L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Niger
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



6.2.3 Taux brut de scolarisation (TBS) :

Le TBS se définit comme le total des inscriptions dans l’enseignement primaire, sans distinction d’âge, exprimé en pourcentage de la population officiellement scolarisable à l’école primaire pour une année scolaire donnée (indicateur 5).

6.2.3.1 Evolution des effectifs totaux d’élèves et de la population scolarisable

Tableau N° : Evolution de la population scolarisable

 

89/90

90/91

91/92

92/93

93/94

94/95

95/96

96/97

97/98

98/99

MF

1 324 802 1 334 294 1 367 632 1 397 993 1 410 628 1 462 086 1 491 346 1 540 810 1 588 218 1 643 824

M

665 143

670 014

697 092

713 638

729 540

747 916

746 724

742 181

791 261

825 516

F

659 659

664 280

670 540

684 355

681 088

714 170

744 622

798 629 796 957

818 308

La population Nigérienne se caractérise par par son extrême jeunesse (16 ans d’âge médian de la population) et un fort taux d’accroissement (3,2 % par an). Aussi, il n’est point étonnant que l’accroissement de la population scolarisable au primaire soit un des facteurs qui militent contre la participation effective en éducation du pays. Cette tranche d’âges (7-12 ans) est passée de 1.324.802 à 1.643.824 en dix ans, soit une progression annuelle moyenne de 2,18 %.

Tableau N° : Evolution des effectifs totaux d’élèves du primaire par sexe

 

89/90

90/91

91/92

92/93

93/94

94/95

95/96

96/97

97/98

98/99

MF

344848

368732

370117

389252

410929

426929

440622

464267

482065

529806

M

220435

235480

234594

245228

264414

266955

275316

287131

295577

322247

F

124413

133252

135523

144024

146515

159974

165306

177136

186488

207559

Au cours de la décennie 90 les effectifs d’élèves du primaire ont certes connu un accroissement positif (4,6 %) mais toujours en deçà de l’objectif de 6 % escompté. Cette contre performance pourrait s’expliquer par le poids démographique important de la population scolarisable (16 % de la population totale du pays au dernier recensement général de la population de 1988) et le manque de stratégies clairement définies et/ou non adaptées au contexte actuel du pays.

La disparité entre filles et garçons en matière de scolarisation ne doit pas éluder les performances aujourd’hui atteintes en matière de scolarisation de la jeune fille. En effet, les effectifs filles ont connu un accroissement substantiel au cours de cette période (5,7 % par an). C’est dire que les activités entreprises par la Cellule technique pour la promotion de la scolarisation de la fille et de celles des institutions telles l’Unicef, Aide et Action, etc. ont porté leurs fruits.

6.2.3.3 Mise en évidence des disparités régionales

Tableau N° : Evolution des effectifs d’élèves par région et par sexe

Année

1990/91 1998/99

?/an

?/an

?/an

Région

Effectifs MF

Effectifs F

% F

Effectifs MF

Effectifs F

% F

Effectifs MF

M

F

Agadez

17281

6 901

39,9%

28161

11985

42,6%

6,3%

5,7%

7,1%

Diffa

8961

3 674

41,0%

11561

5121

44,3%

3,2%

2,5%

4,2%

Dosso

47442

14 993

31,6%

75389

27066

35,9%

6,0%

5,1%

7,7%

Maradi

56275

14 844

26,4%

85803

28499

33,2%

5,4%

4,1%

8,5%

Niamey

65245

32 228

49,4%

96070

47031

49,0%

5,0%

5,1%

4,8%

Tahoua

54565

15 553

28,5%

83748

26261

31,4%

5,5%

5,0%

6,8%

Tillabéri

62807

25 317

40,3%

77392

33985

43,9%

2,6%

1,8%

3,7%

Zinder

56156

19 742

35,2%

71682

27611

38,5%

3,1%

2,4%

4,3%

Total national

368732

133252

36,1%

529806

207559

39,2%

4,6%

4,0%

5,7%

Zone urbaine

227464

104782

46,1%

Zone rurale

302342

102777

34,0%

 

Tableau N° : Evolution des effectifs d’élèves par région et par statut de l’établissement

Année

1990/91

1998/99

?/an

?/an

?/an

Région

Effectifs Pu + Pr

% Privé

Effectifs Pu + Pr

% Privé

Pu + Pr

Public

Privé

Agadez

17 281

2,4%

28 161

4,6%

6,3%

6,0%

15,0%

Diffa

8 961

0,0%

11 561

0,0%

3,2%

3,2%

Dosso

47 442

0,5%

75 389

1,5%

6,0%

5,8%

20,4%

Maradi

56 275

1,3%

85 803

1,4%

5,4%

5,4%

6,7%

Niamey

65 245

12,5%

96 070

15,1%

5,0%

4,6%

7,4%

Tahoua

54 565

0,5%

83 748

0,6%

5,5%

5,5%

8,1%

Tillabéri

62 807

0,1%

77 392

1,1%

2,6%

2,5%

48,0%

Zinder

56 156

0,6%

71 682

2,0%

3,1%

2,9%

19,7%

Total National

368 732

2,8%

529 806

4,0%

4,6%

4,5%

9,4%

Zone urbaine

227 464

8,7%

Zone rurale

302 342

0,4%

L’examen des tableaux et graphiques ci-dessus révèle des disparités entre régions d’une part, et entre secteurs d’autre part.

L’enseignement primaire privé reste encore peu développé au Niger (4 % des effectifs d’élèves). Cependant il a connu une progression plus significative au cours de la décennie. En effet, les effectifs d’élèves de ce secteur sont passés de 10.252 en 1990/91 à 20.995 en 1998/99, soit une progression annuelle moyenne de 9,4 %. Ce enseignement demeure encore un phénomène urbain (le milieu urbain représente à lui seul 93,8 % des effectifs d’élèves en 1998/99). On constate par ailleurs qu’à Niamey, le privé représente plus de 15 % des effectifs totaux tandis que dans les autres régions, excepté Agadez (4,6 %), cette proportion varie de 1,1 % à 2 %.

Tableau N° : Comparaison des taux annuels moyens de croissance des effectifs scolaires et de la population scolarisable (1990/91 à 1998/99)

D 1979/80-1989/90

D 1990/91-1998/99

Population 7-12 ans

Effectifs élèves

Population 7-12 ans

Effectifs élèves

MF

1,72%

5,09%

2,64%

4,63%

M

1,74%

5,00%

2,64%

4,00%

F

1,71%

5,25%

2,64%

5,70%

L’examen du tableau comparatif des performances enregistrées entre les deux décennies montre que la décennie 80/90 a été plus performante en matière de participation que la décennie 90/99 (5,09 % d’accroissement des effectifs d’élèves contre 4,63 %).

En outre, alors qu’on assiste à une augmentation substantielle de la population scolarisable, le taux d’accroissement des effectifs d’élèves quant à lui a chuté. Cette contre performance en matière de participation vient témoigner une fois de plus le faible développement de la scolarisation primaire.

Ainsi, si on voudrait atteindre la scolarisation universelle en dix (10) ans, il faudrait alors que le taux de progression des effectifs scolaires soit de 15% en moyenne par an pendant que celui de la population scolarisable se maintient à 3,04%.

C’est fort de ce constat, qu’à partir de 1997/1998, le Ministère de l’Education Nationale s’est engagé dans la mise en œuvre d’un plan ambitieux de développement accéléré de la scolarisation ; l’objectif étant de réussir le défi de la scolarisation universelle dans un avenir proche.

En effet, depuis une dizaine d’années, et ce malgré les multiples réflexions menées pour promouvoir la scolarisation primaire, le taux brut de scolarisation, qui demeure à un niveau dramatiquement bas, n’a progressé en moyenne par an que de 0,52 points.

Tableau N° : Evolution de la population d’âge scolaire non scolarisée selon le sexe

 

89/90

90/91

91/92

92/93

93/94

94/95

95/96

96/97

97/98

98/99

MF

979 954

965 562

997 515

1 008 741

999 699

1 035 157 1 050 724 1 076 543 1 106 153 1 114 018

M

444 708

434 534

462 498

468 410

465 126

480 961

471 408

455 050

495 684

503 269

F

535 246

531 028

535 017

540 331

534 573

554 196

579 316

621 493

610 469

610 749


Page précédent Page suivant