L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Bénin
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



Le taux net d’admission tous sexes confondus a connu une évolution semblable à celle des effectifs des nouveaux inscrits de six ans en 1ère année. Il a donc baissé, passant de 37.55% en 1993 à 33.6% en 1994. Néanmoins, on note une augmentation de ce taux entre 1990 :25.21% et 1998 :43.03%.

Les taux masculins ont connu une évolution semblable à celle des taux tous sexe confondus tandis que ceux des filles ont régulièrement progressé depuis 1990.

Comme pour les TBA, les TNA des filles sont inférieurs à ceux des garçons ; mais les écarts observés tendent à se résorber progressivement depuis 1990 où l’indice de parité entre les sexes est passé de 0.54 à 0.72 en 1998 .

8.2.2.2- Evolution des taux nets d’admission selon les départements et le sexe

Les TNA (voir tableau D en annexe), varient d’un département à un autre et sont plus élevés dans le département de l’Atlantique jusqu’en 1993. La progression notée pour les taux nationaux avec une baisse en 1994, ne s’observe pas dans tous les départements. Les départements de l’Atacora, du Borgou et du Zou ont connu une croissance soutenue de ces taux depuis 1994 et le Mono depuis 1993.

Les filles ont moins accès à l’école que les garçons dans tous les départements mais une amélioration de l’accès de ces filles s’observe depuis 1990 (voir tableau 5 relatif aux indices de parité entre les sexes pour les taux d’admission).

8.3 Taux Brut de Scolarisation

Le taux brut de scolarisation donne la proportion de la population scolarisable d’une année scolaire donnée, inscrite dans l’enseignement primaire sans distinction d’âge. Cet indicateur est largement utilisé comme indice du niveau général de participation à l’EP et de la capacité d’accueil de cet ordre d’enseignement. Au Bénin, la tranche d’âge scolarisable est de 6 à 11 ans.

Il est opportun, avant de décrire l’évolution de ce taux d’examiner celle des effectifs totaux des élèves inscrits dans cet ordre d’enseignement ainsi que celle de la population scolarisable à laquelle ces effectifs se rapportent.

      1. Evolution des effectifs totaux d’élèves et de la population scolarisable

8.3.1.1 Evolution selon le sexe

*Evolution des effectifs totaux des élèves selon le sexe

Tableau N°6 : Evolution des effectifs totaux des élèves selon le sexe de 1990 à 1998

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

Total

418272

490129

534810

599830

624778

677900

722161

784888

843340

M

276441

327081

355198

395617

405012

435442

458905

492639

519703

F

141831

163048

179612

204213

219766

242458

263256

292249

323637

Indice de

0,51

0,50

0,51

0,52

0,54

0,56

0,57

0,59

0,62

Parité F/M

                 

Source : SSGI/DPP

Les effectifs des élèves du primaire ( public et privé ) sont passés de 418272 à 843340 entre 1990 et 1998, ce qui représente un taux moyen d’accroissement annuel de 9,16%.

Le rythme de croissance des effectifs féminins (10,86% ) a été plus soutenu que celui des effectifs masculins : 8,21% durant cette période. L’indice de parité a été par conséquent amélioré, passant de 0,51 à 0,62. Après avoir évolué en dents de scie de 1990 à 1993, cet indice a connu une croissance continue de 1994 à 1998

Tableau N°7 : Evolution de la population scolarisable selon le sexe de 1990 à 1997

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

Total

842011

866965

961927

970381

978829

1015465

1049114

1082130

1112948

M

444924

69906

503915

506558

506199

527022

542570

557581

570898

F

397087

62041

458012

463823

469630

488443

506544

524549

542050

Indice de

0.89

0.89

0,91

0,91

0,92

0,93

0,93

0,94

0,95

Parité F /M

                 

Source : SSGI / DPP

L’examen du tableau ci- dessus montre que la population scolarisable est passée de 842011 en 1990 à 1.112948 en 1998, soit un taux moyen d’accroissement annuel de 3,55% , dépassant celui de la croissance démographique de la population du Bénin. Le rythme de croissance de la population féminine a été plus soutenu que celui de la population masculine 3,97% contre 3,16%. Ce qui explique l’amélioration de l’indice de parité filles / garçons qui a évolué de 0,89 à 0,95.

Tableau N°8 : Variation relative de taux

  Variation relative 1990 – 1998

 

 

Effectifs scolaires %

Population scolarisable %

Variation en point

Total

9,16%

3,55%

5,61 %

M

8,21%

3,16%

5,01 %

F

10,86%

3,97%

6,89 %

Une comparaison du taux moyen d’accroissement annuel de la population scolarisée à celui de la population scolarisable permet de noter que les effectifs scolaires ou population scolarisée augmentent plus vite que la population scolarisable, soit près de trois fois le taux de croissance de la population scolarisable.

Cette différence peut s’expliquer par l’importance des entrées précoces, tardives et des redoublements dans cet ordre d’enseignement.

Un rapprochement de la population scolarisable, des effectifs scolaires de 6 à 11 ans pourrait donner des résultats plus concluants.

8.3.1.2 - Evolution selon les départements et le sexe

*Evolution des effectifs d’élèves par département et par sexe ( voir tableau E en annexe)

L’examen de ce tableau montre que les effectifs scolaires ont évolué vers la hausse dans tous les départements de 1990 à 1998. On note néanmoins une légère baisse dans l' Atlantique en 1994. En 1990, ce département a regroupé environ 31% des effectifs des élèves et en 1998, 24% . Il est suivi par l’Ouémé, le Zou, le Mono, le Borgou et l’Atacora. Le taux moyen d’accroissement annuel des effectifs dans le département de l’Atlantique qui est de 6,35% est inférieur à celui de la population des élèves observé au niveau national (9,16%), tandis que l’évolution des effectifs dans le Mono, le Borgou, l’Atacora imprime des taux respectifs de 13.25%, 11.72%, 10.93% supérieurs à celui du Bénin. On note donc des efforts de scolarisation plus accentués dans ces trois départements les moins urbanisés du Bénin. Quelque soit le département, les filles ont toujours été moins scolarisées que les garçons ; mais des efforts de scolarisation des filles s’observent dans tous les départements avec la suppression des contributions scolaires au niveau des jeunes filles des établissements primaires publics en milieu rural. L’amélioration des indices de parité sur la période 1990 à 1998 traduit cette réalité.

A l’instar de la population scolarisable du Bénin, celle des départements a régulièrement progressé et son rythme d’évolution est moins soutenu que celui des effectifs des élèves.

8.3.1.3- Evolution selon les départements et le statut de l’établissement

Tableau N°9 : Evolution selon les départements et le statut de l’établissement de 1990 à 1998

  1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Atacora Pu+Pr

Pr

%Pr

40690

-

-

43634

-

-

48309

-

-

53353

-

-

57035

227

0.40%

64534

408

0.63%

71391

566

0.79%

80658

-

-

93290

852

0.91%

Atlantique

 

Pu+Pr

Pr

%Pr

127805

20640

16.15%

142039

16613

11.7%

153337

20004

13%

170214

28274

16.61%

168261

24453

14.53%

177843

29290

16.47%

185950

35546

19.1%

188877

37247

19.7%

209200

53237

25.44

Borgou Pu+Pr

Pr

%Pr

43178

-

-

48634

-

-

55091

-

-

60837

-

-

66092

-

-

74555

133

0.18%

81189

-

-

95892

953

0.99%

104820

1286

1.23%

Mono Pu+Pr

Pr

%Pr

49631

-

-

65757

-

-

65757

-

-

73165

47

0.064%

84002

92

0.11%

94100

199

0.21%

113327

577

0.51%

125309

963

0.77%

134307

982

0.73%

Ouémé Pu+Pr

Pr

%Pr

87486

-

-

108679

-

-

114947

-

-

129414

1497

1.15%

134711

1292

0.96

145344

1619

1.11%

149409

1619

1.10%

160800

5829

3.6%

167052

6344

3.8%

Zou Pu+Pr

Pr

%Pr

69479

361

0.52%

81386

199

0.24%

89961

223

0.25%

102010

606

5.94%

104579

663

0.63%

111773

552

0.49%

120895

1050

0.84%

133352

791

0.59%

134671

2004

1.49%

Total Pu+Pr

Pr

%Pr

418272

21001

5.02%

490129

16812

3.43%

534810

20227

3.80%

599830

30424

5.07%

624778

26727

4.28%

677900

32201

4.75%

722161

39358

5.45%

784888

45783

5.83%

843340

64705

7.75%

Le secteur privé regroupe en moyenne 5% des effectifs scolaires sur la période 1990-1998 et s’est développé plus rapidement que le secteur public. Il en est de même dans les départements qui n’accueillent un pourcentage substanciel des effectifs scolaires que lorsqu’ils sont relativement urbanisés. Ce secteur est présent dans certains départements depuis 1990 tandis que sa présence n’est effective dans d’autres que plus tard ( Atacora et Borgou) en l’occurence.

8.3.2- Evolution des taux bruts de scolarisation

8.3.2.1 - Evolution selon le sexe

Tableau N° 10 : Evolution des TBS selon le sexe de 1990 à 1998 (en pourcentage %)

  1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Total

M

F

49.66

62.13

35.72

56.53

71.41

39.87

59.91

75.32

42.65

60.92

77.01

43.37

63.83

79.54

46.80

66.76

82.62

49.64

68.84

84.58

51.97

72.53

88.35

55.71

75.78

91.03

59.71

Indice 0.57 0.56 0.57 0.56 0.59 0.60 0.61 0.63 0.66

Source : SSGI / DPP

*Evolution des effectifs totaux des élèves selon le sexe

sa présence n’est effective dans d’autres que plus tard ( Atacora et Borgou) en l’occurence.

8.3.2- Evolution des taux bruts de scolarisation

8.3.2.1 - Evolution selon le sexe

Tableau N° 10 : Evolution des TBS selon le sexe de 1990 à 1998 (en pourcentage %)

  1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Total

M

F

49.66

62.13

35.72

56.53

71.41

39.87

59.91

75.32

42.65

60.92

77.01

43.37

63.83

79.54

46.80

66.76

82.62

49.64

68.84

84.58

51.97

72.53

88.35

55.71

75.78

91.03

59.71

Indice 0.57 0.56 0.57 0.56 0.59 0.60 0.61 0.63 0.66

Source : SSGI / DPP

Tableau N°6 : Evolution des effectifs totaux des élèves selon le sexe de 1990 à 1998

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

Total

418272

490129

534810

599830

624778

677900

722161

784888

843340

M

276441

327081

355198

395617

405012

435442

458905

492639

519703

F

141831

163048

179612

204213

219766

242458

263256

292249

323637

Indice de

0,51

0,50

0,51

0,52

0,54

0,56

0,57

0,59

0,62

Parité F/M

                 

Source : SSGI/DPP

Les effectifs des élèves du primaire ( public et privé ) sont passés de 418272 à 843340 entre 1990 et 1998, ce qui représente un taux moyen d’accroissement annuel de 9,16%.

Le rythme de croissance des effectifs féminins (10,86% ) a été plus soutenu que celui des effectifs masculins : 8,21% durant cette période. L’indice de parité a été par conséquent amélioré, passant de 0,51 à 0,62. Après avoir évolué en dents de scie de 1990 à 1993, cet indice a connu une croissance continue de 1994 à 1998

Tableau N°7 : Evolution de la population scolarisable selon le sexe de 1990 à 1997

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

Total

842011

866965

961927

970381

978829

1015465

1049114

1082130

1112948

M

444924

69906

503915

506558

506199

527022

542570

557581

570898

F

397087

62041

458012

463823

469630

488443

506544

524549

542050

Indice de

0.89

0.89

0,91

0,91

0,92

0,93

0,93

0,94

0,95

Parité F /M

                 

Source : SSGI / DPP

L’examen du tableau ci- dessus montre que la population scolarisable est passée de 842011 en 1990 à 1.112948 en 1998, soit un taux moyen d’accroissement annuel de 3,55% , dépassant celui de la croissance démographique de la population du Bénin. Le rythme de croissance de la population féminine a été plus soutenu que celui de la population masculine 3,97% contre 3,16%. Ce qui explique l’amélioration de l’indice de parité filles / garçons qui a évolué de 0,89 à 0,95.

Tableau N°8 : Variation relative de taux

  Variation relative 1990 – 1998
 

Effectifs scolaires %

Population scolarisable %

Variation en point

Total

9,16%

3,55%

5,61 %

M

8,21%

3,16%

5,01 %

F

10,86%

3,97%

6,89 %

Une comparaison du taux moyen d’accroissement annuel de la population scolarisée à celui de la population scolarisable permet de noter que les effectifs scolaires ou population scolarisée augmentent plus vite que la population scolarisable, soit près de trois fois le taux de croissance de la population scolarisable.

Cette différence peut s’expliquer par l’importance des entrées précoces, tardives et des redoublements dans cet ordre d’enseignement.

Un rapprochement de la population scolarisable, des effectifs scolaires de 6 à 11 ans pourrait donner des résultats plus concluants.

8.3.1.2 - Evolution selon les départements et le sexe

*Evolution des effectifs d’élèves par département et par sexe ( voir tableau E en annexe)

L’examen de ce tableau montre que les effectifs scolaires ont évolué vers la hausse dans tous les départements de 1990 à 1998. On note néanmoins une légère baisse dans l' Atlantique en 1994. En 1990, ce département a regroupé environ 31% des effectifs des élèves et en 1998, 24% . Il est suivi par l’Ouémé, le Zou, le Mono, le Borgou et l’Atacora. Le taux moyen d’accroissement annuel des effectifs dans le département de l’Atlantique qui est de 6,35% est inférieur à celui de la population des élèves observé au niveau national (9,16%), tandis que l’évolution des effectifs dans le Mono, le Borgou, l’Atacora imprime des taux respectifs de 13.25%, 11.72%, 10.93% supérieurs à celui du Bénin. On note donc des efforts de scolarisation plus accentués dans ces trois départements les moins urbanisés du Bénin. Quelque soit le département, les filles ont toujours été moins scolarisées que les garçons ; mais des efforts de scolarisation des filles s’observent dans tous les départements avec la suppression des contributions scolaires au niveau des jeunes filles des établissements primaires publics en milieu rural. L’amélioration des indices de parité sur la période 1990 à 1998 traduit cette réalité.

A l’instar de la population scolarisable du Bénin, celle des départements a régulièrement progressé et son rythme d’évolution est moins soutenu que celui des effectifs des élèves.

8.3.1.3- Evolution selon les départements et le statut de l’établissement

Tableau N°9 : Evolution selon les départements et le statut de l’établissement de 1990 à 1998

  1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Atacora Pu+Pr

Pr

%Pr

40690

-

-

43634

-

-

48309

-

-

53353

-

-

57035

227

0.40%

64534

408

0.63%

71391

566

0.79%

80658

-

-

93290

852

0.91%

Atlantique

 

Pu+Pr

Pr

%Pr

127805

20640

16.15%

142039

16613

11.7%

153337

20004

13%

170214

28274

16.61%

168261

24453

14.53%

177843

29290

16.47%

185950

35546

19.1%

188877

37247

19.7%

209200

53237

25.44

Borgou Pu+Pr

Pr

%Pr

43178

-

-

48634

-

-

55091

-

-

60837

-

-

66092

-

-

74555

133

0.18%

81189

-

-

95892

953

0.99%

104820

1286

1.23%

Mono Pu+Pr

Pr

%Pr

49631

-

-

65757

-

-

65757

-

-

73165

47

0.064%

84002

92

0.11%

94100

199

0.21%

113327

577

0.51%

125309

963

0.77%

134307

982

0.73%

Ouémé Pu+Pr

Pr

%Pr

87486

-

-

108679

-

-

114947

-

-

129414

1497

1.15%

134711

1292

0.96

145344

1619

1.11%

149409

1619

1.10%

160800

5829

3.6%

167052

6344

3.8%

Zou Pu+Pr

Pr

%Pr

69479

361

0.52%

81386

199

0.24%

89961

223

0.25%

102010

606

5.94%

104579

663

0.63%

111773

552

0.49%

120895

1050

0.84%

133352

791

0.59%

134671

2004

1.49%

Total Pu+Pr

Pr

%Pr

418272

21001

5.02%

490129

16812

3.43%

534810

20227

3.80%

599830

30424

5.07%

624778

26727

4.28%

677900

32201

4.75%

722161

39358

5.45%

784888

45783

5.83%

843340

64705

7.75%

Le secteur privé regroupe en moyenne 5% des effectifs scolaires sur la période 1990-1998 et s’est développé plus rapidement que le secteur public. Il en est de même dans les départements qui n’accueillent un pourcentage substanciel des effectifs scolaires que lorsqu’ils sont relativement urbanisés. Ce secteur est présent dans certains départements depuis 1990 tandis que

sa présence n’est effective dans d’autres que plus tard ( Atacora et Borgou) en l’occurence.

8.3.2- Evolution des taux bruts de scolarisation

8.3.2.1 - Evolution selon le sexe

Tableau N° 10 : Evolution des TBS selon le sexe de 1990 à 1998 (en pourcentage %)

  1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Total

M

F

49.66

62.13

35.72

56.53

71.41

39.87

59.91

75.32

42.65

60.92

77.01

43.37

63.83

79.54

46.80

66.76

82.62

49.64

68.84

84.58

51.97

72.53

88.35

55.71

75.78

91.03

59.71

Indice 0.57 0.56 0.57 0.56 0.59 0.60 0.61 0.63 0.66

Source : SSGI / DPP

Les taux observés indiquent un degré plus ou moins élevé de participation des élèves qui appartiennent ou non au groupe d’âge scolaire, à l’EP.

Tous sexes confondus, le TBS a progressé régulièrement passant de 49.66% en 1990 à 75.78% en 1998. Il en est de même des taux masculins et féminins. Ces derniers sont demeurés inférieurs aux taux masculins. Mais les écarts relativement importants observés depuis 1990 ont tendance à se résorber progressivement depuis 1993 puisque l’indice de parité entre les taux des deux sexes a nettement progressé : 0.56 en 1993 à 0.66 en 1998. Une croissance des effectifs des filles relativement plus importante pourrait expliquer la réduction de ces écarts : (voir tableau E en annexe)

En effet certaines conceptions (mentalité des parents et de la communauté à l’ égard de la scolarisation des filles : le mariage précoce, l’occupation de la femme se limite aux travaux domestiques et à la cuisine) ont défavorisé la fréquentation scolaire de ces filles mais les multiples actions entreprises pour remédier à cette situation notamment à travers le plan d’actions pour la promotion de la scolarisation des filles semblent porter leur fruit. Toutefois des progrès restent à faire.

8.3.2.2- Evolution selon les départements et le sexe

(voir tableau F en annexe)

Les TBS varient d’un département à un autre et sont plus élevés dans les départements de l’Atlantique et de l’Ouémé où ils dépassent parfois 100% surtout pour les garçons, indiquant ainsi que ces deux départements sont en principe capables de scolariser la totalité de leur population scolarisable. Cette situation résulte de la très forte concentration de la population urbaine dans ces deux départements.

Ces taux sont moins élevés dans l’Atacora et le Borgou les plus difficiles d’accès et les moins concentrés en population urbaine.

La progression régulière notée pour les taux nationaux ne s’observe pas dans tous les départements . Comme pour le niveau national, les filles sont moins scolarisées, mais les indices de parité croissants témoignent d’une réduction des écarts (voir tableau E en annexe).

8.4 Taux Net de Scolarisation

Le taux net de scolarisation indique la proportion de la population scolarisable (6 à 11 ans) inscrite à l’école primaire et appartenant à ce groupe d’âge . Cet indicateur fournit une mesure plus précise de l’étendue de la participation à l’EP des enfants appartenant au groupe officiellement en âge de fréquenter l’école primaire.

L’analyse de son évolution débutera par celle de la population scolarisée de 6 à 11 ans ( âge officiel de participation à l’EP).

8.4.1 Evolution de la population scolarisée de 6 à 11 ans selon le sexe

Tableau N° 11:Evolution de la population scolarisée de 6 à 11 ans selon le sexe de 1990 à 1998

  1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Total

M

F

322394

212340

110054

374730

245287

129443

428556

285691

142865

479991

317351

162640

508834

329577

179257

549037

351592

197445

587622

371282

216340

641651

399229

242422

696947

427491

269456

Indice de parité 0.52 0.53 0.50 0.51 0.54 0.56 0.58 0.61 0.63

La population scolarisée de 6 à 11 ans a évolué à un taux moyen de croissance annuelle de 10.12% supérieur à celui de la population scolarisée de tous les âges confondus qui est de 9.16%. A l’instar des effectifs féminins de tout âge, ceux des filles de 6 à 11 ans évoluent plus vite que ceux des garçons , preuve d’ une augmentation de l’indice de parité entre les sexes qui est passé de 0.52 à 0.63 entre 1990 et 1998.

 

 


Page précédent Page suivant