L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Gabon
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



7.3 Éducation formelle.

7.3.1 Alphabétisation des adultes.

Objectif: Selon l’UNESCO, le taux d’alphabétisation permet d’évaluer le nombre de personnes d’une tranche d’âge qui peuvent à la fois lire et écrire et comprendre un texte simple et court relatif à leur vie quotidienne. Le taux d’alphabétisme de la tranche d’âge 15 à 24 ans revêt une signification spéciale dans la mesure où il traduit les résultats récents du processus d’éducation de base.

Le gouvernement gabonais, a mis en place une politique et un programme d’alphabétisation avec le concours des et des partenaires (l’UNESCO, l’UNICEF, la WWF.). L’objectif visé est de faire acquérir aux gabonais les notions et l’apprentissage de l’hygiène, de la gestion des activités, de civisme etc…

Indicateur Taux d'alphabétisme 15-24 ans (1) Taux d'alphabétisme 15 et + (2) Indice de parité
Provinces MF M F MF M F (1) (2)
ESTUAIRE + LBV ND ND ND 83,10 86,30 79,70 ND ND
HAUT-OGOOUÉ ND ND ND 65,50 72,10 59,90 ND ND
MOYEN OGOOUÉ ND ND ND 65,40 75,20 56,30 ND ND
NGOUNIÉ ND ND ND 51,00 61,30 42,90 ND ND
NYANGA ND ND ND 52,80 65,10 43,60 ND ND
OGOOUÉ IVINDO ND ND ND 61,70 70,60 53,70 ND ND
OGOOUÉ LOLO ND ND ND 50,90 59,60 43,40 ND ND
OGOOUÉ MARITIME ND ND ND 80,40 86,50 74,10 ND ND
WOLEU-NTEM ND ND ND 63,50 79,90 52,10 ND ND
Total national 93,30 94,40 92,10 72,40 79,40 65,70 0,9 0,8

PROGRAMME D’ALPHABÉTISATION TRADITIONNELLE

ANNÉE INSCRIPTIONS AYANT REçU ATTESTATION DE FIN DE CYCLE AYANT OBTENU CEPE
  MF M F MF M F MF M F
1990 172 26 146 36 4 32 14 3 11
1991 147 25 122 52 11 41 17 4 13
1992 144 26 118 33 8 25 22 2 20
1993 159 32 127 47 12 35 19 6 13
1994 180 36 144 29 3 26 26 7 19
1995 219 44 175 22 1 21 7 0 7
1996 277 40 237 36 13 23 12 1 11
1997 295 47 248 28 4 24 22 5 17
1998 417 93 324 54 18 36 17 2 15
1999 547 100 447 46 7 39 24 6 18
TOTAL 2557 469 2088 383 81 302 180 36 144

L'analphabétisme a augmenté au cours de ces dernières années; la crise économique en cours au GABON et l'importance des abandons scolaires en seraient les principales causes. Le Recensement Général de la population et de l’habitat de 1993 a permis de bien cerner l’ampleur de l’analphabétisme au GABON. En effet ce recensement a dénombré 166 538 analphabètes âgés de 15 ans et plus, soit 28% de la population totale.

Les programmes initiés n'ont atteint que partiellement les objectifs visés, pour plusieurs raisons dont la principale est la langue d'enseignement.

Ce tableau nous montre par ailleurs que les femmes sont les plus intéressées par les programmes d'alphabétisation (bien qu'elles soient les plus touchées). Elles sont plus nombreuses à s'inscrire, plus persévérantes. D'importants efforts ont été faits par les pouvoirs publics pour éradiquer l'analphabétisme et répondre aux besoins éducatifs fondamentaux des populations.Cependant, dans une récente étude de la Banque Mondiale, un problème avait été soulevé par celle-ci à savoir,<l’alphabétisation durable>. Les enfants qui sortent précocement de l’école sont susceptibles de perdre les connaissances qu’ils ont pu acquérir et de devenir analphabètes.

NOMBRE D’ANALPHABÈTES PAR GROUPE D’ÂGE ET PAR SEXE

GROUPES ÂGES

MF

M

%

F

%

15-19 ans

5555

2060

37.08

3495

62.92

20-24 ans

7446

3099

41.62

4347

58.38

25-29 ans

9493

4504

47.45

4989

52.55

30-34 ans

9470

4562

48.17

4908

51.83

35-39 ans

8937

3839

42.96

5098

57.04

40-44 ans

8490

3936

46.36

6554

77.20

45-49 ans

13726

4038

29.42

9688

70.58

50-54 ans

18048

5395

29.89

13653

75.65

55-59 ans

21021

6818

32.43

14203

67.57

60-64 ans

20098

7152

35.59

12946

64.41

65 ans et +

20098

16484

82.02

25770

128.22

Total

166538

61887

37.16

104651

62.84

7.3.2 Formation à des compétences de bases essentielles (indicateurs à définir par chaque pays).

Objectif :

Elle vise à inculquer les connaissances, les compétences et les attitudes don’t les adolescents et les adultes ont besoin dans leur vie quotidienne et dans leur travail, ainsi que pour améliorer leur qualité de vie.

La formation a des compétences de base essentielles ne relève pas d’un seul département. Outre le Ministère de la formation professionnelle, la municipalité, les institutions religieuses et les privés laïcs gèrent des structures de formation des femmes, des jeunes filles et des jeunes gens. L Ministère de l’agriculture organise depuis quelques années des séminaires de formation sur les différentes cultures et sur l’élevage.

Le secteur informel est très bien implanté.

Effectifs scolaires dans l’enseignement technique et professionnel selon le statut et la province.

Provinces

Établissements publics

%

Établissements privés

%

Total

%

Estuaire

2388 38.77 3771 61,23 6159 100

Autres provinces

391 34,54 741 65,46 1132 100

Total

2779 38,12 4512 61,88 7291 100

Source : Ministère de la formation professionnelle

Ce tableau présente la ventilation des effectifs scolarisés dans les établissements techniques et professionnels selon le statut. Le fait marquant est la place occupée par le privé dans le système de formation à des compétences de base.

Effectifs scolaires selon le groupe de filières et statut

  Ets publics % Ets privés % Total
Agriculture forêts 220 100 0 0 220
Bâtiments et T.P. 179 51.0 172 49.0 351
Métallurgie construction métallique 431 44.85 530 55.15 961
Administration 1009 48.16 1086 51.84 2095
Informatique 205 61.38 129 38.62 334
Électronique 0 0 8 100 8
Enseignement 45 4.93 867 95.07 912
Santé et part médical 153 11.93 1129 88.07 1282
Finance petit commerce 328 56.07 1257 43.93 585
Services particuliers 0 0 290 100 290
Arts 94 95,92 4 4,08 98
Indéterminés 115 74.19 40 25.81 155

Total

2779 38.12 4512 61.88 7291

Représentation de l’enseignement technique et professionnel selon le niveau de recrutement dans les filières de formation

Niveaux Ets publics % Ets privés % Total
Indéterminés 4 6.67 9 10.47 13
Sans niveau 5 8,33 10 11.63 15
Primaire 1 1.67 5 5.81 6
1er cycle secondaire 25 41,67 49 56,98 74
2nd cycle secondaire 5 8,33 13 15.12 18
1er cycle supérieur 16 26,67   0 16
2nd cycle supérieur 4 6,67   0 4
Total 60 100 86 100 146

Ce tableau nous montre qu’il ya peu de formation offerte aux élèves ayant arrêté leur scolarité au niveau primaire.

7.3.3 Éducation pour une vie meilleure (indicateurs à définir par chaque pays)

Objectif : Acquisition accrue par les individus et les familles, grâce aux concours de tous les canaux d’éducation, y compris les médias, les autres formes de communication modernes et traditionnelles et l’action sociale, des connaissances, des compétences et valeurs nécessaires à une vie meilleure et un développement rationnel et durable, l’efficacité de ces interventions étant appréciée en fonction de la modification des comportements.

En tenant compte de l’objectif de l’EPT sur l’éducation pour une vie meilleur, le Ministère de la santé et de la population par le biais des centres de santé maternelle et infantile, organise fréquement des séances d’apprentissage et des entretiens sur la nutrition, l’hygiène etc.Des équipes passent dans les établissements tous niveaux confondus pour la sensibilisation sur les MST et le VIH sida. Des jounées ville propre sont souvent organisées, les spots publicitaires sur les méfaits de l’alcool sont diffusés à la télévision. Des émissions éducatives en langues locales passent à la radio.

8. efficacité de la stratégie, du plan et des programmes EPT

Dès 1961, le gouvernement de la jeune République gabonaise, met en place, un plan de scolarisation à 100%. Cette politique sera renforcée par les dispositions de la loi 16/66 du 9 août 1966 portant organisation générale de l’enseignement dans la République gabonaise. Laquelle s’inscrivait déjà dans l’optique de l’éducation pour tous, préconisée par la conférence de Jomtien en mars 1990.

C’est dans ce contexte qu’il n’est pas apparu opportun à notre pays jusqu’en 1996 de mettre en place une structure spécifique destinée à prendre en charge les objectifs de la conférence de Jomtien.

Depuis cette date, des programmes et des stratégies ont été élaborés pour améliorer le système éducatif. Ces programmes portent sur la lutte contre les échecs scolaires, la prise en compte de la jeune fille en milieu scolaire, la formation du personnel enseignant du premier degré et l’évaluation des acquis au CP2. Ceux-ci ont permis, par certains de leurs aspects, de faire baisser les taux de déperdition dans le primaire, de sensibiliser les jeunes filles sur les problèmes de grossesses précoces, d’accroître la capacité d’accueil dans le premier degré et d’évaluer les acquis.

Cependant, au regard des investissements réalisés, force est de constater que les résultats atteints demeurent encore insuffisants.

9 Problèmes majeurs rencontrés et prévus.

Le manque de rigueur dans la planification des objectifs scolaires a entraîné la non-maîtrise de la carte scolaire qui devrait prendre en compte l’évolution de la demande d’éducation. C’est ce problème qui risque de persister à la longue.

10 Prise de conscience collective, volonté politique et capacités nationales.

Le Conseil des ministres a procédé à un examen rigoureux du fonctionnement de notre système éducatif, eu égard à son inefficience unanimement admise.

Le Conseil des ministres a tenu à saluer l’attention prioritaire que le Président de la République a toujours accordée au secteur de l’Éducation plaçant ainsi le Gabon au premier rang des pays africains consacrant le plus de moyens humains, matériels et financiers à l’éducation de la jeunesse.

Eu égard à l’importance de l’éducation dans la réduction des inégalités et la fracture sociale, le Conseil des ministres a adopté un plan d’urgence sur l’Éducation nationale s’articulant autour des grands axes suivants;

1. Le renforcement de l’éducation de base

Sur présentation du ministre de l’Éducation nationale, porte-parole du gouvernement, le Conseil des ministres a adopté un Projet triennal de renforcement de l’Éducation de base portant sur le développement de l’enseignement primaire.

Cette démarche se fonde sur des études montrant que l’expérience accumulée par les enfants durant les premières années de leur existence, joue un rôle important dans le succès de leur scolarité.

Le programme triennal de développement de l’enseignement pré-primaire qui sera initié dès la prochaine rentrée scolaire (1999-2000) a pour objectifs de :

Dans un souci d’efficacité et de cohérence du système éducatif; le Conseil des ministres a décidé de transférer le secteur préscolaire existant au ministère de l’Éducation nationale.

2. La réorganisation pédagogique et administrative des établissements scolaires

Sur présentation du ministre de l’Éducation nationale; le Conseil des ministres a adopté un programme triennal de réorganisation pédagogique et administrative des établissements scolaires de notre pays à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Cette démarche qui se caractérise par une utilisation optimale des moyens humains, matériels et financiers du secteur de l’Éducation, vise principalement l’augmentation des capacités d’accueil et l’amélioration des performances de notre système éducatif.

3. Création d’une caisse de soutien et d’un guichet unique au profit des enseignants nouvellement recrutés.

Dans le double souci de réduire les dépenses de l’État en matière d’hébergement et d’amélioration de l’efficacité du système éducatif grâce à un meilleur rendement des enseignants mis dans les conditions leur permettant de faire face aux nécessités de premier ordre dès leur prise de fonction, le Conseil des ministres a décidé la création d’une caisse de soutien et d’un guichet unique destiné à améliorer les procédures d’intégration des enseignants nouvellement recrutés.

Le président de la République a demandé au ministre de l’Éducation nationale de vulgariser urgemment les importantes réformes à engager en y associant les syndicats, les parents et les mutuelles d’élèves, les partenaires de développement et les organisations internationales spécialisées.


Page précédent Page suivant