du roi Kachta, était un grand personnage de la seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C. Ce titre lui donnait un très important pouvoir, comme le montre sa tombe, l’une des plus grandes du Thèbes-Ouest, ainsi que les huit statues que se partagent aujourd’hui plusieurs musées (musées du Caire, de Berlin, du Louvre et le British Museum).

À cette époque, c’est une femme, princesse de sang royal, investie du titre de « divine adoratrice d’Amon », qui incarne à Thèbes à la fois le pouvoir spirituel et politique, et représente le roi en Haute Egypte : elle dispose à cette fin d’un certain nombre d’attributs de la royauté et de nombreux serviteurs et officiels ont été mis à sa disposition, parmi eux le majordome Harwa (voir la notice d’Aménardis).

Harwa est représenté assis la jambe droite repliée sur le sol et la jambe gauche levée devant lui et ramenée le long du corps, la main droite repose sur la cuisse droite et la main gauche sur le genou de la jambe correspondante. Il s’appuie à l’arrière sur un pilier dorsal.

Le personnage de forte corpulence et à la poitrine tombante est simplement vêtu d’un pagne. La tête est ronde avec un front fuyant, les yeux en amande et la bouche encadrée de rides d’amertume. Une courte inscription est gravée sur le haut de sa poitrine, qui nous donne son nom et son titre de majordome. Sur son avant-bras droit, on trouve le nom de la Divine adoratrice Amenirdis. Enfin, sur le rouleau déroulé sur son pagne figurent, avec une formule d’offrande, les titres de Harwa, titres qui ornent aussi le pilier dorsal de la statue.

à voir aussi