Cadre d'action - Participants - Organisateurs
Conférence en ligne - Consultation ONG
Dernières info - Suivi du Forum de Dakar
La vision des partenaires - La voix du terrain
L'évaluation de l'EFA à l'an 2000 - Les résultats
Les conférences régionales - Evaluation
Communiqués de presse - Dossier de presse
Coin photo - Contacts média
Les conférences ... > Afrique sub Saharienne > Côte d'Ivoire
 Afrique Sub-Saharienne
  Conference EFA
Réunions NGO
Cadre d'action régional
  

Cameroun

Cap Vert
Ethiopie
Gabon
Côte d'Ivoire 1
Côte d'Ivoire 2
Kenya
Niger
Rwanda
Ouganda

Tanzanie

 Asie & Le Pacifique
Cadre d'action régional
 Etats Arabes
Cadre d'action régional
 Pays E-9
Cadre d'action régional
 Europe & Amer. du Nord
  Programme
Communiqués de Presse
Dossier de Presse
Cadre d'action régional
 Les Amériques
Cadre d'action régional
   
  Accès, survie et réussite - des besoins urgents en matière d'éducation des jeunes filles
Par Leila Loupis,
UNESCO Harare
   
 
L'éducation des jeunes filles, une priorité
   
    Au cours de la décennie de l'Education pour tous, le taux d'inscription des jeunes filles en Côte d'Ivoire est passé de 33% à 64%. Selon Mme Salimata Blé, Coordinatrice nationale du Bilan de l'EPT à l'an 2000, cette remarquable progression est due aux efforts spécifiques déployés par le ministère de l'Education pour réduire les inégalités entre les sexes. "Depuis la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous tenue à Jomtien en 1990, le ministère ivoirien de l'Education a mis en oeuvre diverses initiatives visant à promouvoir l'éducation des jeunes filles", déclare-t-elle. Dans un premier temps, des comités chargés de l'éducation des jeunes filles ont été créés. Ensuite, en collaboration avec un projet de la Banque africaine du développement, des activités en faveur de l'éducation des jeunes filles ont été lancées dans trois domaines pour répondre à leurs besoins les plus urgents: l'accès, la survie et la réussite.
   
  L'adéquation des ressources favorise l'accès
   
    Pour assurer l'accès des jeunes filles à l'éducation, une aide financière s'avère nécessaire car bien souvent les parents confrontés à des contraintes financières envoient leurs fils à l'école plutôt que leurs filles. Le ministère a ainsi décidé de fournir des livres et 1700 écoles ont reçu des manuels scolaires pour jeunes filles, qui ont été distribués à 130.000 écolières. De plus, 2200 cantines scolaires ont été construites dans des zones à faible taux d'inscription afin de fournir aux jeunes filles des repas pour un coût minime. Certains partenaires internationaux ont également apporté leur concours, notamment l'UNICEF qui a fait don de fournitures et de manuels scolaires.
   
  La protection garantit la survie
   
    Il s'est avéré que pour garantir la survie des jeunes filles dans le système scolaire il fallait assurer leur protection, en particulier éviter les grossesses précoces qui constituent un facteur majeur d'interruption des études. En réponse à ce problème et pour protéger les adolescentes, le ministère a réintroduit un système de dortoirs scolaires. Pour chaque école primaire ou secondaire, la sous-préfecture et la communauté sont responsables de la création de ces dortoirs.
   
  Les stéréotypes culturels compromettent la réussite
   
    Les stéréotypes culturels et certains préjugés constituent un obstacle énorme à la réussite des jeunes filles. L'éducation des filles est entravée par des convictions d'ordre social, notamment la croyance selon laquelle les filles ont leur place dans les champs ou la cuisine plutôt qu'à l'école. Il est nécessaire de changer l'image de la femme et le ministère a encouragé le recours à des modèles féminins à émuler, notamment des enseignantes ou des femmes ayant réussi dans la vie, pour inciter les jeunes filles à poursuivre leurs études.
   
    "Les entraves à l'éducation des jeunes filles sont multiples, et les efforts tels que ceux entrepris par le ministère de l'Education révèlent la nécessité de lancer la bataille sur plusieurs fronts à la fois", estime Mme Blé. C'est la combinaison de ces aspects - financier, social et culturel - qui doit être prise en considération pour qu'une promotion réelle et durable de l'éducation des jeunes filles soit assurée.
   
[ Forum de discussion | Contacts | Carte du site | Recherche | Début ]