L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Gabon
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



7.2.6.3.1 Nombre d’élèves par maître.

Évolution du nombre d’élèves par maître 1994/95 et 1998/99

Année

1993/94

1998/99

Provinces

Nbe total élèves

Nbe maître

Nbe élèves /maître

Nbe total élèves

Nbe maîtres

Nbe élèves /maître

ESTUAIRE

10320

236

44

11994

278

43

LBV COMMUNE

91201

1721

53

90434

1617

56

HAUT-OGOOUÉ

29610

410

72

31210

614

51

MOYEN-OGOOUÉ

9978

163

61

10768

248

43

NGOUNIÉ

20644

421

49

18993

485

39

NYANGA

10613

238

45

9774

287

34

OGOOUÉ-IVINDO

13206

185

71

8816

201

44

OGOOUÉ-LOLO

11835

209

57

10407

271

38

OGOOUÉ-MARITIME

24061

412

58

20498

318

64

WOLEU-NTEM

25550

714

36

21528,

788,

27

GABON

247018

4709

52

234422

5107

46

Au niveau provincial, le ratio élèves / maître est largement au dessus du ratio national qui est de 52 élèves sauf pour les provinces de l’Estuaire, de la <Ngounié, de la Nyanga et du Woleu-Ntem.

.Au départ,le réseau scolaire était censé assurer la distribution géographique de l’offre de services scolaires et garantir l’équilibre offre/demande en zone rurale. Malheureusement, la demande d’éducation s’est accrue et s’est déployée sur le territoire national selon une logique économique telle que l’offre d’ducation n’a pas pu répondre à cette demande d’une manière adéquate. La forte exode rurale a fait que dans les zones peu peuplées de l’intérieur, les écoles sont sous-utilisées (déséquilibre par défaut),

Néanmoins, les principales villes des provinces de l’Ogooué Maritime, du Haut Ogooué et de la Commune de Libreville, ont un ratio élevé atteignant parfois 72 élèves.

7.2.7 Rendement interne du système éducatif.

7.2.7.1 Évolution du taux de redoublement selon la localisation géographique et le sexe.

Évolution du pourcentage de redoublants selon la localisation géographique et le sexe

Année

1989-1990

1994-1995

Provinces

MF

M

F

MF

M

F

ESTUAIRE 33,10% 32,61% 33,60% 51,18% 55,99% 46,12%
LBV COMMUNE            
HAUT-OGOOUÉ 28,62% 28,24% 29,00% 44,54% 45,89% 43,16%
MOYEN-OGOOUÉ 30,56% 29,58% 31,59% 40,10% 40,98% 39,18%
NGOUNIÉ            
NYANGA 32,16% 31,81% 32,55% 45,52% 45,47% 45,58%
OGOOUÉ-IVINDO 24,74% 24,47% 25,04% 44,71% 45,88% 43,41%
OGOOUÉ-LOLO 34,29% 34,12% 34,47% 48,99% 48,43% 49,60%
OGOOUÉ-MARITIME 34,06% 35,20% 32,96% 37,34% 38,55% 36,14%
WOLEU-NTEM            

GABON

29,29% 29,53% 26,06% 38,91% 40,19% 37,61%

 

Année

1996/97

Provinces

M F

M

F

ESTUAIRE 18,76% 19,55% 17,90%
LBV COMMUNE      
HAUT-OGOOUÉ 42,12% 42,05% 42,18%
MOYEN-OGOOUÉ 35,71% 37,11% 34,28%
NGOUNIÉ      
NYANGA 21,93% 22,61% 21,21%
OGOOUÉ-IVINDO 37,50% 38,69% 36,20%
OGOOUÉ-LOLO      
OGOOUÉ-MARITIME 35,22% 36,06% 34,38%
WOLEU-NTEM      

GABON

34,48% 35,18% 33,77%

NB : Ces pourcentages sont tirés des effectifs totaux

Entre 1989/90 et 1990/95, le taux de redoublement a évolué en dent de scie ; il est passé de 20% en 1990 à 39% en 1995 pour rechuter à 34% en 1997. Cette situation doit interpeller le gouvernement.

POURCENTAGE DE REDOUBLANTS

Année d’étude   88/89 94/95 95/96 96/97
CP1 Garçon 43,52 50,62 45,04 45,27
  Filles 42,57 48,64 43,36 43,87
  Ensemble 43,05 49,66 44,22 44,59
CP2 Garçon 31,16 40,46 32,85 33,69
  Filles 29,68 35,01 32,50 31,46
  Ensemble 30,42 37,76 32,18 32,60
CE1 Garçon 31,82 41,32 37,41 37,45
  Filles 32,32 38,32 36,02 35,15
  Ensemble 32,27 39,83 36,72 36,31
CE2 Garçon 21,15 28,14 25,99 25,25
  Filles 21,98 27,61 25,59 25,47
  Ensemble 21,56 27,87 25,78 25,36
CM1 Garçon 22,41 30,46 28,34 28,33
  Filles 22,08 28,94 28,41 27,78
  Ensemble 22,24 29,69 28,38 28,05
CM2 Garçon 20,57 33,92 30,32 27,34
  Filles 19,13 33,91 28,83 27,32
  Ensemble 19,13 33,92 29,57 27,33
TOTAL Garçon 41,15 40,19 35,53 35,18
  Filles 38,26 33,61 34,19 33,77
  Ensemble 39,74 38,91 34,87 34,48

Évolution des pourcentages de redoublants

Un fort taux de redoublement dénote de l’inéfficacité du système éducatif au Gabon malgré les efforts financiers consentis par le gouvernement. Plusieurs causes peuvent être à l’origine de ce fléau ; causes endogènes et causes exogènes.Le redoublement dans l’enseignement primaire touche surtout la première année d'études sans distinction de sexe.

7.2.7.1.1 Taux moyens de rendement interne 1996/97-1997/98.

  Niveau d’études

CP1

CP2

CE1

CE2

CM1

CM2

MF

Taux promotion

ND

ND

ND

ND

ND

ND

  Taux redoublement

ND

ND

ND

ND

ND

ND

  Taux abandon

ND

ND

ND

ND

ND

ND

M

Taux promotion

ND

ND

ND

ND

ND

ND

  Taux redoublement

ND

ND

ND

ND

ND

ND

  Taux abandon

ND

ND

ND

ND

ND

ND

F

Taux promotion

ND

ND

ND

ND

ND

ND

  Taux redoublement

ND

ND

ND

ND

ND

ND

  Taux abandon

ND

ND

ND

ND

ND

ND

7.2.7.2  Survie scolaire par année d'études.

Survivants par année d'études et par sexe

Niveau d'études CP1 CP2 CE1 CE2 CM1 CM2 CEP
Survivants MF ND ND ND ND ND ND ND
Survivants M ND ND ND ND ND ND ND
Survivants F ND ND ND ND ND ND ND

Survivants par année d'études avec ou sans redoublement

Niveau d'études CP1 CP2 CE1 CE2 CM1 CM2
Survivants sans redoublement ND   ND ND ND ND
Survivants avec redoublement(s) ND ND ND ND ND ND

Taux de survie et coefficient d’efficacité en 5ème année

Cinquième année (CM1) MF M F
Taux de survie ND ND ND
Nbe d'années-élèves consommées ND ND ND
Coefficient d'efficacité ND ND ND
Ratio intrants/extrants ND ND ND

7.2.8 Acquis scolaires.

7.2.8.1 Pourcentage d'élèves de 4ème année ou d'une autre année d'études maîtrisant un ensemble de compétences de base défini à l’échelon national.

Matière

Lecture Écriture

Calcul

Vie courante

Toutes matières confondues

Provinces

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

ESTUAIRE ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
LBV COMMUNE ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
HAUT-OGOOUÉ ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
MOYEN-OGOOUÉ ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
NGOUNIÉ ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
NYANGA ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
OGOOUÉ-IVINDO ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
OGOOUÉ-LOLO ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND
OG.-MARITIME ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND

WOLEU-NTEM

ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND

TOTAL NATIONAL

ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND ND

7.2.8.2 Réussite au diplôme terminal.

.En 1988, une étude de l’UNESCO a souligné que le taux de réussite au national des candidats à l’examen de fin d’études primaire (CEPE) était de 63%.

Évolution des résultats du concours d'entrée en 6ème de 1994 à 1998.

ANNÉES

INSCRITS

ADMIS

%

RECALÉS

%

1994 25 259 6 005 23,77 19 254 76,23
1995 24 944 7 257 29,09 17 687 70,91
1996 26 216 8 204 31,29 18 012 68,71
1997 29 293 7 781 26,56 21 512 73,43
1998 27 803 9 915 35,66 17 888 64,33

Totaux

133 515 39 169 29,33 94 353 70,66

Ces résultats peuvent s’expliquer par l’insuffisance des capacités d’acceuil dans les premières années du secondaire.

7.2.8.2.2 Résultats Provinciaux.

Année

1989/90

1994/95

1997/98

Provinces

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

ESTUAIRE ND ND ND ND ND ND ND ND ND
LBV COMMUNE ND ND ND ND ND ND ND ND ND
HAUT-OGOOUÉ ND ND ND ND ND ND ND ND ND
MOYEN-OGOOUÉ ND ND ND ND ND ND ND ND ND
NGOUNIÉ ND ND ND ND ND ND ND ND ND
NYANGA ND ND ND ND ND ND ND ND ND
OGOOUÉ-IVINDO ND ND ND ND ND ND ND ND ND
OGOOUÉ-LOLO ND ND ND ND ND ND ND ND ND
OGOOUÉ-MARITIME ND ND ND ND ND ND ND ND ND
WOLEU-NTEM ND ND ND ND ND ND ND ND ND

TOTAL NATIONAL

ND ND ND ND ND ND ND ND ND

Taux d’analphabétisme des 15 – 24 ans.


Page précédent Page suivant