L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Mali
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



DEUXIEME PARTIE

VII – PROGRESSION VERS LES BUTS ET LES OBJECTIFS

7.1 – Protection et éveil de la petite enfance

7.1-1 Taux brut d’inscription aux programmes d’éveil de la petite enfance (institution d’éducation

préscolaires).

Etec 20 322

Ger tec = ----------------X 100= --------------------------X 100 = 1,53%

PT3-6ans 1 320 826

7.1-2 Pourcentage des nouveaux élèves de première année de l’enseignement primaire ayant suivi un type quelconque de programme organisé d’éveil de la petite enfance.

Il n’existe pas de statistiques fiables à ce niveau à cause d’un manque de cohérence entre les données de la DNEPS et celles de la DNEF. De même, les informations obtenues auprès des Inspections d’Enseignement Fondamental sont généralement incomplètes. Toutefois, la majorité des enfants ayant suivi les programmes d’éveil de la petite enfance ont accès à l’enseignement primaire. En effet, le séjour dans les structures d’éducation préscolaire amenuise non seulement la crise psycho-sociale mais aussi stimule positivement l’enfant sur un plan psycho-intellectuel.

Par ailleurs il est bon de souligner que les données statistiques fournies sur la protection et l’éveil de la petite enfance ne prennent pas en compte :

7.1-3 Evolution des effectifs d’enfants préscolarisés :

- année scolaire 93/94 -10000

7.1-4 Evolution du taux d’inscription :

- année scolaire 97/98 - 1 ,74%

Tableau n°1 : Population d’enfants préscolarisables (année 1996)

Enfants

Régions

 

3 – 6 ANS

 

POURCENTAGE

Kayes

178 133

13, 49%

Koulikoro

215 714

16, 33%

Sikasso

232 991

17,64%

Ségou

226 804

17,17%

Mopti

216 453

16,39%

Tombouctou

84 575

6,40%

Gao/Kidal

70 317

5,32%

Bamako

95 839

7,26%

Mali

1 320 826

100%

On remarque que les régions de Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti renferment les taux d’enfants préscolarisables les plus élevés. La région de Gao détient le taux le plus faible

Tableau n°2 : Effectifs d’enfants préscolarisés et taux brut de préscolarisation par région (Année 1996)

Enfants

Régions

Nombre d’Enfants d’Age Préscolaire

(3 – 6 ANS)

Effectifs d’Enfants Préscolarisés

Taux de préscolarisation en pour cent

Kayes

178 133

1 185

0,66

Koulikoro

215 714

2 426

1,12

Sikasso

232 991

3 440

1,47

Ségou

226 804

2 710

1,19

Mopti

216 453

845

0,39

Tombouctou

84 575

427

0,50

Gao/Kidal

70 317

577

0,82

Total Régions

1 224 987

11 610

0,94

Bamako District

95 839

8 712

9,09

MALI

1 320 826

20 322

1,53

D’une manière générale, le taux de préscolarisation au Mali est très faible. Il n’est que de l’ordre de 1,53%. De grands écarts subsistent également entre Bamako (9,09%) et les autres régions.

Tableau n°3 : Répartition par sexe et par région des effectifs d’enfants préscolarisés

Enfants Préscolarisés

Régions

Masculin

Féminin

TOTAL

Kayes

5,77%

599

5,99%

586

5,83%

1 185

Koulikoro

12,06%

1 252

11,80%

1 174

12,06%

2 426

Sikasso

16,95%

1 760

16,89%

1 680

16,92%

3 440

Ségou

13,77%

1 430

12,87%

1 280

13,33%

2 710

Mopti

3,96%

411

4,36%

434

4,15%

845

Tombouctou

2,03%

211

2,17%

216

2,10%

427

Gao/Kidal

2,91%

302

2,76%

275

2,83%

577

Total Régions

57,47%

5 965

56,76%

5 645

57,13%

11 610

Bamako District

42,52%

4 413

43,23%

4 299

42,86%

8 712

TOTAL MALI

99,99%

10 378

99,99%

9 944

99,99%

20 322

Sur le plan de la répartition des effectifs, on enregistre pas de disparités liées au sexe dans les taux de préscolarisation.

Tableau N°4 : Répartition des effectifs par sexe et par Région

Régions

SITUATION 1994/95

SITUATION 1995/96

 

Garçons

Filles

Total

Taux de Préscola-

risation (%)

Garçons

Filles

Total

Taux dePréscola-

risation (%)

Kayes

631

592

1 223

0,7

681

639

1 320

0,7

Koulikoro

892

857

1 749

0,7

962

225

1 887

0,8

Sikasso

355

1 203

2 561

1,1

1 462

1493

2 760

1,1

Ségou

1 991

984

2 075

0,9

1 177

1 061

2 238

0,9

Mopti

300

261

561

0,3

324

262

606

0,3

Tombouctou

216

228

444

0,5

233

246

479

0,5

Gao/Kidal

156

132

288

0,95

168

142

310

0,4

Bamako

3 657

3 353

7 010

7,6

3 946

3 617

7 563

7,9

TOTAL

8 298

7 610

15 908

1,25

8 954

8 211

17 165

1,53

Tableau n°5 : Ratio enfants/éducateur par région

Régions

Nombre d’enfants préscolarisés

Nombre d’Educateurs préscolaires

Ratio enfants/Educateur

Kayes

1 185

14

85

Koulikoro

2 426

37

66

Sikasso

3 440

64

54

Ségou

2 710

35

77

Mopti

845

13

65

Tombouctou

427

11

39

Gao/Kidal

577

22

26

TOTAL REGIONS

11 610

196

59

Bamako District

8 712

273

32

TOTAL MALI

20 322

469

43

A l’exception du District de Bamako et des régions du Nord du pays, le ratio maître/élève est partout élevé en République du Mali.

Tableau n°6 : Distribution des Institutions préscolaires à travers le pays

Institutions Préscolaires

Régions

Nombre & Pourcentage

Kayes

4,12

8

Koulikoro

10,82

21

Sikasso

19,58

38

Ségou

18,04%

35

Mopti

4,12%

8

Tombouctou

3,60%

7

Gao/Kidal

5,67%

11

TOTAL REGIONS

65,,97%

128

Bamako

66 34,02%

TOTAL MALI

194 100%

On note une insuffisance d’infrastructures dans le domaine de l’enseignement préscolaire. Par ailleurs, Bamako renferme à elle seule 34,02% de ces institutions.

7.2 – Enseignement Primaire

Taux apparent (brut) des admissions : nouveaux élèves de la première année de l’enseignement primaire en pourcentage de la population ayant l’âge officiel d’admission dans cet enseignement

Evolution du taux brut des admissions

Nouveaux Inscrits Population de 7 ans Taux brut d'inscription
Années Garçons Filles Total Garçons Filles Total Garçons Filles Total
1991/92

51147

29378

80525

131284

130722

262006

39,0%

22,5%

30,7%

1992/93

63088

43505

106593

135037

134519

269556

46,7%

32,3%

39,5%

1993/94

60333

44020

104353

140346

139921

280267

43,0%

31,5%

37,2%

1994/95

61819

46781

108600

145151

147208

292359

42,6%

31,8%

37,1%

1995/96

72624

51643

124267

149858

153703

303561

48,5%

33,6%

40,9%

1996/97

92782

65193

157975

153445

158579

312024

60,5%

41,1%

50,6%

1997/98

94500

70326

164826

156557

162162

318716

60,4%

43,4%

51,7%

 

Le taux d’inscription qui mesure la capacité d’accueil des nouveaux enfants dans le système primaire a connu une évolution sensible entre 91/92 et 97/98.

Il est passé de 30,7% en 1991-92 à 51,7% en 1997-98 (voir tableau 1 et le graphique 1). On constate une augmentation du taux brut d’inscription jusqu’en 1992/93. Le taux chute les deux années suivantes. La croissance reprend en 1995/96 pour se stabiliser au même niveau en 1996/97 et 1997/98.

Il existe une inégalité entre le taux brut d’inscription des filles en première année et celui des garçons.

L’augmentation du taux brut d’inscription s’explique par le renforcement des structures d’accueil, la démocratisation de l’éducation, la prolifération des types d’école (écoles publiques, écoles de base communautaires, écoles privées, médersas) et par l’effet des campagnes de sensibilisation sur la scolarisation en général et sur celle des filles en particulier.

Taux net d’admission : nouveaux élèves de première année de l’enseignement primaire ayant l’âge officiel d’admission dans cet enseignement en pourcentage de la population correspondante

Evolution du taux net d’inscription de scolarisation

Nouveaux Inscrits( 7ans) Population de 7 ans Taux net d'inscription
Années Garçons Filles Total Garçons Filles Total Garçons Filles Total
1993/94

30111

21116

51227

140346

139921

280267

21,5%

15,1%

18,3%

1994/95

28118

20060

48178

145151

147208

292359

19,4%

13,6%

16,5%

1995/96

31501

22168

53669

149858

153703

303561

21,0%

14,4%

17,7%

1996/97

36816

26311

63127

153445

158579

312024

24,0%

16,6%

20,2%

1997/98

43452

31482

74934

156557

162162

318719

27,8%

19,4%

23,5%

 

NB : Les données par âge de 1989 à 1992 ne sont pas disponibles.

Le taux net d’admission est en nette progression depuis 1994/95.

Sur 100 enfants qui doivent être inscrits en 1ère année, seuls 23,5 ont la chance d’avoir accès à l’école.

L’augmentation du taux net d’admission est du :

Le taux net d’admission des garçons est supérieur à celui des filles. Cela s’explique par l’utilisation des filles dans les travaux ménagers, les raisons religieuses, la pauvreté, l’éloignement de l’école, etc…

Toutefois, depuis 1994-1995, le taux net d’admission des filles croit. Cette situation est liée à l’effet de la sensibilisation relative à la scolarisation de la jeune fille.

Taux brut de scolarisation

Taux brut de scolarisation par sexe

Effectifs du premier cycle Population de 7-12 ans Taux brut au 1er cycle
Années Garçons Filles Total Garçons Filles Total Garçons Filles Total

1989/90

237844

139528

377372

717087

736955

1454042

33,2%

18,9%

26,0%

1990/91

249372

145962

395334

734075

748899

1482974

34,0%

19,5%

26,7%

1991/92

271424

159212

430636

752394

743893

1496287

36,1%

21,4%

28,8%

1992/93

308527

186054

494581

756324

753460

1509784

40,8%

24,7%

32,8%

1993/94

343454

213630

557084

765305

766008

1531313

44,9%

27,9%

36,4%

1994/95

367297

245172

612469

782477

783512

1565989

46,9%

31,3%

39,1%

1995/96

414268

268895

683163

807828

805560

1613388

51,3%

33,4%

42,3%

1996/97

472561

305889

778450

829769

838321

1668090

57,0%

36,5%

46,7%

1997/98

512344

350530

862874

854844

869901

1724745

59,9%

40,3%

50,0%

Le taux brut de scolarisation a augmenté de façon très sensible au cours de la décennie. De 26% en 1990, il est passé à 50% en 1998.

Le taux brut de scolarisation est beaucoup plus élevé chez les garçons que chez les filles.

L’augmentation du taux brut de scolarisation est liée à :


Page précédent Page suivant