L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Gabon
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



7.2.5 Dépenses publiques d'éducation (indicateur 7).

7.2.5.1 Évolution des dépenses publiques d’éducation.

Évolution des dépenses publiques d'éducation de 1990 à 1998 (en millions de francs CFA courants)

Années 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2 000
Dépenses public Ordinaire dans le primaire 1 146 1 888 4 720 6 504 5 024 8 657 5 139 5 822 3 412 2 430 3 564
Dépense ordinaire dans l’éducation 4 325 4 939 7 745 8 845 7 573 15 725 13 682 19 320 11 250 8 100 11 880

 

Effectif total dans le primaire         247 018 250 693 256 171       1 772
Produit national brut (PNB) 1 278 1 349 1 188 1 305 1 948 2 030 2 306 2 110 1 963 1 684 1 772
Population totale 939 864 963 963 988 681 1 014 032 1 039 382 1 065 366 1 092 000 1 119 300 1 147 285 1 175 967 1 205 366
Dépense public ordinaire du primaire en pourcentage du total 26,5 38,2 60,9 73,5 66,5 55,1 37,6 30,1 30,3 30,0  
Dépense public ordinaire du primaire en pourcentage du PNB                      
Dépense public ordinaire par élève du primaire en pourcentage du PNB par habitant         1085,4 1812,5 950,1        

Sources: Commissariat général au Plan et au développement (budget d'investissement estimé en milliards de F CFA)

De 1990 à 1993, on constate une évolution soutenue des dépenses publiques ordinaires dans l’enseignement primaire. Cette évolution a été irrégulière de 1994 à 1999. Toutefois; il convient de noter une hausse remarquable en 1995.

7.2.5.2 ÉVOLUTION DU BUDGET DU SECTEUR

  Part du budget de l’éducation dans le budget de l’État Part du budget d'investissement dans le budget de l’État
1984   28.3%
1985 8.8% 33.7%
1986 12.8% 39.5%
1987 13.7% 15.1%
1988 14.2% 10.8%
1989 12.7% 10.0%
1990 11.1% 12.1%
1991 10.4% 8.6%
1992 11.5% 13.4%
1993 12.2% 16.4%
1994 9.7% 29.5%

Sources : Base de données du MEN et du Ministère des finances.

Dépense par élève ($ EU)

  Primaire et secondaire Primaire seulement
1983/1984 651  
1984/1985 570  
1985/1986 813  
1986/1987 497  
1987/1988 485 172
1988/1989 405 154
1989/1990 514 158
1990/1991 529  
1991/1992 560  
1992/1993 545  
1993/1994 337 212

Source : Base des données du MEN

Degré d'enseignement

Proportion du budget

  1994 1995 1996
Enseignement du premier degré 67.2% 50.5% 41.0%
Enseignement secondaire général 18.5% 30.0% 40.6%
Enseignement secondaire technique 5.5% 8.5% 9.5%
Non affecté à un niveau précis 8.8% 11.0% 8.9%

Sources : Annexes explicatives des lois de finance 1994/95/96.

L’enseignement primaire a toujours été privilégié au regard de la proportion du budget qui lui est alloué, bien que celle-ci ait baissé de 1996 à 1996. Signalons que les salaires absorbe une bonne partie du budget de fonctionnement.

7.2.6 Les enseignants.

7.2.6.1 Évolution des effectifs d'enseignants selon la localisation géographique et le sexe 1994/95 1998/99

Année

1994/95

1998/99

? moyen/an

Provinces

MF

M

F

F/M

MF

M

F

F/M

M

F

ESTUAIRE 236 157 79 0.50 278 177 101 0.57 3% 6%
LBV. COMMUNE 1721 589 1132 1,92 1617 590 1027 1,74 0% -2%
HAUT-OGOOUÉ 410 241 169 0,70 614 406 208 0,51 14% 5%
MOYEN-OGOOUÉ 163 121 42 0,35 248 154 94 0,61 6% 22%
NGOUNIÉ 421 357 64 0,18 485 366 119 0,33 1% 17%
NYANGA 238 182 56 0,31 287 215 72 0,33 4% 6%
OGOOUÉ-IVINDO 185 148 37 0,25 201 169 32 0,19 3% -4%
OGOOUÉ-LOLO 209 172 37 0,22 271 171 100 0,58 0% 28%
OGOOUÉ-MARITIME 412 204 208 1,02 318 147 171 1,16 -8% -5%
WOLEU-NTEM 714 464 250 0,54 788 503 285 0,57 2% 3%

TOTAL GABON

4709 2635 2074 0,79 5107 2898 2209 0,76 2% 2%

Sources : M.E.N

Le nombre d’enseignants est passé de 4709 à 5107 entre 1994/95 et 1998/99. Cette croissance s’explique entre autre par l’ouverture de nouvelles écoles normales d’instituteurs.Toutefois, le manque d’enseignants reste d’actualité.

Toutefois, il convient de préciser que la collecte des données de l’année 1998/99 ne concerne que 72% des écoles. La forte concentration des personnels féminins dans les centres urbains se justifie par des conditions de vie meilleures qu’ailleurs et les rapprochements d’époux.

7.2.6.2 Pourcentage des enseignants ayant les titres académiques requis ( indicateur 10)

Provinces

1994/95

1996/97

  %MF %F %MF % F
ESTUAIRE 80.5% 30.9% 85.1% 31.4%
LBV. COMMUNE 85.0% 56.8% 91.5% 59.5%
HAUT-OGOOUÉ 64.4% 26.1% 67.1% 17.2%
MOYEN-OGOOUÉ 73.0% 20.2% 82.6% 20.8%
NGOUNIÉ 72.4% 11.6% 96.1% 28.0%
NYANGA 69.3% 16.0% 75.5% 11.5%
OGOOUÉ-IVINDO 80,0% 15.7% 83.8% 8.8%
OGOOUÉ-LOLO 67.0% 12.9% 28.80% 6.3%
OGOOUÉ- MARITIME 64.6% 29.4% 60.0% 27.7%
WOLEU-NTEM 76,3% 28.4% 87,7% 28,3%

TOTAL NATIONAL

76,6% 35,2% 83,4% 35,6%

Sources : annuaire statistique du M.E.N

Entre 1994/95 et 1996/97, le niveau de recrutement des enseignants s'est amélioré. C’est ainsi que le pourcentage d’enseignants ayant le titre académique requis est passé de 76,6% à 83,4%. Notons par ailleurs que le pourcentage de femmes ayant un titre académique requis est largement inférieur à celui de la moyenne nationale.

7.2.6.3 Pourcentage des enseignants ayant le diplôme pédagogique requis (indicateur 11)

Provinces

1994/95

 

1996/97

 

1998/99

 

  %MF %F %MF % F %MF % F
ESTUAIRE 80.5% 30.9% 85.1% 31.4% 86.0 90.1
LBV. COMMUNE 85.0% 56.8% 91.5% 59.5% 40.2 38.4
HAUT-OGOOUÉ 64.4% 26.1% 67.1% 17.2% 57.0 51.9
MOYEN-OGOOUÉ 73.0% 20.2% 82.6% 20.8% 85.9 89.4
NGOUNIÉ 72.4% 11.6% 96.1% 28.0% 66.4 68.9
NYANGA 69.3% 16.0% 75.5% 11.5% 55.7 56.9
OGOOUÉ-IVINDO 80,0% 15.7% 83.8% 8.8% 59.2 68.8
OGOOUÉ-LOLO 67.0% 12.9% 28.80% 6.3% 75.6 71,0
OGOOUÉ.- MARITIME 64.6% 29.4% 60.0% 27.7% 49.1 43.9
WOLEU-NTEM 76,3% 28.4% 87,7% 28,3% 55,3 47,7

TOTAL NATIONAL

76,6% 35,2% 83,4% 35,6% 55,8 50,0

Le pourcentage des enseignants ayant le titre académique requis est le même que celui des enseignants ayant le diplôme pédagogique requis parce que leur recrutement se fait à partir des diplômés des écoles normales. Par contre, les enseignants non diplômés (parfois n'ayant même pas de titre académique requis), sont appelés auxiliaires, et ne relèvent de ce fait pas de l’État, mais des collectivités locales.


Page précédent Page suivant