L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Niger
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent



TROISIEME PARTIE :PERSPECTIVES

I Evolution du cadre juridique et institutionnel

Le système éducatif du Niger est régi par un cadre juridique et institutionnel qui a connu d’importantes mutations à travers l’évolution historique et politique du pays.(cf. Halilou Abdoulaye, Thèse de droit, op. cit.)

I. Cadre juridique

Le cadre juridique dans lequel évolue le système éducatif nigérien est constitué par les sources fondamentales du droit international et le dispositif légal des normes juridiques nationales.

Malgré les difficultés financières et le lourd handicap de la morosité économique, le Niger, qui a signé des accords et conventions internationaux en matière d’éducation, s’applique à leur mise en œuvre effective. Les principales règles du droit international constituent le cadre à la défense et à l’exercice des droits et libertés fondamentales.

L’évolution du droit interne nigérien consacre l’émergence de principes dégagés de la législation, de la pratiques et des résolutions issues de fora internationaux.

Les défuntes constitutions et les lois nigériennes érigent l’éducation en droit. L’évolution démocratique depuis la Conférence Nationale favorise la mise en place de cadre favorable à l’exercice effectif du droit à l’éducation et à l’émergence d’une gestion décentralisée et partenariale de l’éducation.

La loi n°98-12 du 1er juin 1998 est une donnée nouvelle dans le champ normatif nigérien. C’est une loi originale qui constitue une avancée et un programme véritable qui crée des droits effectifs et en garantit leur jouissance. Elle vise la suppression de toutes les discriminations et affirme le droit à l’éducation qui exige que soient mises en œuvre des pratiques garantissant à un plus grand nombre de filles et de femmes l’accès à la formation et à la certification pour qu’elles participent pleinement au développement du pays.

L’actuel cadre juridique qui sous-tend la politique éducative actuelle du pays en matière d’éducation est une énorme chance pour le développement du secteur. Ce cadre juridique est constitué d’éléments suivants :

Les dispositions du programme de relance économique (volet éducation)

Dans ce programme de relance économique, la mission générale assignée au Ministère de l’Education Nationale est la suivante :

Les contenus de la Loi d’Orientation du Système Educatif Nigérien

1. Dispositions générales

2. Finalités

3. Objectifs

Le système éducatif a pour objectifs de :

La Nouvelle Structure du système éducatif nigérien

    1. Education formelle

Tel que le prévoit la nouvelle loi d’orientation du système éducatif nigérien, l’éducation formelle comprend :

L’enseignement de base est garantie à tous et comprend le préscolaire,

le cycle de base I et le cycle de base II.

Le préscolaire concerne les enfants âgés de 3 à 5 ans.

Le cycle de Base I accueille les enfants âgés de six (6) à sept (7) ans. La durée normale de la scolarité est de six ans.

Le cycle de base II accueille les enfants âgés de 11 à 13 ans. Sa durée normale est de quatre (4) ans.

L’enseignement moyen constitue le deuxième degré d’enseignement. Il est composé d’une filière enseignement général et d’une filière enseignement technique et professionnel.

L’enseignement supérieur est le troisième degré d’enseignement. Il comprend l’ensemble des formations du post moyen.

    1. Education non formelle

Elle est assurée dans :

Les formations doivent répondre aux finalités de l’éducation de base.

    1. Education informelle

L’éducation informelle est le processus par lequel une personne acquiert durant sa vie des connaissances, des aptitudes et des attitudes par l’expérience quotidienne et les relations avec le milieu.

Elle a pour principaux canaux :

    1. Education spécialisée

L’éducation spécialisée a pour mission l’éducation ou la rééducation et la formation des citoyens handicapés physiques ou mentaux, afin de faciliter leur insertion ou réinsertion sociale. Elle est assurée par les établissements pour handicapés physiques ou mentaux et les centres de rééducation des jeunes délinquants.

Dispositions nouvelles

5. Calendriers scolaire et universitaire

L’année scolaire comporte trente six semaines reparties en trois périodes de travail de durées comparables, entrecoupées par deux périodes de vacances. L’universitaire comporte vingt cinq semaines reparties en trois périodes entrecoupées par deux périodes de vacances.

6. Vie scolaire et universitaire

les établissements scolaires et universitaires peuvent organiser des contacts et des échanges entre eux et avec leur environnement économique, culturel et social.

Il est institue des coopératives scolaires dans tous les établissements.

7. Financement et gestion de l’éducation

Le financement de l’enseignement et de la formation dans les établissements publics est assure par l’Etat, les collectivités, les familles et toutes autres personnes physiques ou morales.

La répartition des charges est la suivante :

8. Structures consultatives en matière d’éducation

Trois niveaux de consultation, de concertation et de prise de décision en matière d’orientation et de gestion du système éducatif sont proposés dans le cadre de la nouvelle politique éducative nigérienne. Il s’agit de :

La composition et les modalités de fonctionnement de ces structures sont définis par voie réglementaire.

Ce contexte juridique n'existait pas et le plan d'action1990/2000 n'avait pas de cadre légal sur lequel l'exécution pouvait s'effectuer. Cette situation explique en partie les insuffisances dans l'exécution de ce plan et dans les performances enregistrées.

II. Cadre institutionnel

Plusieurs mesures institutionnelles complètent et confortent ou complètent le cadre légal et constituent un support considérable dans le développement future de l'Education pour tous au Niger.

1. La création d'une cellule technique à la Promotion de la scolarisation des filles au Niger.

Cette cellule a pour objectifs de :

2. L'institutionnalisation d'une réunion annuelle de préparation de la rentrée scolaire

Cette mesure a pour objectifs de :

3. Institutionnalisation d'une campagne annuelle de sensibilisation et d'information en vue de développer une synergie partenariale pour un développement accéléré de la scolarisation.

Les objectifs de cette mesure sont :

Perspectives pour l’avenir : pérenniser cette initiative pour qu’elle se renouvelle tous les ans et établir des relais régionaux et locaux pour une meilleure implication des populations locales.

4. La mise en place de mécanismes pour l'amélioration de la qualité de l'Enseignement.

Il s'agit entre autres de :

Aussi ces mesures viennent-elles capitaliser les expériences en matière de gestion des problèmes de l’éducation et vont ouvrir de nouvelles perspectives dans l’amélioration des conditions d’enseignement et d’apprentissage.

II. Stratégies Nouvelles :

2-1. Eveil de la petite enfance et Enseignement primaire

Pour assurer les conditions devant conduire au nécessaire développement de ce niveau d'éducation, des mesures nouvelles sont envisagées notamment dans le cadre de la coopération multilatérale ou dans le cadre des expériences et initiatives éducatives locales

Ainsi plusieurs programmes de coopération multilatérales en matière d’initiatives et d’expériences éducatives sont entrain d'être exécutés.

Ces mesures consistent en:

Dans le cadre de cette coopération, et pour soutenir les domaines de l'éveil de la petite enfance, de l'enseignement primaire et de l’alphabétisation des adultes seront développés à travers des plans ou programmes suivants :

PLAN DE DEVELOPPEMENT DE LA SCOLARISATION

Constatant la très faible progression du Taux Brut de Scolarisation primaire et vu l’énorme défi à relever pour assurer à tous les enfants en âge d’aller à l’école une éducation de qualité le Niger a élaboré un plan de développement de la scolarisation, en application des orientations données par la nouvelle loi d’orientation du système éducatif.

La mise en œuvre de ce plan permettra d’atteindre les objectifs suivants :

  1. Atteindre des taux bruts de scolarisation de 35% en octobre 2000 ; 36,74% en 2001 ; 45% en 2005 et 60% en 2010.
  2. Améliorer la qualité de l’enseignement de base par des actions de formation, de dotation en matériels didactiques, d’accroissement de l’efficacité dans la gestion des écoles, etc.
  3. Assurer de meilleures conditions de travail aux élèves et aux enseignants.

Les stratégies globales consistent à :

    1. Accroître et rénover les structures et infrastructures d’accueil des élèves .
    2. Utiliser rationnellement les capacités d’accueil des élèves.
    3. Ouvrir un partenariat pour une plus grande mobilisation des ressources en faveur de l’éducation.
    4. Assurer une formation continue aux enseignants dans les ENI et les CAPED.
    5. Ravitailler régulièrement les cantines scolaires en vivre.

Les besoins induits projetés se traduiraient par :

    1. La construction de :
  1. Le recrutement de :
  1. La mobilisation de ressources financières pour couvrir tous les besoins induits (matériels didactiques, constructions de classes, recrutement d’enseignants, entretien des élèves) jusqu’à hauteur de :

Ce plan, lorsqu’il sera mis en œuvre, produira des effets bénéfiques tels que les filles représenteront :

40% des élèves en l’an 2000.

Plan décennal de l'éducation (formel et non formel)

C'est un vaste programme qui prolongera les activités du Projets sectoriel de l'Enseignement fondamental. Il est au stade d'études et sera un appui nécessaire pour le développement de l'Education au Niger.

Ce plan comportera les grandes orientations quant au développement futur du secteur, notamment de l’enseignement de base.

Il est prévu l’élaboration d’un document de stratégies nationales dont la conduite sera faite de pair avec les partenaires au développement intervenant dans le secteur.

Projet Banque Africaine de développement. (Education I)

Ce Projet est déjà en vigueur il vise le développement des ressources humaines ; à travers des appuis aux sous secteurs suivants :

Programme de coopération avec l'UNION européenne. (8e FED)

Ce Programme débute à l'an 2000 et a pour objectifs de :

- créer les conditions de l'application de la loi 98 - 12 du 1er Juin 1998 portant orientation du système éducatif.

- améliorer la capacité du MEN dans le domaine de gestion prévisionnelle et de la planification.

- adapter le curriculum aux exigences des enseignements /apprentissages au 1er Degré conformément au contenu de la loi.

- adapter la formation des maîtres et les ressources pédagogiques aux exigences des nouveaux Programmes et aux nouvelles méthodes.

- assurer une meilleure intégration de l'école dans son environnement socio économique et culturel.

- promouvoir l'enseignement et les apprentissages de base en langues Nationales.

Programme de coopération Niger - UNICEF 2000 - 2004

Ce programme est constitué de 3 grandes composantes :

a. Les objectifs du programme contribueront à:

b. Les stratégies du programme

Cette approche favorise l’ouverture vers l’exercice effectif des droits, car non seulement elle permet de résoudre les questions relatives à l’offre et à la demande d’une éducation de qualité. Elle garantit aussi la pérennisation des projets à travers leur appropriation par les populations bénéficiaires entièrement responsabilisées.

Dans sa mise en œuvre, le programme, utilisera cinq axes stratégiques principaux :

b.1. La sensibilisation, l’information et la mobilisation sociale contribueront à obtenir l’adhésion des familles et des populations sur les questions éducatives. Elles porteront à la fois sur l’accès, la qualité et la fonction très significative de l’éducation dans l’accroissement des conditions du bien – être humain. Elles seront centrées sur l’importance de la scolarisation de la fille et l’alphabétisation de la femme tout en prenant en compte le jeune garçon et la famille en vue d’un développement intégré de la communauté. Ainsi, la mobilisation des ressources sera nécessaire durant les cinq prochaines années pour appuyer et accélérer la mise en œuvre de la nouvelle politique éducative nationale.

b.2. Le renforcement des capacités nationales va appuyer la mise en œuvre dynamique de la politique éducative nationale en vue d’une part, d’accroître les compétences techniques et scientifique des cadres et agents d’encadrement à tous les niveaux pour une éducation de qualité, et d’autre part, de transférer certaines compétences aux populations bénéficiaires à la base. Ce renforcement se réalisera à travers la formation et l’équipement des structures centrales, déconcentrées et décentralisées, mais aussi à travers l’amélioration de l’environnement scolaire en vue de rendre l’école plus attrayante.

b.3. Le développement du partenariat consistera en une meilleure complémentarité entre les intervenants dans le domaine de l’éducation. En misant sur l’avantage comparatif de l’Unicef et les moyens disponibles au titre des ressources générales, le programme s’appuiera sur un partenariat dynamique avec tous les intervenants en matière d’éducation et renforcera la participation communautaire dans la réalisation des objectifs.

b.4. La promotion de l’approche non formelle d’éducation comblera les insuffisances actuelles de l’école classique et favorisera l’accès à une éducation de qualité des exclus du système actuel, surtout les filles et les femmes à travers des activités d’apprentissage et d’acquisition des connaissances et compétences dans un cadre flexible de méthodes, de calendrier et d’alphabétisation fonctionnelle.

b.5.La promotion de l’encadrement de la petite enfance consistera en l’intégration d’activités multiples de santé, de nutrition et d’éducation parentale et pré – scolaire en vue d’une prise en charge globale et effective du petit enfant dans les aspects de survie, de protection et de développement.

Expériences et Innovations Educatives

1 Les écoles coraniques et les medersa :

Les écoles coraniques sont des structures d’éducation non formelle où un maître-marabout apprend à lire le coran aux enfants d’âges variés. Les enseignements se donnent au gré du maître et le plus souvent le soir, à la lumière d’un feu de bois. Cependant, dans les zones urbaines et péri-urbaines les propriétaires de ces écoles ont commencé à rendre le cadre d’accueil assez commode pour des apprentissages.

Avec l'appui de la Banque islamique de développement, cette expérience éducative pourrait connaître un développement certain au Niger.

En effet, il est prévu dans le cadre du programme BID qui débutera en l'an 2000, des actions en faveur des domaines de « l’éveil de la petite enfance » et de l’enseignement primaire. Ce programme vise à :

  1. Les activités pratiques et productions
  2. Les activités pratiques et productives à l’école (APP) est une innovation pédagogique dont la philosophie consiste à familiariser l’enfant aux différents modes de vie autour de lui, et de l’aider à comprendre les diverses techniques de production locale aux fins de lui faciliter son intégration dans sa société.

    Cette expérience éducative, initiée par le Ministère de l’Education Nationale sera consolidée à travers des programmes de coopération avec aide action, UNICEF qui interviennent dans ce domaine depuis longtemps.

  3. Les écoles expérimentales

Les écoles expérimentales sont des écoles à enseignement bilingue (français et langues Nationales) qui ont été créées en vue de faire de l’école Nigérienne une école socialement intégrée et économiquement disponible ; l’apprentissage se faisant dans la langue du terroir et privilégiant les acquisitions sous-tendues par des réalités locales.

L’important appui de l’UNICEF dans ce domaine garantit de bonnes perspectives dans le développement de cette expérience éducative bien « adaptée » au contexte socio-culturelle du pays.

3 Les compagnons éducateurs

Cette innovation pédagogique a été introduite et est conduite par l’ONG « Aide et Action » à titre expérimental dans certaines zones des régions de Tillabéri et Dosso. L’action consiste à recruter, parmi les jeunes déscolarisés du village, des compagnons pour soutenir l’action pédagogique du maître en accompagnant les élèves dans leurs devoirs et autres tâches scolaires à faire en dehors de la classe. Cette expérience vise deux aspects : 1°) aider les élèves dans leur tâche scolaire en vue d ‘améliorer leurs performances scolaires ; 2°) maintenir les jeunes descolarisés dans leur terroir et limiter ainsi l’exode vers les centres urbains. C'est un soutient aux actions de formation dans les villages. Elle a pour but donc de soutenir pédagogiquement, à travers des cours de rattrapage, les élèves du village et de les occuper par des travaux pratiques. Une première évaluation externe de cette « pédagogie » a montré qu’elle est concluante. Les élèves bénéficiant de ce soutien réussissent mieux, depuis, et les jeunes du villages se maintiennent et produisent pour leurs localités.

4 Education en milieu nomade

Dans la cadre du programme de coopération avec le Fonds Européen de Développement (FED), l'éducation en milieu nomade s’est davantage consolidée et l’expérience de ce bailleur de fonds est à encourager.

Le programme du développement de la zone pastorale, qui est un programme intégré, a entrepris une vaste campagne d'éducation et de formation des population Nomades.

Dans le cadre de son programme de coopération avec le Niger 2000 – 2004,l’Unicef finance aussi des actions de formation et d'éducation axées essentiellement sur le scolarisation des filles et l'alphabétisation des femmes en milieu nomade.

Cadre de coopération pour la prise en charge de l’éducation non formelle

Plusieurs programmes financés par des partenaires au développement sont élaborés en vue d'aider au développement des activités d'éducation et de formation extrascolaires. Ces activités sont entre autres :

La Banque islamique de développement

Cet organisme a en perspective un programme de coopération avec le Niger. C'est un programme d'appui à l'éducation extrascolaire et à l'enseignement bilingue franco – arabe.

Il a pour objectif de:

Programme de Coopération Niger - UNICEF 2000 - 2004

Dans le cadre de ce programme il est envisagé de :

L’Union européenne (8e FED)

Au niveau de ce Programme les centres de formation en développement communautaire (CFDC) seront développés. Ainsi, cette éducation de formation pratique vise les objectifs de l'éducation de base pour tous. Elle est née de l'hypothèse que l'école formelle actuelle ne peut jamais atteindre les objectifs de l'éducation de base tels que définis à Jomtien.

Ces centres du formation du développement communautaire apparaissent comme l'instrument éducatif qui mérite d'être développé et soutenu afin d'assurer aux jeunes déscolarisés et non scolarisés, une formation pratique polyvalente et adaptée aux besoins de leur communauté d'implantation.

Sa mise en place et son institutionnalisation au niveau de certains chefs lieux d'arrondissement constitue une perspective heureuse, d'élargissement de l'accès aux services éducatifs fondamentaux à toutes les couches sociales (jeunes non scolarisés, déscolarisés et adultes analphabètes).

Les perspectives dans le cadre de l’Education à la paix

Le Ministère de l’Education Nationale affiche une volonté de faire de la culture de la paix un idéal pris en compte par toutes les structures du système éducatif. Mais, l’insuffisance des moyens en ressources humaines (enseignants qualifiés dans le domaine) et en ressources financières limite cet élan ; d’où la nécessité d’une solidarité internationale.

Ainsi, pour la réussite de l’introduction effective de l’éducation à la paix dans le système éducatif, les stratégies suivantes sont-elles proposées

- la formation en cours d’emploi des enseignants qui dispensent les cours d’ICM par des stages de courte durée, des séminaires et autres regroupements de formation. En effet, un rôle de premier plan revient à l’enseignement dans l’effort de transformation des valeurs, des attitudes et des comportements des élèves. Son activité a un impact direct sur leur esprit.

- L’insertion et ou le renforcement des notions relatives à la culture de la paix dans les programmes d’enseignement de morale, d’instruction civique, de français, d’histoire, de géographie, de philosophie, …

- L’intégration des notions relatives à la culture de la paix dans les programmes d’alphabétisation et de formation de jeunesse.

- L’insertion de la culture à la paix dans les programmes de formation initiale des enseignants.

- La création et ou re dynamisation des comités mixtes de paix dans les établissements scolaires.

- La réactualisation et l’élaboration des programmes d’enseignement incluant la culture de la paix.

- L’élaboration des guides pédagogiques à l’usage des encadreurs.

Pour atteindre cet objectif, deux types de coopération sont nécessaires :

- Coopération interne : Ministère de l’Education Nationale, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Ministère de la Justice, Ministère de la Communication, de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, les Associations et ONG œuvrant pour la paix, l’Association des Parents d’Elèves, les Syndicats des Enseignants, …

                                                                                                                               FIN


Page précédent