L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Cap Vert
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



II Partie: SECTION ANALYTIQUE

7. Progrès vers les buts et les objectifs

Le progrès vers les buts et les objectifs de l'Education pour Tous sera mesuré par l'analyse des données statistiques disponibles

Protection et eveil de la petite enfance (PEE)

Politique nationale et objectif

La Petite Enfance couvre la tranche d'âge de 3 à 6 ans.

L’année 1998 a été une année importante pour le préscolaire. Des questions importantes comme le bas niveau de formation du personnel d’encadrement et l’inexistence d’un statut et d’un plan de carrière des éducateurs d’enfants, aussi bien que l’élaboration d’un Plan de Développement du Préscolaire ont pu déjà être mises en équation. Avec le décret-loi n° 14/97, du 24 mars 1997, définissant l’organisation du Ministère de l’Education, il a été créé une Direction du Préscolaire et de L’Enseignement de Base.

Des actions de formation continue ont pu être réalisées en 1998 ; et il a été confié à l’Institut Pédagogique la tache de former des éducateurs d’enfance. Cet institut s’est lancé depuis la rentrée scolaire en octobre 1998 dans un programme de renforcement de son corps enseignant par le biais de la coopération avec l’extérieur, particulièrement la Fondation Calouste Gulbenkian : 40% de son corps enseignant est en formation (57% dans de pays et 43% à l’extérieur).

Les structures d'encadrement

Plusieurs structures interviennent dans l'encadrement et le développement de la petite enfance. Elles sont reparties dans le secteur privé, des collectivités locales, et de quelques ONG's.

En fonction de la condition sociale des familles, la petite enfance est accueillie dans différents types de structures, dont il convient de mentionner :

Des jardins à vocation sociale

Ce sont des jardins ruraux, les jardins tenus par les Municipalités, les centres sociaux et d’enseignement préscolaire.

Des jardins à vocation sociale et pédagogique

Ce sont des jardins appartenant à l’Institut Cap-verdien de Solidarité (ICS), à la Croix Rouge Cap-verdienne, aux villages S .O.S et les jardins communautaires.

Ces jardins ont pour objectif principal la préparation des enfants pour la rentré à l’école primaire. Ils fonctionnent avec un personnel qualifié et les frais de participation sont relativement plus élevés que dans les jardins à vocation sociale.

Des jardins d’enfants à vocation pédagogique tenus par des privés

Ces jardins disposent de ressources pour permettre un bon encadrement. Ils reçoivent essentiellement les enfants de familles aisées et se situent généralement dans les zones urbaines.

7.1.2 Taux brut d’inscription aux programmes d’éveil de la petite enfance, dans les secteurs public, privé et communautaire  ( Indicateur 1)

Alors qu’en 1991 le préscolaire recevait environ 40% des enfants de 4 à 6 ans, en 1999 ce taux est passé à 61%. Deux îles sur dix affichent de taux variant entre 80% et 100%.

7.1.2.1 Evolution des taux bruts de scolarisation dans les PEE

Le taux de couverture du préscolaire est passé de 40% en 1996/97 à 60% en 1998/99. Quatre municipalités sur dix-sept affichent des taux supérieur à la moyene, tandis que sept autres ont des taux inférieurs. Il existe une municipalité (île de Boa Vista) où le taux de scolarisation des enfants en âge du préscolaire atteint les 100%.

Ci-après nous présentons la distribution des effectifs par type d’infrastructures, personnel d’encadrement, âge et par sexe pour l’année 1998/99.

Infrastrutures

 

Adequates

Inadequates

 

 

107

211

 

Source : Direction du Prescolaire et de l’Enseignement de Base.

Personnel

 

Educateur

Moniteur

Aide-Moniteur

 

3

35

278

Source : Direction du Prescolaire et de l’Enseignement de Base.

Age

 2

3

4

5

 

361

2350

7772

7591

 

Source : Direction du Prescolaire et de l’Enseignement de Base.

Sexe

 

M

F

 
 

10121

7953

 

Source : Direction du Prescolaire et de l’Enseignement de Base.

      1. Répartition des effectifs des PEE et Etablissements selon la localisation géographique (1998).

Année

1998/99

Municipalités M+F Etablissements Efectifs/

Etablissents

Boa Vista

373

5

74.6

Brava

375

11

34.1

Mosteiros

317

7

45.3

Maio

500

11

45.5

Säo Filipe

928

23

40.3

Sal

801

6

133.5

Praia

4367

53

82.4

Säo Domingos

543

11

49.4

Santa Catarina

1809

44

41.1

Santa Cruz

1627

45

36.2

Tarrafal

645

10

64.5

Sao Miguel

694

16

43.4

Paul

157

8

19.6

Porto Novo

796

11

72.4

Ribeira Grande

971

23

42.2

Säo Nicolau

437

2

218.5

Säo Vicente

2734

24

113.9

TOTAL NATIONAL

18074

316

57.2

Urbaine

8830

106

83.3

Rurale

9244

210

44.0

Source : GEDSE – Gabinete de Estudos e Desenvolvimento do Sistema Educativo.

Au niveau national la moyenne des effectifs par établissements est de 57.2 pour l’ année 1998/99. La répartition géographique indique des valeurs variants de 19.6, pour la minicipalité de Paul à 218.5 pour S. Nicolau.

Les zones rurales, malgré un effectif supérieur aux zones urbaines, ont une répartition par établissements (44 ) trés inferieur a celle des zones urbaines. Ce fait s’explique par la dispersion de la population dans le milieu rurale.

La distribution des effectifs par âge nous indique que la majeure partie de l’efectif (85%) est constitué des enfants de 4 (43%) et 5 ans (42%).

Repartition des ecoles par type d’etablissement et localisation en 1998

Municipalités CMPS ICS OMCV ICM REL. CVCV ONG PRIV. AUTRE TOTAL
Boa Vista

2

-

2

-

1

-

-

-

-

5

Brava

10

-

1

-

-

-

-

-

11

Mosteiros

5

-

-

1

1

-

-

-

-

7

Maio

-

-

10

-

1

-

-

-

-

11

Säo Filipe

6

4

5

1

7

-

-

-

-

23

Sal

2

1

-

1

2

-

-

-

-

6

Praia

9

3

9

5

7

1

-

14

5

53

Säo Domingos

10

-

1

-

-

-

-

-

-

11

Santa Catarina

32

-

12

-

-

-

-

-

-

44

Santa Cruz

37

-

7

-

1

-

-

-

-

45

Tarrafal

6

-

3

-

-

1

-

-

-

10

S.Miguel

13

-

3

-

-

-

-

-

-

16

Paul

1

-

1

-

1

4

-

-

-

8

Porto Novo

3

1

2

-

2

-

3

-

-

11

Ribeira Grande

7

4

-

-

1

10

-

1

23

Säo Nicolau

-

1

-

-

-

-

-

1

-

2

Säo Vicente

3

3

2

-

5

-

2

9

-

24

TOTAL NATIONAL

146

13

62

8

28

7

15

24

6

310

Urbaine

20

11

16

7

21

1

2

23

5

106

Rurale

126

2

46

1

7

6

13

1

1

204

Source : Direction du Prescolaire et de l’Enseignement de Base.

7.1.4. L’IMPACT DU PRÉ-SCOLAIRE SUR L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE

Pourcentage de nouveaus inscrits en 1ère année de l’enseignement primaire ayant suivi un type quelconque de programme organisé d’éveil de la petite enfance(PEE):(Indicateur 2).

Au niveau national ce pourcentage est de 72% en 1998/99.

La répartition géographique indique des valeurs supérieures à la moyenne pour les municipalités de Boa Vista, Brava, Maio, Sal, Praia, S.Miguel de São Miguel et Ribeira Grande, et inférieures à la moyenne pour les municipalités de Mosteiros, São Filipe, São Domingos, Santa Catarina, Tarrafal, Paúl, São Nicolau, São Vicente. Ci-après le tableau récapitulatif :

VII. Exemple matrice : % nouveaux inscrits ayant suivi un PEE selon la localisation géographique

Année

1998/99

Municipalités

Nouveaux entrants 1ère année

Effectifs avec expérience PEE

% nouveaux entrants avec expérience PEE

Boa Vista

79

66

84

Brava

223

213

96

Mosteiros

309

208

67

Maio …

236

192

81

Säo Filipe

1006

699

69

Sal

368

324

88

Praia

3002

2418

81

Säo Domingos

496

344

69

Santa Catarina

1901

1308

69

Santa Cruz

1272

906

71

Tarrafal

678

449

66

S.Miguel

652

571

88

Paul

285

186

65

Porto Novo

591

428

72

Ribeira Grande

663

523

79

Säo Nicolau

417

143

34

Säo Vicente

1907

1155

61

TOTAL NATIONAL

14085

10132

72

Urbaine

6280

4596

73

Rurale

7755

5532

71

Source : GEDSE – Gabinete de Estudos e Desenvolvimento do Sistema Educativo.

    1. Leçons à tirer

La Loi d’Orientation du Système éducatif assigne à l’éducation pré-scolaire outre les objectifs de protection de l’enfance, celui de préparer les enfants à l’entrée dans le système scolaire (Article 13).

Aux objectifs fondamentaux énoncés dans la Loi, il s’en est ajouté au fil des années un ensemble de pratiques dans le cadre de l’exécution des politiques sociales des divers secteurs, parmi lesquelles il y a lieu de retenir :

La politique sociale a eu tendance à prévaloir sur la politique éducative dans le volet didactico-pédagogique, ce qui a fait chuter la qualité de beaucoup de jardins d’enfants. Sur les 319 établissements existant au niveau national, il y en a seulement 194 qui disposent d’infrastructures adéquates.

Les institutions opérant dans le préscolaire sont au nombre de huit (les Mairies/la Protection Sociale, l’Institut Cap-Verdien de Solidarité, l’Organisation des Femmes du Cap Vert, l’Institut Cap-verdien des Mineurs, les églises, la Croix Rouge du Cap Vert, des ONG’s et le secteur privé). La place la plus importante revient aux Mairies, au niveau national, suivi des privés dans les municipalités de Praia et de São Vicente. Les jardins tenus par l’ l’Organisation des Femmes du Cap Vert et par les églises occupent la deuxième et la troisième position, respectivement.

Malgré la croissance du taux de couverture du préscolaire, il existe un réel problème de ressources humaines. En effet, il n’y a eu qu’une la seule formation de moniteurs, en 1976 (67 moniteurs). Les aides-moniteurs (au nombre de 524) possèdent des habilitations académiques allant de la 4ème année de l’enseignement primaire à la 3ème année de l’enseignement secondaire et n’ont reçu que de courtes formations pédagogiques, organisées par les institutions administrant les jardins et par le Ministère de l’Education.

Les enfants qui fréquentent le préscolaire sont mieux préparés pour l’enseignement primaire. Le préscolaire mobilise très tôt les parents autour de l’encadrement de l’enfant. Il existe une réelle volonté politique de promotion des activités de protection et d’éveil de la petite enfance.

7.2. Enseignement Primaire

Evolution de la scolarisation

Dans le présent rapport les calculs des taux se basent, pour les effectifs scolaires, sur des données du GEDSE, «Gabinete de Estudos e Desenvolvimento do Sistema Educativo» e6t pour les données de la population sur le document édité par le Ministére du Plan et de la Coopération, en 1995. Le fiabilité du recensement de la population de 1990 n’ est pas complétement assurée. D’ aprés les remarques, présenté dans le document, 5,6% (20.000) de la population n’ a pas été recensé. Ce taux de 5,6% ne s’ est pas montré fiable dans le traitement des indicateurs de l’ EPT.

7.2.1.1 Taux brut d’admission ( Indicateur 3 )

VII. Evolution des taux bruts d’admission par sexe et localisation géographique

Année

 

 

1990/91

1998/99

Municipalités

MF

M

F

F/M

MF

M

F

F/M

Boa Vista

135.3

142.0

129.3

0.9

63.7

65.5

62.1

0.9

Brava

132.8

143.6

121.8

0.8

106.0

100.0

112.2

1.1

Mosteiros(1)

-

-

-

-

93.9

95.8

91.9

1.0

Maio …

139.2

138.9

139.2

1.0

110.8

112.9

108.9

1.0

Säo Filipe

117.3

126.2

108.2

0.9

101.9

101.0

102.9

1.0

Sal

132.7

140.4

125.9

0.9

109.5

119.5

101.1

0.8

Praia

138.8

145.6

132.1

0.9

90.9

95.7

86.3

0.9

Säo Domingos(2)

-

-

-

-

110.2

115.8

104.8

0.9

Santa Catarina

142.5

150.0

135.1

0.9

126.9

126.3

127.5

1.0

Santa Cruz

121.8

132.2

111.9

0.8

118.2

117.8

118.6

1.0

Tarrafal

125.8

133.8

118.3

0.9

143.8

152.5

135.8

0.9

S.Miguel (3)

-

-

-

-

-

-

-

Paul

120.5

123.4

117.5

1.0

94.1

91.4

96.7

1.1

Porto Novo

139.6

153.5

126.7

0.8

109.9

113.0

106.9

0.9

Ribeira Grande

142.3

156.7

128.8

0.8

90.0

91.1

88.9

1.0

Säo Nicolau

132.1

141.8

122.4

0.9

94.6

98.7

90.4

0.9

Säo Vicente

147.0

157.5

136.6

0.9

89.9

86.1

93.5

1.1

TOTAL NATIONAL

135.1

143.8

126.6

0.9

103.7

105.3

102.1

1.0

Urbaine

136.5

144.7

128.3

0.9

92.3

93.4

91.2

1.0

Rurale

130.7

140.1

121.6

0.9

113.8

115.9

111.7

1.0

Source : Direction du Prescolaire et de l’Enseignement de Base.

  1. ® Sao Filipe = Sao Filipe et Mosteiros (1990)
  2. ® Praia = Praia et Sao Domingos (1990)
  3. ® Tarrafal = Tarrafal et Sao Miguel (1990 et 1998)

Même si l’âge officiel d’admission à l’enseignement de base est fixé à sept ans, sont également admis les enfants de six ans ayant fréquenté le préscolaire pendant au moins deux ans.

Si l’on compare les taux spécifiques d’admission des enfants de 6 ans au taux spécifique de scolarisation des enfants de 7 ans, il est facile de conclure que l’universalisation de l’accès aux enfants de 7 ans est totalement réalisée. En effet, le taux spécifique d’admission des enfants de 6 ans est passé de 34,9% en 1990 à 73% en 1998. Le taux spécifique de scolarisation des enfants de 7 ans est passé de 97,9% en 1990 à 100% en 1998.

Le taux brut d’admission, qui était de 135% en 1990, est passé à 103,9% en 1998.

Le niveau élevé du taux brut d’admission s’explique par la scolarisation des enfants de 6 ans d’une part, et par la scolarisation tardive qui existe encore.


Page précédent Page suivant