L'évaluation de l'éducation pour tous à l'an 2000 : Rapport des pays Page d'accueil du forum mondial sur l'éducation
   Sénégal
Sommaire du rapport Page d'accueil des rapports des pays Rapports des pays en ordre alphabetique Rapports des pays par régions



Page précédent Page suivant



7. Progrès vers les objectifs et les buts

7.1 Protection et éveil de la petite enfance (PEE)

Buts :

Présenter l’expansion des activités de protection et d’éveil de la petite enfance, y compris les interventions au niveau de la famille et de la communauté, particulièrement en faveur des enfants pauvres, défavorisés et handicapés.

7.1.1 Politique nationale et objectif

7.1.2 Evolution des effectifs dans les PEE

Evolution des effectifs et des structures par statut dans les PEE de 90/91 à 98/99

EDUCATION PRESCOLAIRE Pu et Pr PUBLIC

PRIVE

Nb Etabl Nb. sect Effect total dont filles Educat Dont fem Nb Etabl Nb. Effect total dont filles Educat Dont fem Nb Etab Nb. sect Effect total dont filles Educat dont fem
90/91

161

196

17042

8600

666

501

59

78

7215

3616

277

135

102

118

9827

4984

389

366

91/92

173

578

17122

8467

714

528

61

226

7210

3533

295

136

112

352

9912

4934

419

392

92/93

192

589

17592

8715

741

547

64

223

6942

3443

282

123

128

366

10650

5272

459

424

93/94

196

593

17305

8526

751

580

65

222

6918

3421

277

129

131

371

10387

5105

474

451

95/96

212

730

19233

9551

934

608

70

246

7327

3747

290

123

142

484

11906

5804

644

485

96/97

211

726

18513

9359

926

702

74

250

6563

3332

340

236

137

476

11950

6027

586

466

97/98

270

786

19880

10064

995

777

77

241

6376

3214

305

149

193

545

13504

6850

690

628

98/99

313

1002

23625

12030

1272

988

88

282

7430

3797

367

200

225

720

16195

8233

905

788

7 .1.3 Répartition des effectifs des PEE selon la localisation géographique et le statut

1990/91 et 1998/99

Année 1990/91 1998/99 ?/an ?/an
Région Effectifs Pu + Pr Effectifs Privé % Privé Effectifs Pu + Pr Effectifs Privé % Privé Effectifs Pu + Pr Effectifs Privé
Dakar

9282

7290

79%

11509

9878

86%

3%

4%

Ziguinchor

1450

211

15%

2129

1054

50%

5%

22%

Diourbel

536

75

14%

716

190

27%

4%

12%

St-Louis

879

429

49%

1418

615

43%

6%

5%

Tambacounda

665

112

17%

808

337

42%

2%

15%

Kaolack

862

478

55%

1175

769

65%

4%

6%

Thiès

1795

884

49%

3397

2582

76%

8%

14%

Louga

711

120

17%

1155

535

46%

6%

21%

Fatick

398

54

14%

551

0

0%

4%

-100%

Kolda

464

174

38%

767

235

31%

6%

4%

Sénégal

17042

9827

58%

23625

16195

69%

4%

6%

7.1.4 Pourcentage de nouveaux inscrits en 1ère année primaire ayant suivi un PEE

% nouveaux inscrits ayant suivi un PEE selon la localisation géographique

Année

1998/99

Région

Nouveaux entrants 1ère année

Effectifs avec expérience PEE

% nouveaux entrants avec expérience PEE

Dakar

49263

11509

23,4

Ziguinchor

13423

2029

15.1

Diourbel

8374

716

8.6

Saint Louis

21951

1418

6.5

Tambacounda

10786

808

7.5

Kaolack

17607

1175

6.7

Thies

25726

3397

13.2

Louga

9252

1155

12.5

Fatick

13687

551

4.0

Kolda

20033

767

3.8

TOTAL NATIONAL

190102

24299

12.8

Zone rurale

9255

1215

1.3

Zone urbaine

97602

23084

23.7

7.2 Enseignement primaire

7.2.1 Taux brut d’admission

7.2.1.1 Evolution des taux bruts d’admission TBA par sexe de 1990/91 à 1998/99

1990/91

1991/92

1992/93

1993/94

1994/95

1995/96

1996/97

1997/98

1998/99

? 91/92-98/99

MF

48.1

45.2

48.2

47.3

48.9

59.8

61.3

57.0

66.9

5,8%

M

52.5

54.1

55.2

58.1

66.5

67.2

62.4

70.3

4,3%

F

38.4

40.8

40.0

40.3

53.6

55.8

52.1

63.4

7,4%

F/M

0.73

0.75

0.72

0.69

0.81

0.83

0.83

0.90

 

Le Taux Brut d’Admission au Sénégal, de 1990/91 à 1998/99, a évolué de manière générale en dents de scie jusqu’en 1994/95.Il gravitait au dessous de la moyenne Ce n’est qu’avec la campagne de sensibilisation pour la scolarisation des filles que le TBA a franchi la barre des 50% et s’y est maintenu. Il a connu un bond significatif cette année en atteignant 66.9.ce qui équivaut à un gain de presque 10 points.

Il faut noter que le taux d’accroissement moyen annuel a été plus important chez les filles(7.4) que chez les garçons(4.3) entre 1991/92 et 1998/99.

7.2.1.2 Evolution des TBA selon la région et le sexe

Année

1990/91

1997/98

Région

Taux brut d'admission au CI

Indice parité

Taux brut d'admission au CI

Indice parité

MF

M

F

F/M

MF

M

F

F/M

Dakar

91,4

87,3

92,6

82,4

0,89

Ziguinchor

83,3

81,9

84,4

79,2

0,94

Diourbel

23,3

28,2

31,6

25,1

0,79

Saint Louis

48,5

60,6

62,6

58,8

0,94

Tambacounda

30,7

73,3

83,3

64,0

0,77

Kaolack

32,4

40,5

43,9

37,1

0,85

Thies

53,5

54,9

60,9

49,5

0,81

Louga

28

40,8

46,7

35,5

0,76

Fatick

33,2

47,6

52,3

43,3

0,83

Kolda

37,1

58,1

69

48,1

0,70

SENEGAL

48,1

57

62,4

52,1

0,83

7.2.2 Evolution des nouveaux inscrits en 1ère année d’études

Evolution des nouveaux inscrits en 1ère année d’études par sexe 1990/91- 1998/99

1990/91

1991/92

1992/93

1993/94

1994/95

1995/96

1996/97

1997/98

1998/99

TAMA

MF

125428

121930

129997

137599

147528

187256

199366

193851

190102

5,3%

M

70666

68068

72721

77080

81258

99954

104970

102140

101184

4,6%

F

54762

53862

57276

60519

66270

87302

94396

91711

88918

6,2%

F/M

0,77

0,79

0,79

0,79

0,82

0,87

0,90

0,90

0,88

Globalement, les effectifs sont passés de 125 428 à 190 102 entre 90/91 et 98/99 , ce qui représente un taux d’accroissement moyen annuel de 5,3%. Le taux d’accroissement des effectifs des filles est supérieur à celui des garçons, ce qui contribue à atténuer les écarts entre les sexes.

7.2.3 Taux brut de scolarisation

7.2.3.1 Evolution des effectifs totaux par niveau de 1990/91-1998/99

Années

TOTAL

CI

CP

CE1

CE2

CM1

CM2

90/91

708 299

139 013

123 222

112 193

108 155

103 547

122 169

91/92

725 496

137 398

132 862

120 202

106 850

107 749

120 435

92/93

738 560

144 805

131 692

129 926

111 204

105 258

118 675

93/94

773 386

154 150

140 094

128 946

120 202

110 893

119 101

94/95

805 437

164 239

147 348

134 574

120 634

117 693

120 949

95/96

875 661

205 622

151 746

142 809

126 521

119 763

129 200

96/97

954 758

219 331

191 952

148 760

134 752

127 311

132 652

97/98

1 026 570

215 979

204 416

184 696

142 819

137 535

141 125

98/99

1 034 065

212 407

195 428

187 520

163 802

135 540

139 368

7.2.3.2 Taux annuels moyens de croissance des effectifs par sexe de 1990/91 à 1998/99

Année

1990/91

1998/99

SENEGAL

Effectifs

Indice parité

Effectifs

Indice parité

MF

M

F

F/M

MF

M

F

F/M

TOTAL

708 299

410 924

297 375

0,72

1 034 065

571 066

462 998

0,81

? 90/91-98/99

4,8%

4,2%

5,7%

Les effectifs des élèves du primaire sont passés de 708 299 à 1 034 065 entre 1990 /91 et 1998/99, ce qui représente un taux moyen d’accroissement annuel de 4.8%. Le rythme de croissance des effectifs féminins a été plus soutenu que celui des garçons : 5,7% contre 4,2%.). En conséquence l’indice de parité filles/garçons, s’est sensiblement amélioré, passant de 0,72 à 0,81.

L’écart entre la scolarisation masculine et féminine, a donc légèrement diminué.

 

 

7.2.3.3 Evolution des taux bruts de scolarisation TBS par sexe de 1990/91 à 1998/99

Années

TBS

Garçons

Filles

90/91

56,81%

66,24%

47,62%

91/92

55,84%

64,69%

47,08%

92/93

54,27%

62,70%

45,92%

93/94

54,59%

63,03%

46,23%

94/95

54,61%

62,69%

46,61%

95/96

57,03%

64,31%

49,83%

96/97

59,70%

66,70%

52,90%

97/98

61,70%

68,00%

55,50%

98/99

65,50%

73,10%

58,10%

Le taux brut de scolarisation (TBS) tous sexes confondus, a progressé régulièrement passant de 56,81% en 1990/91 à 65,5% en 1998/99. L’écart entre taux masculin et féminin, relativement important, a tendance à se résorber progressivement, puisque l’indice de parité entre les deux taux est passé de 0,72 à 0,79. C’est le résultat d’une croissance des effectifs des filles plus soutenue durant ces dix dernières années.

7.2.3.4 Mise en évidence des disparités régionales

Effectif et Taux Brut de Scolarisation par région et par sexe en 1998/99

Effectif total

Taux Brut de Scolarisation

G

F

TOTAL

% Filles

TBS

Garçons

Filles

Dakar

159 100

145499

304 599

48%

90,0%

94,7%

85,3%

Ziguinchor

49 200

38 511

87 711

44%

92,9%

101,2%

84,1%

Diourbel

28610

22545

51 155

44%

36,0%

40,2%

30,8%

St Louis

49 799

45 411

95 210

48%

66,1%

70,0%

62,3%

Tamba

33 000

22 447

55 447

40%

71,1%

84,4%

59,1%

Kaolack

47 140

37 677

84 817

44%

40,9%

44,6%

35,3%

Thiès

82 571

67 347

149 918

45%

68,8%

78,1%

60,0%

Louga

27 708

20 865

48 573

43%

51,7%

59,0%

44,4%

Fatick

39 865

29 639

69 505

43%

50,1%

62,4%

49,3%

Kolda

54 073

33 057

87 130

38%

70,2%

84,6%

54,9%

SENEGAL

571 066

462 998

1 034 065

45%

65,5%

73,1%

58,1%

7.2.3.5 Evolution des effectifs scolaires selon la région et le sexe entre 1990/91 et 1998/99

Année

1990/91 1998/99

?/an

?/an

?/an

Région

Effectifs MF

Effectifs F

% F

Effectifs MF

Effectifs F

% F

Effectifs MF

M

F

Dakar

239 060

112 852

47,2%

304 599

145499

48%

3,1%

2,9%

3,2%

Ziguinchor

76 070

31 162

41,0%

87 711

38 511

44%

1,8%

1,1%

2,7%

Diourbel

30 330

11 261

37,1%

51 155

22 545

44%

6,8%

5,2%

9,1%

St Louis

61 199

26 328

43,0%

95 210

45 411

48%

5,7%

4,6%

7,1%

Tamba

21 731

7 825

36,0%

55 447

22 447

40%

12,4%

11,4%

14,1%

Kaolack

57 586

22 944

39,8%

84 817

37 677

44%

5,0%

3,9%

6,4%

Thiès

105 603

44 142

41,8%

149 918

67 347

45%

4,5%

3,8%

5,4%

Louga

31 081

10 965

35,3%

48 573

20 865

43%

5,7%

4,1%

8,4%

Fatick

42 185

17 078

40,5%

69 505

29 639

43%

6,4%

6,0%

7,1%

Kolda

43 454

12 818

29,5%

87 130

33 057

38%

9,1%

7,4%

12,6%

SENEGAL

708 299

297 375

42,0%

1 034 065

462 998

45%

4,8%

4,2%

5,7%

Zone urbaine

455 826

21 0197

46,1%

596 054

280 780

47,1%

3,4%

3,2%

3,7%

Zone rurale

252 473

87178

34,5%

438 011

182 218

41,6%

7,1%

5,6%

9,7%

Au niveau national, les effectifs de l’élémentaire ont connu une croissance annuelle moyenne de 4,8% (filles 5,7% contre 4,2% pour les garçons). Sept régions sur dix que compte le pays, ainsi que la zone rurale ont enregistré de meilleurs performances. Les régions de Dakar et Ziguinchor qui ont presque réalisé la scolarisation universelle ont évolué naturellement avec des taux inférieurs à la moyenne nationale. Pour les mêmes raisons, les performances de la zone urbaine sont identiques à celles de Dakar. Les disparités entre zone rurale et zone urbaine de même qu’entre les régions s’estompent progressivement.

7.2.3.6 Evolution des effectifs scolaires selon la région et le statut

Année

1990/91

1998/99

?/an

?/an

?/an

Région

Effectifs Pu + Pr

% Privé

Effectifs Pu + Pr

% Privé

Pu + Pr

Public

Privé

Dakar

239 060

14,1%

304 599

26,3%

3,1%

1,1%

11,5%

Ziguinchor

76 070

4,6%

87 711

5,1%

1,8%

1,7%

3,0%

Diourbel

30 330

10,1%

51 155

9,4%

6,8%

6,8%

5,9%

St Louis

61 199

2,6%

95 210

2,5%

5,7%

5,7%

5,0%

Tamba

21 731

4,0%

55 447

6,0%

12,4%

12,1%

18,5%

Kaolack

57 586

6,3%

84 817

5,6%

5,0%

5,1%

3,3%

Thiès

105 603

8,7%

149 918

7,5%

4,5%

4,6%

2,5%

Louga

31 081

14,6%

48 573

11,7%

5,7%

6,2%

2,8%

Fatick

42 185

9,7%

69 505

9,6%

6,4%

6,5%

6,3%

Kolda

43 454

2,3%

87 130

1,4%

9,1%

9,2%

2,9%

SENEGAL

708 299

9,2%

1 034 065

12,1%

4,8%

4,4%

8,5%

7.2.3.7 Evolution des taux bruts de scolarisation selon la région et le sexe

1990/91

1998/99

Région

Taux bruts de scolarisation

Indice parité

Taux bruts de scolarisation

Indice parité

MF

M

F

F/M

MF

M

F

F/M

Dakar

96,6

105

88,7

0,84

90,0%

94,7%

85,3%

0,90

Ziguinchor

101

115

85,6

0,74

92,9%

101,2%

84,1%

0,83

Diourbel

27,6

35,6

20,1

0,56

36,0%

40,2%

30,8%

0,77

St Louis

52,2

60,3

44,3

0,73

66,1%

70,0%

62,3%

0,89

Tamba

34,7

44,3

25

0,56

71,1%

84,4%

59,1%

0,70

Kaolack

37,9

48,7

28,5

0,59

40,9%

44,6%

35,3%

0,79

Thiès

61,3

71,4

51,1

0,72

68,8%

78,1%

60,0%

0,77

Louga

37

47,2

25,1

0,53

51,7%

59,0%

44,4%

0,75

Fatick

48,6

56,7

40,2

0,71

50,1%

62,4%

49,3%

0,79

Kolda

42,2

58,1

25,6

0,44

70,2%

84,6%

54,9%

0,65

SENEGAL

58,5

68

49

0,72

65,5%

73,1%

58,1%

0,79

7.2.4 Evolution de la population scolarisable non scolarisée selon le sexe

 

90/91

91/92

92/93

93/94

94/95

95/96

96/97

97/98

MF

538 526

573 732

622 415

643 389

669 426

659 671

641 433

636 707

M

322847

338795

369885

375426

426111

379459

369282

363516

F

213679

234937

252530

267963

243314

280212

272140

273178

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7.2.5 Evolution de la structure des dépenses publiques consacrées à l’Education

Structure du Budget du MEN de 1990 à 1999 en milliers de francs CFA courants

CHAPITRES

91

1996

1997

1998

1999

Personnel

41 983 500

58 123 927

60 241 958

61 814 788

63 873 568

69%

69%

65%

64%

Matériel

2 383 300

4 425 676

5 422 346

4 970 917

6 332 663

5%

6%

5%

6%

Entretien

330 000

400 000

400 000

80 000

80 000

0,47%

0,45%

0,08%

0,08%

Transfert

15 770 000

21 487 068

21 357 068

21 279 888

22 026 793

25%

24%

23%

22%

B. C . I

1 237 000

2 912 000

6 328 000

7 499 000

TOTAL

60 466 800

85 673 671

90 333 372

94 473 593

99 812 024

Part du budget de l'Education

26,8%

33%

34%

34%

34%

Source : MEN/DAGE

7.2.6 Les enseignants

7.2.6.1 Evolution des effectifs d’enseignants selon la région et le sexe entre

Année

1990/91

1998/99

? moyen/an

Région

MF

M

F

F/M

MF

M

F

F/M

M

F

Dakar

3905

2106

1799

0,9

6851

4288

2563

0,60

9,3%

4,5%

Ziguinchor

1322

1183

139

0,1

1371

1252

119

0,10

0,7%

-1,9%

Diourbel

506

373

133

0,4

1047

839

208

0,25

10,7%

5,7%

St Louis

1239

1006

233

0,2

1919

1561

358

0,23

5,6%

5,5%

Tamba

542

496

46

0,1

1200

1066

134

0,13

10,0%

14,3%

Kaolack

994

725

269

0,4

1995

1720

275

0,16

11,4%

0,3%

Thiès

1691

1228

463

0,4

2534

2080

454

0,22

6,8%

-0,2%

Louga

523

410

113

0,3

1220

995

225

0,23

11,7%

9,0%

Fatick

779

660

119

0,2

1433

1294

139

0,11

8,8%

2,0%

Kolda

917

853

64

0,1

1707

1574

133

0,08

8,0%

9,6%

SENEGAL

9040

0,4

21 277

16 669

4608

0,28

7,9%

4,0%

Le nombre d’enseignants est passé de 12 418 à 21 277 entre 90/91 et 98/99, ce qui représente un accroissement moyen annuel de 6,96%. Le taux d’accroissement des femmes est inférieur à celui des hommes. La tendance n’est pas à la féminisation du personnel enseignant.

7.2.6.2 Pourcentage des enseignants ayant les titres académiques requis

Année

1990/91

1998/99

Région

Titre académique

Titre académique

% MF

%F

% MF

%F

Dakar

99,1%

99,1%

97.8

 

99.3

Ziguinchor

99,6%

100,0%

99.8

100

Diourbel

99,5%

99,2%

100

100

St Louis

99,9%

100,0%

99.7

99.2

Tamba

99,8%

100,0%

99.7

100

Kaolack

98,7%

97,8%

99.3

99.6

Thiès

98,8%

98,9%

99.7

98.9

Louga

99,2%

98,2%

99.5

98.2

Fatick

99,8%

99,2%

99.4

99.3

Kolda

99,8%

100,0%

99.5

99.2

SENEGAL

99,3%

99,1%

99.0.

99.3

7.2.6.3 Pourcentage des enseignants ayant le diplôme pédagogique requis

Année

1990/91

1998/99

Région

% MF

%M

%F

F/M

% MF

%M

%F

F/M

Dakar

90,2%

86,2%

95,6%

1,1

95,7

93,9

98,8

1,05

Ziguinchor

97,1%

96,9%

99,3%

1,0

77,3

77,9

71,4

0,92

Diourbel

88,3%

85,9%

95,7%

1,1

67,5

66,6

71,2

1,07

St Louis

94,6%

93,7%

98,7%

1,1

67,1

66,1

71,2

1,08

Tamba

97,1%

96,9%

100,0%

1,0

51,9

55,4

25,4

0,46

Kaolack

89,9%

88,8%

93,0%

1,0

69,5

67,8

80,0

1,18

Thiès

90,2%

88,3%

95,4%

1,1

78,6

75,2

94,1

1,25

Louga

81,6%

79,9%

88,8%

1,1

55,5

57,1

48,4

0,85

Fatick

95,5%

95,1%

97,5%

1,0

64,5

67,2

40,3

0,60

Kolda

98,2%

98,0%

100,0%

1,0

61,0

62,6

42,1

0,67

SENEGAL

92,0%

90,7%

95,7%

1,1

76,4

74,0

85,1

1,15

7.2.6.3.1 Nombre d’élèves par maître

Année

1990/91

1998/99

Région

Nbe total élèves

Nbe maîtres

Nbe élèves / maître

Nbe total élèves

Nbe maîtres

Nbe élèves / maître

Dakar

239 060

3905

61

304 599

6851

44

Ziguinchor

76 070

1322

58

87 711

1371

64

Diourbel

30 330

506

60

51 155

1047

49

St Louis

61 199

1239

49

95 210

1919

50

Tamba

21 731

542

40

55 447

1200

46

Kaolack

57 586

994

58

84 817

1995

43

Thiès

105 603

1691

62

149 918

2534

59

Louga

31 081

523

59

48 573

1220

40

Fatick

42 185

779

54

69 505

1433

49

Kolda

43 454

917

47

87 130

1707

51

SENEGAL

708 299

57

1 034 065

21 277

49

7.2.7 Rendement interne du système éducatif

7.2.7.1 Evolution du taux de redoublement selon la région et le sexe

Année

1991/92

1998/99

Région

MF

M

F

MF

M

F

Dakar

14,4%

14,5%

14,3%

14%

13,9%

13,8%

Ziguinchor

19,7%

19,8%

19,6%

14%

13,8%

13,9%

Diourbel

16,1%

15,7%

16,8%

13%

11,9%

13,7%

St Louis

16,3%

16,2%

16,5%

14%

14,6%

14,3%

Tamba

18,7%

18,4%

19,2%

12%

11,2%

13,6%

Kaolack

19,2%

18,7%

20,0%

16%

16,1%

16,4%

Thiès

16,2%

16,0%

16,6%

16%

15,4%

16,7%

Louga

17,0%

16,4%

18,1%

15%

14,6%

15,8%

Fatick

17,6%

17,6%

17,7%

12%

11,9%

11,8%

Kolda

16,9%

16,3%

18,2%

13%

12,7%

13,0%

SENEGAL

16,5%

16,4%

16,6%

14%

13,9%

14,4%

Les redoublants représentent en moyenne 14% des effectifs d’élèves en 1998/99. Ce pourcentage est légèrement plus important chez les filles (14,4% ) que chez les garçons(13.9%). Ces taux varient sensiblement d’une région à l’autre : les taux les plus élevés se rencontrent dans les régions de Kaolack, Thiès et Louga (supérieur ou égal à 15%), les taux les plus faibles se retrouvent dans les régions de Fatick et Tambacounda soit 12% ..

7.2.7.1.1 Taux moyens de rendement interne 1996/97-1997/98

7.2.7.1.1.1 Evolution du taux de redoublement par sexe et niveau de 1993/94 à 1997/98

CI

CP

CE1

CE2

CM1

CM2

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

93/94

11,3%

10,6%

11,4%

11,9%

12,3%

12,1%

12,2%

12,9%

12,5%

13,3%

13,6%

13,4%

16,3%

17,4%

16,7%

28,8%

31,0%

29,7%

94/95

10,6%

11,1%

10,8%

11,0%

12,1%

11,5%

12,1%

12,7%

12,4%

12,1%

12,9%

12,4%

15,6%

16,7%

16,0%

28,4%

30,3%

29,2%

95/96

11,0%

11,4%

11,2%

10,9%

11,6%

11,2%

12,3%

13,2%

12,7%

12,2%

13,4%

12,7%

14,9%

16,5%

15,6%

29,5%

31,4%

30,2%

96/97

9,6%

9,9%

9,7%

11,8%

9,4%

11,9%

12,1%

12,0%

12,3%

11,9%

13,0%

12,8%

14,3%

16,9%

15,9%

28,2%

29,7%

28,8%

97/98

10,0%

10,2%

10,1%

10,6%

10,8%

10,7%

12,7%

13,3%

13,0%

12,1%

13,0%

12,5%

15,2%

16,7%

15,0%

28,1%

29,5%

28,7%

Taux

10,5%

10,8%

10,6%

11,2%

11,2%

11,5%

12,3%

12,8%

12,6%

12,3%

13,2%

12,8%

15,3%

16,8%

15,8%

28,6%

30,4%

29,3%

moyen

7.2.7.1.1.2 Evolution du taux de promotion par sexe et niveau de 1993/94 à 1997/98

CI-CP

CP-CE1

CE1-CE2

CE2-CM1

CM1-CM2

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

93/94

86,5

84,7

85,7

87,4

84,0

85,9

84,4

81,0

82,9

85,8

81,3

83,9

83,0

75,0

79,7

94/95

85,6

84,6

85,2

85,7

83,4

84,7

83,3

80,2

82,0

84,0

81,8

83,1

81,2

72,9

77,8

95/96

82,2

82,5

82,3

85,8

84,7

85,3

83,0

82,2

82,6

84,9

83,0

84,1

81,3

75,1

78,7

96/97

85,7

83,3

84,6

87,5

85,1

86,4

83,6

82,3

83,0

87,2

83,5

85,3

82,4

75,9

79,0

97/98

88,4

83,4

83,8

87,0

85,2

86,2

85,1

84,2

84,7

88,1

85,8

87,1

82,9

78,3

81,0

Taux moyen

85,7

83,7

84,3

86,7

84,5

85,7

83,9

82,0

83,0

86,0

83,1

84,7

82,2

75,5

79,4

7.2.7.1.1.3 Evolution du taux d’abandon par et niveau de 1993/94 à 1997/98

CI

CP

CE1

CE2

CM1

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

M

F

MF

93/94

2,2

3,7

2,9

0,7

3,7

2,0

3,4

6,1

4,6

0,9

5,1

2,7

0,7

7,6

3,6

94/95

3,8

4,3

4,0

3,3

4,5

3,8

4,6

7,1

5,6

3,9

5,3

4,5

3,2

10,4

6,2

95/96

6,8

6,1

6,5

3,3

3,7

3,5

4,7

4,6

4,7

2,9

3,6

3,2

3,8

8,4

5,7

96/97

4,7

6,8

5,7

0,7

5,5

1,7

4,3

5,7

4,7

0,9

3,5

1,9

3,3

7,2

4,4

97/98

1,6

6,4

6,1

2,4

4,0

3,1

2,2

2,5

2,3

- 0,2

1,2

0,4

1,9

5,0

4,0

Taux moyen

3,8

5,5

5,1

2,1

4,3

2,8

3,8

5,2

4,4

1,7

3,7

2,5

2,5

7,7

4,8

Globalement le taux d’abandon se situe à moins de 6% quelle que soit l’année d’étude considérée. C’est au CI que le taux est le plus élevé 5.1%. Les filles abandonnent plus que les garçons .Au CM1 leur taux atteint 7.7%.

7.2.7.2 Survie scolaire par année d’études

SENEGAL : Survivants par année d’études et par sexe

Niveau d'études

CI

CP

CE1

CE2

CM1

CM2

Survivants MF

1000

942

909

856

821

756

Survivants M

1000

956

931

883

856

813

Survivants F

1000

937

889

829

783

692

SENEGAL : Survivants à la 5ème année d’études avec ou sans redoublement

Niveau d'études

CI

CP

CE1

CE2

CM1

CM2

survivants sans redoublement

1000

843

722

600

508

403

survivants  avec 1 ou 2 redoublement(s)

99

186

256

313

353

Taux de survie et coefficient d’efficacité en 5ème année

Cinquième année (CM 1)

MF

M

F

Taux de survie

82.1%

85.6%

78.3%

Nbe d’années-élèves consommées

5130

5227

5040

Coefficient d'efficacité

80%

81.9%

77.7%

Ratio intrants/extrants

1.25

1.22

1.28

7.2.8 Acquis scolaires 

7.2.8.1Taux de promotion en 5ème année par région

   
Région

Dakar

75

Ziguinchor

78.9

Diourbel

72.4

St Louis

77.7

Tamba

110.4

Kaolack

73.1

Thiès

80.1

Louga

71

Fatick

85.8

Kolda

81

SENEGAL

7.2.8.2 Taux de réussite au diplôme terminal

7.2.8.2.1 Evolution des résultats scolaires de 1990 à 1997

Session

1990

1992

1993

1994

1995

1997

% réussite MF

39.33

27.0

30,1

21.9

40.25

41.6

7.2.8.2.2 Résultats régionaux au Certificat de Fin d’Etudes Elémentaire ( CFEE )

Année

1990/91

1997/98

? moyen/an

Région

MF

MF

MF

Dakar

37.9

Ziguinchor

40.3

46.08

1,9%

Diourbel

27.7

43.29

6,6%

St Louis

46.6

45.99

-0,2%

Tamba

41.2

40.52

-0,2%

Kaolack

39.9

42.34

0,9%

Thiès

40.9

42.71

0,6%

Louga

35.5

52.29

5,7%

Fatick

37.1

43.77

2,4%

Kolda

43.9

44.38

0,2%

SENEGAL

39.3

41.6

0,8%

7.3 Education non formelle

7.3.1 Dans le domaine de l’alphabétisation des adultes :

La mise en place depuis 1991 d’un département chargé de l’alphabétisation a été une opportunité exceptionnelle pour relancer le secteur . Un plan d’action élaboré avec l’ensemble des partenaires et validé par un conseil interministériel a été mis en place. Des programmes intensifs ( 1000 classes, PAIS…) combinés aux différents projets d’opérateurs doivent , selon les estimations du département permettre de réduire de 5% par an le taux d’analphabétisme. C’est ainsi que les effectifs de participants sont passés de 7 033 en 92 à 136 017 en 1995).

Le développement de modèles alternatifs sur la base d’un partenariat entre l’Etat et les opérateurs et appuyé par certains bailleurs ( ACDI, UNICEF,…..) constitue des créneaux nouveaux d’éducation pour les enfants âgés de 9 à 15 ans. La politique de « faire-faire » mis en œuvre par le département a permis l’émergence de nouveaux opérateurs dans l’éducation non formelle ( ONG, Associations, Cabinets d’études, et de rationaliser les interventions et assurer une bonne transparence des opérations. Toutefois, il semble plus judicieux d’attendre le prochain recensement pour avoir une idée plus exacte de l’impact des programmes mis en place.

7.3.1.1 La correction des disparités

Le taux d’analphabétisme, de la tranche d’âge de 10 ans et plus, qui était de 68,9 % en 1988 selon le recensement général de la population et de l’habitat, a baissé de 22 points en 11 ans selon les estimations. Le taux estimé en 1998 et de 51,4 % et en 1999 de 48,9%. L’indice de parité F/H passe de 0,75 en 1988 à 0,96 en 1998.

7.3.1.2 Effectif des apprenants par sexe et par campagne
CAMPAGNE

HOMME

FEMME

VARIATIONS

EFFECTIF

%

EFFECTIF

%

TOTAL

ANNUELLES

1993/94

47 606

35,0

88 411

65,0

136 017

-
1994/95

41 134

34,1

79 607

65,9

120 741

-11,2

1995/96

34 169

27,9

88 520

72,1

122 689

1,6

1996/97

33 605

21,0

126 434

79,0

160 039

30,4

1997/98

35 041

23,4

149 464

81,0

184 505

13,3

1998/99

31 248

20,3

153 665

83,1

184 913

0,2

CUMUL GENERAL

222 803

24,5

686 101

75,5

908 904

source: DAEB/Bureau Statistique

7.3.1.3 Répartition des apprenants selon la langue d'enseignement

ENSEMBLE DES PROGRAMMES

Langue d'enseignement

Régions Wolof Pulaar Seereer Mandinka Joola Soninké Autres Total
Dakar

10 691

4 923

90

75

70

0

0

15 849

Dioubel

17 740

754

4 539

0

0

0

0

23 033

Fatick

5 126

1 098

10 994

2 121

30

0

0

19 369

Kaolack

9 624

2 475

2 960

31

26

0

0

15 116

Kolda

1 072

11 067

0

3 129

179

30

248

15 725

Louga

16 669

8 435

0

0

0

0

0

25 104

St - Louis

7 164

15 875

85

0

0

300

76

23 500

Tambacounda

1 200

9 192

203

3 985

0

1 730

0

16 310

Thiès

19 045

2 569

1 706

0

168

0

0

23 488

Ziguinchor

0

0

0

3 817

3 602

0

0

7 419

Total

88 331

56 388

20 577

13 158

4 075

2 060

324

184 913

Source: DAEB / Bureau Statistique

7.3.1.4 Taux d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus (RGPH88)
Année

Population totale (10 ans +)

Taux d'analphabétisme 10 ans +

Indice de
Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme Total disparité

1988

2 579 948

2 771 420

5 351 367

2 310 630

2 441 271

4 751 901

58,8

78,1

68,9

0,75

(pour mémoire)

Source: RGPH 88

7.3.1.5 Taux d'analphabétisme de la population âgée de 9 ans et plus (estimations)
Année

Population totale (9 ans +)

Taux d'analphabétisme 9 ans +

Indice de
Homme Femme Total Homme Femme Total Homme Femme Total disparité

1999

3 882 750

4 101 867

7 984 617

1 857 918 2 046 560

3 904 478

47,9

49,9

48,9

0,96

Définition: est alphabète toute personne sachant lire et écrire, en le comprenant, un texte simple et bref dont le contenu concerne sa vie quotidienne (UNESCO)

Sources : Données de Base : DPS/RGPH88 et Projections

Estimations DAEB

7.3.2 Formation à des compétences de bases essentielles

La formation à des compétences essentielles et l’éducation pour une vie meilleure ont pris les dimensions suivantes grâce à l’appui des bailleurs : éducation en matière de population et de vie familiale ( FNUAP), éducation à l’environnement ( CILS), «éducation pour la santé ( UNICEF), éducation pour la paix ( Croix Rouge). Toutefois ces programmes qui sont dans leurs phases expérimentales n’ont pas encore l’impact attendu en terme de volume d’intervention.

Il faut souligner, par ailleurs, que depuis 1996, le Ministère de l’Education Nationale est en train d’élaborer un nouveau curriculum de l’éducation de base avec comme axes majeurs : l’élargissement des opportunités d’apprentissage, l’introduction des langues nationales et l’introduction de l’éducation pour le développement ( EPD). L’application de ce nouveau curriculum dont les conclusions viennent d’être finalisée, est prévu en l’an 2000.

Efficacité de la stratégie, du plan et des programmes

Une revue sectorielle des actions et des politiques menées permet de mesurer les progrès accomplis.

Dans l’ensemble, le Sénégal a obtenu des résultats encourageants en matière d’EPT au cours de la décennie 1990-2000

En effet, il peut être noté :

la régression du taux d’analphabétisme de 70 % à 48,5 % ( selon les estimations);

la progression du taux brut de scolarisation de 56,8% à 65,5%

les effectifs du prescolaire sont passés de 17042 à 23625 soit une croissance moyenne annuelle de 4,2% ;

L’écart dans la scolarisation des filles et des garçons s’amenuise d’année en année. En effet, l’indice de parité filles/ garçons est passé de 0,72 à 0,81

La participation des populations aux efforts de l’EPT s’est diversifiée et est devenue plus importante : construction, équipement, participation à la gestion administrative et pédagogique.

Il est possible , au vu de ces résultats, de convenir de l’efficacité de la stratégie, du plan et des programmes mis en œuvre dans le cadre de l’EPT, malgré les difficultés rencontrées en cours de route.

Les problèmes rencontrés

Parmi les problèmes qui ont minoré les résultats obtenus, figurent en bonne place :

le manque de ressources financières, qui rend la mise en œuvre des programmes d’éducation du Sénégal tributaire des bonnes dispositions des bailleurs de fonds. Sous cet angle demeurent des incertitudes de conduire jusqu’à leurs termes les politiques d’EPT ;

l’absence d’uniformisation des procédures entre les différents bailleurs, les ministères techniques et la coordination des activités à tous les échelons ;

la difficulté de maîtriser les statistiques pour un bon pilotage à cause des données démographiques obsolètes ; 

la mauvaise utilisation des ressources, faute d’organisation. La promotion de l’éducation passe par une utilisation rationnelle des ressources( humaines et financières) allouées à cette fin

le suivi et l’évaluation ; sur le papier des organes et des mécanismes de suivi ont été mis en place aux niveaux central, régional et local ( Comité national pour l’éducation pour tous CNET,CRET, CDET). Ils n’ont pas pu fonctionner à cause certainement d’une instabilité institutionnelle marquée par des changements fréquents à la tête du département de l’éducation comme de ses directions ;

les résistances culturelles et socio- économiques :

des résistances d’ordre culturel et religieux sont constatées dans certaines zones du pays

la paupérisation des populations qui minore leur adhésion à des projets d’éducation qui leur sont destinés et pour la mise en œuvre desquels leur participation financière est requise  ;

le réseau scolaire ; marqué encore par une prolifération d’établissements à cycle incomplet dans les zones périphériques.

10. Prise de conscience collective, volonté politique et capacités nationales

Au Sénégal, il a été ressenti très tôt la nécessité de mener des campagnes d’information et de sensibilisation à tous les niveaux, préalables aux phases de mise en place des projets éducatifs pour obtenir l’adhésion des populations, levier de mobilisation et de participation sociales indispensables à l’atteinte des objectifs généraux et spécifiques.. Elles se font par le canal de tous les instruments de communication existants : presse , voie d’affichage, intermédiation des leaders d’opinion, semaines et journées commémoratives

L’adhésion des populations se mesure par l’intensité des actions entreprises dans le secteur de l’éducation par les associations de parents d’élèves, par les communautés elles- mêmes, en termes de constructions de salles de classe voire de prise en charge d’enseignants volontaires, de participation aux comités de gestion de l’école, aux cellules école- milieu, à l’élaboration des projets d’école. L’adhésion se manifeste aussi par l’accroissement des auditeurs dans les centres d’alphabétisation

La volonté politique s’est manifestée à travers :

la nomination d’un ministre délégué auprès du ministre de l’éducation nationale chargé de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales en 1991.. qui deviendra par la suite ministre délégué chargé de l’éducation de base et des langues nationales en 1995

l’adoption de la loi d’orientation nationale n° 91-22 du 16 Février 1991pour mieux camper les attributions du secteur de l’éducation de base

la table ronde de Sally- Portudal fixant les axes d’intervention de l’éducation pour tous.

le colloque de Kolda qui a permis d’élaborer le plan d’action de l’alphabétisation.

le colloque de St- louis qui a explicité le concept d’éducation de base et mis en place les instruments opérationnels.

le forum de Fatick , présidé par le Président de la République, qui a permis de renforcer l’appui à la mobilisation pour l’éducation des filles.

la création d’un comité national de l’EPT(CNET) et ses démembrements aux niveaux régional et départemental( CRET, CDET)

la mise en œuvre du Programme de Développement des Ressources Humaines du secteur de l’éducation et de la formation ( cadre intégrateur de toutes les interventions des bailleurs de fonds).

l’importance des ressources nationales consacrées au secteur de l’éducation et de la formation ( plus de 30% du budget national de fonctionnement)

l’adoption de la loi portant transfert de compétences aux régions, aux communes et aux communautés rurales en matière d’éducation de base (Préscolaire, Elémentaire, Alphabétisation, Promotion des langues nationales…)

la lutte contre les disparités et déséquilibres en matière d’infrastructures ainsi que les actions et efforts de réorganisation du réseau scolaire à des fins d’équité. Deux programmes de 1020 et 1000 salles de classe ont été financés grâce aux sommes reçues de la privatisation de sociétés nationales.

Evaluation globale des progrès accomplis

Une revue des actions menées dans le cadre de l’EPT, ainsi que leur impact tant quantitatif que qualitatif montre que des avancées notables ont été obtenues durant la décennie qui s’achève.

Les progrès réalisés sont des facteurs décisifs dans l’amélioration des conditions de vie des populations. Ils sont relatifs à une meilleure prise en charge de la protection de la petite enfance, à un développement plus intégré de l’Enseignement élémentaire et de l’alphabétisation, à la réduction des disparités entre les régions, les zones rurale et urbaine, les sexes, et au renforcement de la dynamique partenariale.

Cependant malgré les performances réalisées, il reste encore des efforts à fournir pour atteindre les objectifs définis par le Sénégal à la suite de la Conférence de Jomtien.

Ces efforts devraient tendre vers la réactualisation des programmes et plans pour l’EPT, l’élaboration de nouvelles stratégies et la recherche plus poussée de l’adhésion des populations. Il y a lieu de faire preuve de plus d’organisation et de méthode pour maintenir le cap et avancer d’un pas plus ferme.


Page précédent Page suivant