L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Gabon
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



DEUXIÈME PARTIE :IMPACT DE LA DÉCENNIE EPT

7. Progrès vers les objectifs et les buts

7.1 Protection et éveil de la petite enfance (PEE)

Buts :

La loi 10/84 du 30 Juillet 1984 portant définition et organisation générale de l'éducation préscolaire définit l'éducation préscolaire et fixe les principes qui régissent son organisation. Sous la tutelle du Ministère des Affaires Sociales, le secteur préscolaire a connu un accroissement depuis quelques années. Ainsi l'on enregistre chaque année, dans les communes, un accroissement des centres préscolaires dont l'initiative relève des promoteurs privés. Toutefois, la perception qu’on les familles du cycle pré-primaire ne cadre pas toujours avec les objectifs qui lui sont assignés.

Cependant, l'inéfficacité interne du système éducatif a conduit le Gouvernement à prendre conscience de l'importance de l'éveil de la petite enfance dans la lutte contre l'échec scolaire. L'Etat se propose donc, à l'instar de l'enseignement primaire, de développer et de favoriser l'éveil de la petite enfance. C'est dans ce contexte qu'il a mis en place des mécanismes visant à restructurer ce secteur. Le manque d'harmonisation du cycle pré-primaire avec le cycle primaire a renforcer la position prédominante du secteur privé sur l'éveil de la petite enfance.

Malgré l'existence de la loi N° 19/95 du 13 Février 1995, portant protection des personnes handicapées, les enfants pauvres, défavorisés et handicapés n'ont pas assez de structures spécialisées, seuls les déficients auditifs sont pris en charge par l'Etat (existence d'une école de sourdmuets et malentendants à Libreville. L'initiative privée qui ne fait que démarrer, à l'exemple de la fondation "Horizon Nouveau", prend en charge les déficients mentaux et malvoyants.

7.1.1 Politique nationale et objectif.

Dans la loi 10/84 du Ministère des Affaires Sociales et son décret d'application N° 89 du 10 Janvier 1884 qui fixe les modalités d'application, et d'organisation de l'enseignement préscolaire au Gabon, et compte tenu de la demande d'éducation au préscolaire et de l'inefficacité du système éducatif constatée, le Ministère de l’Éducation Nationale se propose de développer le cycle préscolaire sur le plan qualitatif et quantitatif, à l'instar des autres niveaux d'enseignement, dès la rentrée scolaire 1999 - 2000.

C'est ainsi que le Gouvernement a pris la décision du transfert des tutelles et des compétences des Affaires Sociales à l’Éducation Nationale (Conseil des Ministres du 04 Août 1999).

7.1.2 Taux brut de scolarisation dans les PEE (indicateur 1)

Aucune collecte de données permettant le calcul des indicateurs relatifs à l'éveil de la petite enfance n'avait été organisée avant 1999. Les informations sur les nouveaux entrants et sur la PEE n'étaient jusque là demandées aux responsables d'établissement des structures préscolaires.

Par ailleurs, le démarrage tardif de la collecte des données (Juillet 99) n'a pas permis de recueillir les informations dans tous les établissements préscolaires, notamment les structures privées qui représentent 95% des établissements. Néanmoins, les données recueillis présentent la situation suivante :

7.1.2.1 Taux scolaires dans les PEE par sexe. Année scolaire 1992 - 1993.

Le recensement général de la population et de l'habitat de 1993 a permis au service de la planification du Ministère de l’Éducation Nationale de calculer les taux de scolarisation de l'enseignement préscolaire pour les enfants de 5 ans.Les donnees des enfants scolarises de 3 a 4 ans n etant pas disponibles.

Il est a noter que 7,51% des enfants de 6 ans et 1,37% des enfants de 7 ans se retrouvent encore dans le prescolaire. Pourquoi ce phenomene ? une etude specifique serait la bienvenue afin de detreminer les causes de ces sorties tardives du préscolaire.11,48% des enfants de 5ans sont scolarisés dans le primaire.

 Taux par âge spécifique

ages

5ans

6ans

7ans

GF

21,25

7,51

1,37

G

21,10

3,62

0,67

F

21,45

3,88

0,69

Taux enfants non scolarisés

GF

66,74

G

66,81

F

66,63

 

Répartition de la population de 5-6-7 ans dans l’éducation

âge

population

non élèves

préscolaire

primaire

autres

5ans

GF

29 193

19 479

6 204

3 352

150

G

14 633

9 777

3 087

1 687

78

F

14 560

9 702

3 117

1 665

72

6ans

GF

30 145

9 653

2 265

18 009

204

G

14 897

4 836

1 094

8 861

97

F

15 248

4 817

1 171

9 148

107

7ans

GF

28 530

3 071

391

24 936

118

G

14 355

1 553

193

12 543

56

F

14 175

1 518

198

12 393

62

Source: DPPI 1994

Nous pouvons remarquer, à la lecture de ce tableau, l'égalité d'accès des filles et des garçons à l'enseignement préscolaire.

Sur le plan national les indicateurs de participation relevaient en 1992 - 1993 un faible développement de l’enseignement préscolaire. Le pourcentage d'enfants âgés de 5 ans non scolarisés confirmait cette tendance. Mais la situation s’est améliorée depuis cinq ans avec I’accroîssement du nombre d'établissements privés.

7.1.3 Taux de scolarisation selon la localisation géographique en 1992 - 1993.

Enfants de 5 ans sur une population de 29.193

PROVINCES

TAS

TENS

ESTUAIRE + LBV 36,57% 63,43%
Filles 36,27% 63,73%
HAUT-OGOOUÉ 30,98% 69,02%
Filles 30,47% 69,53%
MOYEN-OGOOUÉ 25,30% 74,70%
Filles 26,61% 73,39%
NGOUNIÉ 29,56% 70,44%
Filles 30,21% 69,79%
NYANGA 19,41% 80,59%
Filles 20,42% 79,58%
OGOOUÉ-IVINDO 55,82% 44,18%
Filles 19,78% 80,22%
OGOOUÉ-LOLO 16,40% 83,60%
Filles 16,56% 83,44%
OG.-MARITIME 50,19% 49,81%
Filles 50,76% 49,24%
WOLEU NTEM 28,59% 71,41%
Filles 29,37% 70,63%
TOTAL NATIONAL 21,25% 66,74%

TOTAL FILLES

21,45% 66,65%

Source: DPPI 1994

En 1994, les disparités entre les provinces dans le développement de la protection et éveil de la petite enfance étaient très importantes. C’est ainsi qu’on retrouve les taux de scolarisation les plus élevés dans les provinces ayant de fortes activités économiques pourvoyeuses d’emploi. L’Ogooué Maritime, province pétrolière, venait en tête suivie de l’Estuaire où se trouve la capitale politique et le Haut Ogooué province minière.

7.1.4 Pourcentage de nouveaux inscrits en 1ère année primaire ayant suiv un PEE (indicateur 2)

% nouveaux inscrits ayant suivi une PEE selon la localisation géographique.

Année

1998/99

Provinces

Nouveaux enfants

1ère année

Effectifs

avec expérience PEE

% nouveaux enfants avec expérience PEE

ESTUAIRE

970

168

17.3

LBV COMMUNE

9310

2172

23,3

HAUT-OGOOUÉ

4606

934

20,3

MOYEN-OGOOUÉ

1749

188

10,7

NGOUNIÉ

2334

330

14,1

NYANGA

1171

198

16,9

OGOOUÉ-IVINDO

1466

138

9,4

OGOOUÉ-LOLO

1640

218

13,3

OG.-MARITIME

1837

354

19,3

WOLEU-NTEM

3487

523

15,0

Total National

28570

5223

18,3

Sur 28.570 nouveaux entrants au CP1 en 1998/99, 18,3% ont une expérience de PEE, repartis en 20,2% pour les garçons et 16,2% pour les filles.

Les données utilisées, concernent 72% des questionnaires; il est à noter que les 28% restants sont en majorité, les établissements privés confessionnels et laïcs dont les données n'ont pas pu être collectées pour des raisons de calendrier.

7.1.5 Leçon à tirer.

Le tableau 7.1.3 permet d’observer au niveau national un TAS de 21,25%. Cependant, certaines provinces se situent au-dessus de cette moyenne, il s’agit précisément de l’Ogooué Maritime avec 50,19%, de l’Estuaire plus Libreville avec 36,57% et du Haute Ogooué avec 30,98%.

Par ailleurs, il convient de préciser que les structures d’accueil du préscolaire sont essentiellement importantes dans les grands centres urbains.

Les faibles TBS sont observés dans l’Ogooué Lolo (16,40%) la Nyanga (19,41%) . Une telle situation résulterait de l’insuffisance des structures d’accueil, de la faiblesse des activités économiques et de l’insuffisance de la sensibilisation.

En effet, il semblerait que la PEE soit considérée par la grande majorité des parents comme des lieux de gardiennage et non comme des centres de première scolarisation.

Pour tenir compte entre autre des préoccupations par les partenaires sociaux, l'Etat a décidé de ramener le préscolaire au Ministère de l'Education Nationale.

La parité fille-garçon est en vigueur dans l’enseignement préscolaire, cette pratique est renforcée depuis la promulgation de la loi 10/84 du 30 juillet 1984.

Au regard de ce qui précède, de nombreux défis sont à relever. Il s’agit notamment de réduire les inégalités observées dans le développement de la protection et de l’éveil de la petite enfance; d’améliorer le pourcentage des nouveaux entrants ayant acquis une expérience PEE.

7.2 Education Primaire

7.2.1 Taux brut d'admission (indicateur 3)

7.2.1 Évolution des taux bruts d'admission par sexe

Évolution du TBA par sexe 1992/93, 1993/94 (Ministère de l’Éducation Nationale)

  1992/93 1993/94

MF

104,17% 98,00%

M

ND 102,00%

F

101,72% 94,00%

F/M

  0.92

Le recensement général de la population et de l’habitat de 1993 qui avait couvert tous les enfants donnait un TBA de 104,17%.

Pendant l’année scolaire 94/95, 30411 enfants étaient nouvellement inscrits au CP1 avec 15600 garçons et 14811 filles.

La collecte des données du Ministère de l’Éducation Nationale (qui, faute de moyens financiers, ne peut accéder à tous les établissements de toute l’étendue du territoire) réalisée en 1994/95 donnait 98% .

7.2.1.2 Évolution des TBA selon la localisation géographique et le sexe. (Ministère de l’éducation naationale

Année

1993/94

1998/99

Provinces

Taux brut d'admission au CP1

Indice parité

Taux brut d'admission au CP1

Indice parité

  MF M F F/M MF M F F/M
ESTUAIRE + LBV 89;23% ND 86,62%   ND ND ND  
HAUT-OGOOUÉ 115,96% ND 114,70%   ND ND ND  
MOYEN-OGOOUÉ 114,92% ND 117,36%   ND ND ND  
NGOUNIÉ 132% ND 127,82%   ND ND ND  
NYANGA 118,21% ND 113,10%   ND ND ND  
OGOOUÉ-IVINDO 122,02% ND 122,16%   ND ND ND  
OGOOUÉ-LOLO 111,33% ND 108,20%   ND ND ND  
OG.-MARITIME 97,52% ND 92,36%   ND ND ND  
WOLEU-NTEM 124,29% ND 124,39%   ND ND ND  
GABON 104,17%   101,72%   88,9% 91,0% 86,8% 1,0

 

 En 1992-93, 7 provinces sur 9 avaient un TBA supérieur à 100%. Ceci s'explique par le fait des inscriptions avnt ou après l’âge de légal d’accès au CP (6 ans), celles-ci concernent surtout les provinces de l'intérieur du pays. Les provinces économiquement avantagées hormis le Haut-Ogooué, avaient un TBA inférieur à 100. C’est le cas de l’Estuaire et de l’Ogooué Maritime (en particulier les capitales provinciales). La situation ne s'est guère améliorée aujourd'hui. Pourtant, l’Etat consent de gros efforts en matière d’accès à l’éducation .

7.2.2 Taux par âge spécifique

7.2.2.1.Le taux par âge spécifique 5 ans et 6ans dans le primaire (première année)

 Taux par âge spécifique

ages

5ans

6ans

GF

11,48

59,70

G

11,52

59,48

F

11,43

59,99

Sources :M.E.N

Une enquête sur les nouveaux entrants n’ayant pas été faite, nous nous sommes référés auu recencement nationale de la population pour calculer les TAS à défaut des TNA.20.478 enfants âgés de 6 ans étaient sscolarisés dans le préscolaire, le primaire et autre soit 68,0%. 9.653 des enfants de cet âge ne fréquentaient aucun établissement soit 32,02% de cette population.

Ces enfants non-inscrits au CP1 à 6 ans pourraient intégrer le système éducatif; car une précédente étude avait fait ressortir un fort pourcentage d'inscription à 7 ans (49,63% en 1993-94).

7.2.2.2 Évolution des TNA selon la localisation géographique et le sexe.

Année

1992/93

1998/99

Provinces

Taux net d'admission au CP1

Indice Parité F/M

Taux net d'admission au CP1

indice parité F/M

  MF M F   MF M F  

ESTUAIRE + LBV Communes

17,38%, ND 17,37%   ND ND ND  
HAUT-OGOOUÉ 23,34% ND 22,88%   ND ND ND  
MOYEN-OGOOUÉ 36,76% ND 35,54%   ND ND ND  
NGOUNIÉ 28,61% ND 27,82%   ND ND ND  
NYANGA 44,55% ND 42%   ND ND ND  
OGOOUÉ-IVINDO 30,49% ND 31,84%   ND ND ND  
OGOOUÉ-LOLO 26,94% ND 25,08%   ND ND ND  
OGOOUIE.-MARITIME 13,60% ND 14,17%   ND ND ND  
WOLEU NTEM 36,49% ND 31,75%   ND ND ND  

TOTAL NATIONAL

23,15%   22,90%   54,9% 52,3% 57,3% 1,1

 


Page précédent Page suivant