L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Mali
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent



XI - EVALUATION GENERALE DES PROGRES ET DES PERSPECTIVES

Il est vari que le suivi de la déclaration de Jomtien a souffert des efforts négatifs des conditionnalités de certains partenaires techniques et financiers et que certains sous-secteurs de l’éducation de Base, comme l’éducation préscolaire et spéciale ont été négligées par rapport à d’autres. Il est également vrai que les mouvements des syndicats d’enseignants et d’élèves ont quelque fois freiné l’évolution des progrès. Toutefois les actions menées par le Gouvernement et le Ministère de l’Education de Base ont permis au Mali d’atteindre en 1998 un taux de scolarisation de 50% alors que ce taux n’était que de 26% au moment de cette déclaration. Il a presque doublé en l’espace de 8 ans. Ceci traduit l’engagement et la volonté fermes du gouvernement et du peuple malien de sortir de l’analphabétisme et de l’ignorance dans lesquels le pays est longtemps resté plongé. Le Mali est conscient qu’on ne saurait prétendre à aucun développement social, économique, politique et culturel en dehors du développement de l’éducation de base. En effet, l’éducation de base constitue la condition sine qua non de tout développement durable.

Pour consolider les acquis de la mise en œuvre de la déclaration de Jomtien et d’entrer dans le 3ème millénaire qui sera de plus en plus marqué par la compétition sur le marché mondial tant sur le plan des ressources économiques que humaines que le gouvernement du Mali a élaboré un programme décennal de développement de l’éducation (PRODEC 1998/2008) dont les axes prioritaires s’articulent autour de 11 points suivants :

  1. une éducation de base de qualité pour tous ;
  2. un enseignement professionnel adapté aux besoins de l’économie ;
  3. un enseignement secondaire général technique rénové et performant ;
  4. un enseignement supérieur de qualité adapté aux besoins prioritaires et aux coûts maîtrisés ;
  5. une utilisation des langues maternelles dans l’enseignement formel concomitamment avec le français ;
  6. une politique du livre et du matériel didactique opérationnelle ;
  7. une politique soutenue de formation des enseignants ;
  8. un partenariat véritable autour de l’école ;
  9. une restructuration et un ajustement institutionnel nécessaires à la refondation du système éducatif ;
  10. une politique de communication centrée sur le dialogue et la concertation avec tous les partenaires ;
  11. et une politique de financement soutenue, ré-équilibrée, rationnelle et s’inscrivant dans la décentralisation.

La mise en œuvre du PRODEC permettra au Mali d’atteindre un taux de scolarisation d’au moins 75% (70% pour les filles) et d’alphabétisation de 60% (40% pour les femmes) et de préscolarisation de 10% à l’horizon 2010.

                                                                                                                                    FIN


Page précédent