L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Cameroun
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



VII – 2 – 6 : RENDEMENT INTERNE DU SYSTEME EDUCATIF

VII – 2 – 6 – 1 :TAUX DE REDOUBLEMENT PAR ANNEE D’ETUDES

Tableau 13 : Evolution des effectifs des élèves et des redoublants par année d’études

 

ANNEE D'ETUDES

EFFECTIFS

REDOUBLANTS

88/89

89/90

90/91

92/93

93/94

94/95

95/96

88/89

89/90

90/91

92/93

93/94

94/95

95/96

CL1 et SIL

432279

478447

455201

436952

414266

423025

456658

152632

156919

156891

112758

120998

118945

109352

CL2 et CPS

319178

336774

316399

334213

326775

314640

320192

77237

79407

78292

72565

73597

75898

54810

CL3 et CE1

343944

358775

352856

345056

324109

324112

324491

108897

111956

113998

90100

99366

91335

96566

CL4 et CE2

266220

275329

279317

266702

279777

268883

261648

63841

65034

68723

61160

62643

61161

55610

Cl5 et CM1

251550

259529

277163

275204

264803

257736

262611

69363

71311

78438

66519

73435

86771

72269

CL6 et CM2

226546

237446

242008

224448

226813

217612

222339

70069

72037

74031

54882

59268

57803

61074

TOTAL

1839717

1946301

1922944

1882575

1836543

1806008

1847939

542039

557265

570372

457984

489307

491913

426771

Source: MINEDUC/DPRD/SDP

Graphique 19 : Evolution des effectifs des élèves par année d’études

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

Graphique 20 : Evolution des effectifs des redoublants par années d’études

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

Les redoublants représentent en moyenne 24,96% des effectifs des élèves en 1995/96 contre 28,63% en 1989/90 et 29,46% en 1988/89. Les années d’études les plus affectées par ce phénomène sont la SIL ou CL1 et le CE2 ou CL4.Cette dernière année d’étude (CE2) affiche en 1995/96 un taux moyen de redoublement de 29,68% contre 24,43% en 89/90 soit une augmentation des echecs de l’ordre de 5 points. La situation est inversée à la SIL ou CL1 en 1995/96 avec un taux de redoublement de l’ordre de 25,85% contre 36,30% en 1989/90 soit une dimunition des echecs d’environ 10,5 points. Les taux les plus faibles sont enregistrés au CPS ou CL2 avec 19,07% en 95/96 contre 24,8% en 89/90.

Ces taux de redoublement relativement élèvés dans le Primaire pourraient s’expliquer par les conditions de vie et d’apprentissage des élèves illustrées par : le manque d’équipements et de manuels scolaires nécessaires à un apprentissage bien mené, l’éloignement des écoles des lieux d’habitation, une alimentation déséquilibrée et surtout un encadrement insuffisant tant à l’école que dans le milieu familial.

Par ailleurs la baisse des salaires survenue en 1993 a eu pour conséquence la démotivation du personnel enseignant qui constitue de loin le principal agent de transmission des connaissances dans notre contexte.

L’amélioration de la qualité du rendement interne de notre système éducatif passe nécessairement par l ‘amélioration des conditions de travail et de vie des enseignants à travers les constructions des logements notamment dans les zones difficiles, l’encadrement pédagogique (supervision), la formation continue et l ‘achat du matériel didactique, la réduction des ratios élèves/maître et élèves/classe et l’amélioration des salaires.

Tableau 14 : Evolution des taux de redoublement par années d’études (en %)

CL1 et SIL CL2 et CPS CL3 et CE1 CL4 et CE2 Cl5 et CM1 CL6 et CM2 TOTAL
TR89/90

36,3004

24,8786

32,5506

24,4287

28,3486

31,798

30,2908

TR90/91

32,7917

23,2476

31,7742

24,9603

30,2232

31,178

29,3054

TR92/93

26,5812

23,2608

28,1605

22,4272

26,4952

24,4901

25,4457

TR93/94

27,2215

22,7095

26,4696

22,9323

31,5297

25,7534

26,1298

TR94/95

25,85

17,4199

29,794

20,6819

28,0399

28,0655

23,6306

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

Graphique 21 : Evolution des taux de redoublement par années d’études

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

VII –2 – 7 : TAUX DE SURVIE

Tableau  15 : Taux de survie en cinquième année 94/95 (pourcentage de la cohorte parvenant effectivement jusqu'à la cinquième année)

 

Types de données

Année

Année d'études

1

2

3

4

5

6

Elèves scolarisés

94

423025

314640

324112

268883

257736

217612

Elèves scolarisés

95

320192

324491

261648

262611

222339

Redoublants

95

109352

54810,3

96566

55610

72269

61074

Taux de promotion (en %)

94

62,73

72,44

63,57

70,79

62,57

63;79

Taux de redoublement (en %)

95

25,85

17,42

29,79

20,68

28,04

28,07

Taux d'abandon en %)

95

11,42

10,14

6,64

8,53

9,39

8,14

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

Tableau 16 : Survivants par année d’études

 

NIVEAU D'ETUDES

1ére année

2ème année

3ème année

4ème année

5ème année

6ème année

 

SURVIVANTS SANS REDOUBLEMENT

 

 

1000

 

 

627

 

 

454

 

 

289

 

 

205

 

 

128

 

SURVIVANTS AVEC REDOUBLEMENT

 

0

 

204

 

262

 

315

 

305

 

271

SURVIVANTS

1000

831

716

604

510

399

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

Graphique 23 : Survivants par année d’études en 94/95

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

Le taux de survie étant un indicateur qui permet de mesurer le pouvoir de rétention d’un cycle éducatif, la cohorte ci-dessus montre le comportement de 1000 élèves entrés en 1ère année d’études du cycle primaire en 1994. On peut y lire ce qui suit : au bout d’un an, 886 élèves soit 88,6% sont encore scolarisés ; 627 passent en 2 ème année d’études et 259 redoublent.

En suivant cette colonne, deux ans plus tard 208 élèves abandonnent, trois ans plus tard 274 élèves abandonnent, quatre ans plus tard 330 élèves abandonnent, cinq ans plus tard 383 élèves abandonnent, six ans plus tard 430 élèves abandonnent, …etc

En définitive, sur 1000 élèves entrés en 1 ère année d’études en 1994, 510 élèves atteignent la 5èmé année, niveau d’alphabétisme durable, autrement dit, sur 100 élèves qui accèdent en 1ère année d’études, seulement 51 parviennent en 5ème année d’études, niveau jugé suffisant pour favoriser l’acquisition des aptitudes par les apprenants à la lecture, l’écriture et au calcul. Ce constat illustre à suffisance la grande faiblesse de l’efficacité interne du système éducatif caractérisé par de multiples abandons. Ceci pourrait être imputé à plusieurs facteurs :

VII – 2 – 8 : COEFFICIENT D’EFICACITE

Tableau 17 : Nombre d’années/élèves par année d’études

 

ANNEE D’ETUDE

 

1ère année

 

2ème année

 

3ème année

 

4ème année

 

5ème année

 

6ème année

 

TOTAL

 

Nombre de diplômés

NOMBRE D’ANNEES ELEVES  

1326

 

988

 

950

 

720

 

637

 

489

 

5110

 

312

6 x 1000 années/élèves

Donc, le Ratio Intrant/Extrant = = = 6,0

1000 élèves qui termineront avec succès

En réalité comme le montre le shéma représentant une cohorte de 1 000 élèves, 312 élèves sur les 1 000 membres terminent le cycle avec succés.

D’où le ratio Intrants/Extrants réel :

5 110 années/élèves réel

Ratio Intrants/Extrants réel = = 16

312 élèves qui termineront avec succès

Ratio Intrants/Extrants réel

Taux de diperdition : TD =

Ratio Intrants/Extrants idéal

=

= 2,67

Coéficient d’efficacité : CE = = 0,37 ou 37%

Ainsi en 94 au Cameroun, l’enseignement primaire a été caractérisé par un taux de déperdition de 2,67. Ce qui signifie que les diplômés sont produits dans ce cycle à un coût qui avoisine le triple du coût idéal.

Alors qu’il était de 36% en 98/90, le coefficient d’efficacité serait actuellement de 37% ce qui reste très faible.

D’où l’urgence des mesures à prendre pour améliorer l’efficacité du système éducatif camerounais (Cf : Mesures de redressement).

 

VII – 2 – 9 : ACQUIS SCOLAIRES

Tableau 18 : Evolution des resultats scolaires (CEPE et FSLC) par sous système d’enseignement

SESSION

1995

1996

19997

CEPE

57,77

59,04

59,75

FSLC

80,17

84,29

84,13

Source : MINEDUC/DEXC

Graphique 24 : Evolution des resultats scolaires (CEPE et FSLC) par sous système d’enseignement

Source : MINEDUC/DPRD/SDP

 

Tableau 19 : Evolution des resultats au CEPE et FSLC confondus par province

 

1995

1996

1997

1998

ADAMAOUA

43,85

53,67

57,02

46,59

CENTRE

52,75

59,12

64,39

63,90

EST

50,06

52,68

56,70

51,19

EXTRÊME-NORD

30,58

38,00

41,67

42,44

LITTORAL

39,36

64,82

64,82

62,21

NORD

65,26

46,39

51,48

70,00

NORD-OUEST

81,71

82,37

83,18

77,84

OUEST

51,07

64,74

57,60

55,42

SUD

63,69

65,92

67,04

62,02

SUD-OUEST

75,67

82,54

81,80

86,49

CAMEROUN

58,33

63,43

64,37

63,08

Source : MINEDUC/DPRD&DEXC/SDP

Graphique 25 : Evolution des resultats au CEPE et FSLC confondus par province

Source : MINEDUC/ DEXC/SDP

L’objectif défini par l’EPT est l’amélioration des résultats de l’apprentissage, tel qu’un pourcentage convenu d’une classe d’âge déterminé (par exemple 80% des jeunes de 8 à 10 ans atteignent ou dépassent un certain niveau d’acquisition jugé nécessaire.

Pour répondre à cette interrogation, l’idéal aurait été de tester un échantillon d’élèves dans les matières retenues. En attendant que les résultats de l’étude en cours sur les acquis scolaires soient disponibles, l’analyse livrée ici porte sur les résultats de fin de cycle primaire (CEPE & FSLC) de 1995 à 1998 toutes matières confondues.

Au regard des données figurant dans les tableaux 18 et 19, les taux de réussite au CEPE et FSLC pour les deux sous systèmes d’enseignement confondus, se situent sur le plan national autour de 60% entre 1995 et 1998. L’analyse des résultats régionaux de la session 1998 montre que les provinces de l’Extrême-Nord (42,44%), de l’Adamaoua (46,59%), de l’Est (51,19%) et de l’Ouest (55,42%) ont des taux nettement en dessous de la moyenne nationale.

Deux provinces ont réalisé des performances nettement supérieures à la moyenne nationale. Ce sont le Sud-Ouest et le Nord-Ouest avec respectivement 86,49% et 77,84% en raison de la prédominance du sous système anglophone dans les provinces suscitées ; dans la mesure où les taux de réussite au FSLC sont toujours au dessus de 80%.


Page précédent Page suivant